BD

« Mon traître » de Pierre Alary et Sorj Chalandon

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Mon traître »
Auteurs : Pierre Alary et Sorj Chalandon
Genre : Bande dessinée pour adultes / Adaptation d’un roman
Éditeur : Rue de Sèvres

.

résumé du livre

Antoine, luthier parisien se prend d’amour pour l’Irlande. Fasciné par sa culture, ses paysages et par la chaleur des gens, le jeune français rencontre Jim et Cathy qui deviendront des amis précieux. Tous font partie du mouvement républicain irlandais, et mènent des actions pour le compte de l’IRA . Un soir à Belfast, il fait la connaissance du charismatique Tyrone Meehan, responsable de l’IRA, vétéran de tous les combats contre la puissance britannique. Antoine ne tarde pas à embrasser la cause de ce peuple. Captivé, le jeune Français trouve en Tyrone un mentor, un ami très cher, presque un père. Puis un traître… « Mon traître », comme l’appelle Antoine, pour désigner cet homme qui fut en réalité, vingt-cinq ans durant, un agent agissant pour le compte des Anglais. Il les avait tous trahis, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis et lui, chaque matin, chaque soir…

.

Ma critique

Je suis malheureusement restée assez hermétique à cette bande dessinée… Pourtant, le coup de crayon était aussi soigné que très épuré. J’ai aimé les traits encrés ainsi que le choix de couleurs monochromatiques qui apporte souvent des ambiances à chaque scène… Les planches sont souvent réussies, en particulier celles des veillées où les personnages échangent et tissent des liens… couv37554268Or, j’avais déjà apprécié le style de Pierre Alary dans les deux premiers tomes de « Silas Corey : Le réseau Aquila ». Je n’ai donc rien à redire sur le graphisme qui est clairement le point fort de cet ouvrage ! Ajoutons à cela la bonne idée de proposerplusieurs extraits de l’interrogatoire de Tyrone Meehan, qui apporte son lot d’émotions… Pas besoin d’illustrations pour ces pages blanches où sont retranscrits les dialogues entre le vétéran et les autorités. Lettres noires sur fond blanc. Les phrases sont directes, incisives et interpellent le lecteur.

En revanche, je suis restée de marbre face à l’histoire… Tout d’abord, je tiens à signaler que je n’ai pas lu l’œuvre éponyme de Sorj Chalandon à qui l’on doit, par exemple, le quatrième mur (Prix Goncourt des lycéens en 2013). Je ne peux donc pas juger la qualité de l’adaptation… Néanmoins, je peux affirmer que cette ambiance irlandaise des années 1970-1980 n’a pas su m’intéresser, si bien que j’ai progressé dans ma lecture en ne savourant que les dessins… Pourtant, le récit met en avant de belles valeurs, tels la patrie, l’amitié, le combat pour ses idéaux, la confiance, et des sujets importants, comme que la guerre, la mort et la trahison. De plus, il s’agit apparemment d’une histoire vraie ! C’est même une autobiographie de Sorj Chalandon… Hélas, cela ne l’a pas fait avec moi. Je suis ressortie déçue par cette lecture et ne pense pas lire le roman original.

.

clubdeslecteurs
(Lu dans le cadre du club des lecteurs de ma médiathèque.)

.

Citations

Le salaud, c’est parfois un gars formidable qui renonce.
.
—————
.

– Tu n’as jamais entendu parler de Tyrone Meehan ?
À cet instant, par la voix de Jim, les yeux de Jim, sa bouche qui disait le respect de ce nom prononcé… j’ai su que mon traître était de ceux que célèbrent les chansons rebelles.

.
—————
.
Y a-t-il une vie avant la mort ?
.
.

Ma note

2,5/5

6 réflexions au sujet de « « Mon traître » de Pierre Alary et Sorj Chalandon »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s