Science Fiction·Young adult

« L’Enceinte 9 » d’Ophélie Bruneau

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « L’Enceinte 9 »
Auteur : Ophélie Bruneau
Genre : Young Adult / Science-Fiction
Éditeur : Lynks

.

résumé du livre

Depuis cent ans, à cause d’une pandémie meurtrière, l’humanité s’est repliée derrière 12 Enceintes. Seule survivante, l’Enceinte 9 voit ses ressources s’épuiser et le collectif Fin du monde, qui prône la fin de l’espèce humaine, monter en puissance. Ysa est une jeune surnuméraire : née sans bon de naissance, elle doit travailler pour la collectivité dès ses dix-huit ans. Ses premières missions dans la police la confrontent à de nombreux incidents : des suicides de masse, des vols de nourriture. Y aurait-il un lien avec le collectif Fin du Monde, qui souhaite la mort de l’espèce humaine et a déjà anéanti des Enceintes ? La rencontre d’Ysa avec l’ombre, la population non gérée, va tout précipiter. Comment sauver l’Enceinte 9 avant qu’il ne soit trop tard ?

.

Ma critique

Bien que cela ne révolutionne pas le genre, « L’Enceinte 9 » est une dystopie distrayante ! Elle met en scène un univers ravagé par la maladie, si bien que les survivants se sont cantonnés dans divers districts depuis des décennies. Malheureusement, l’humanité commence à s’essouffler et ne semble pas disposer des moyens nécessaires pour assurer une longue et paisible vie à chacun. Il a été intéressant de voir comment l’Enceinte 9 fonctionnait, notamment au niveau du contrôle des naissances. Ces dernières sont limitées et, lorsque l’on ne dispose pas de « bon de naissance », le futur de l’enfant non-autorisé fait parfois froid dans le dos ! Le quotidien est régi par un règlement strict que l’on va apprendre à découvrir petit à petit aux côtés d’Ysa, une adolescente qui a été retrouvée lorsqu’elle n’était qu’un bébé abandonné. Comme beaucoup d’enfants interdits, Ysa va devoir œuvrer pour le bien commun : on va lui imposer un travail et un logement. Pour elle, cela va consister à intégrer la police où elle va souvent aller sur le terrain. Ces sorties pour chasser les malfrats apportent un certain rythme au début du récit, ce qui m’a plu. l-enceinte-9Vers la moitié du récit, cet emploi va être remplacé par des sorties sous la surface, puisque la jeune femme va partir à l’aventure avec des squatteurs rebelles… Le concept d’expédition était intéressant, car il a soulevé de nouvelles interrogations. Aux côtés des protagonistes, on va ressentir la soif d’en savoir plus sur cette Terre où le virus sévit peut-être toujours… Ainsi, j’ai été assez happée par l’intrigue, même si je reconnais que certains passages ont parfois été un peu longs et que cela manquait parfois de grands rebondissements. La brièveté des chapitres et les changements de narration ont aidé à apporter du dynamisme au texte.

Dans la plupart des romans post-apocalyptiques, le destin d’un peuple repose sur un seul personnage qui est le héros. Ici, on va rapidement réaliser que c’est vraiment un noyau de protagonistes qui va changer les choses. Or, ces individus ne sont pas uniquement humains ! En effet, Ysa va se faire greffer un implant oculaire dans le cadre de son travail au sein des forces de l’ordre. À l’inverse des autres implants, celui-ci va être doté d’une personnalité propre ainsi que d’une conscience. Cet Intelligence Artificielle (IA) va être un grand soutien pour Ysa, qui va créer une relation intéressante avec elle. J’ai été séduite par leurs échanges qui ne manquent pas d’humour ! Cependant, je reconnais avoir été un peu frustrée : je m’attendais à en savoir plus sur l’origine de cette IA. Hélas, cette technologie n’est pas l’intrigue centrale du récit. De ce fait, certains éléments sont restés volontairement flous ou sous-exploités… voire illogiques ! Par exemple, j’ai été étonnée de voir qu’il existait de tels implants, mais que la société n’avait pas conçu des technologies pour mieux communiquer avec les autres Enceintes ou pour sonder le monde extérieur afin de savoir s’il était toujours dangereux…

Ysa est une adolescente qui sort de l’ordinaire, puisqu’elle n’est pas belle ou badass comme la plupart des héroïnes de romans. Son côté naturel, crédible, doux et optimiste font d’elle une personne que l’on prend plaisir à suivre. Les personnages secondaires m’ont paru être intéressants malheureusement, je ne me suis pas attachée à eux. Il n’y a que l’héroïne, son amie Lidari et l’IA « Zéro » qui ont réussi à me toucher. Les autres m’ont semblé pas assez développés pour que je m’y attache réellement. En tout cas, je félicite l’auteure qui n’a pas cédé à la facilité, puisque ces protagonistes vont se heurter à de nombreuses difficultés, à des blessures et à la mort. J’ai également apprécié que l’on ne distingue pas de romance pour l’héroïne, ni de triangle amoureux. Certes, l’histoire d’amour présente est très rapide néanmoins, j’ai aimé qu’elle ne concerne pas Ysa et soit utile au scénario.

« L’Enceinte 9 » fut donc une lecture agréable, mais qui comporte quelques faiblesses m’empêchant d’apprécier pleinement ce one-shot. Il n’empêche que cela reste une dystopie relativement efficace, classique, mais avec de bonnes idées !

.

logo-plib.

 

Citations

Cette nuit, son avenir ne dépendait plus de sa bonne conduite, mais bien de son audace…
.
—————
.
Les images se bousculèrent dans la tête d’Ysa au fil de sa marche silencieuse : mille et un souvenirs, dont certains qu’elle pensait avoir oubliés. Autant de grains de sel frottés sur les plaies de son cœur.
.

—————
.
Je fais partie de toi, Ysa. Je peux t’aider. Essaie de me considérer comme un symbiote plutôt qu’un parasite.
.
—————
.
Jamais elle n’aurait cru qu’être vivante et indemne pouvait faire aussi mal…

.

Ma note

3,5/5

12 réflexions au sujet de « « L’Enceinte 9 » d’Ophélie Bruneau »

  1. Ce livre m’a été demandé et fait partie de mes prochains achats . Vivement qu’ils grandissent encore un peu !! Mon porte-feuille va pouvoir souffler un peu 😅. Par contre ta note n’est pas très élevée et ça, ça m’ennuie un peu😏

    Aimé par 1 personne

  2. Encore un dystopie mais ça me paraît intéressant de suivre l’héroïne dans les forces de l’ordre de sa ville, ça permet de voir des le début toutes les failles de cette société. Après, ton avis n’est pas non plus super positif, je vais attendre de lire plus d’avis pour me décider.

    Aimé par 1 personne

  3. C’est assez dur maintenant de trouver des dystopies qui sortent vraiment de l’ordinaire avec tous ce qui est sorti ces dernières années :/ Du coup j’avoue que je me laisse moins facilement tenter quand je tombe sur ce genre de romans en librairie… En tout cas, je trouve ça super que de plus en plus de bouquins les héroïnes sont… « normales ». En tant que lectrice, je trouve ça super appréciable 🙂

    Aimé par 2 personnes

  4. Je ne suis pas très dystopie, mais j’aime bien en lire une de temps en temps. Malgré ses quelques faiblesses, ce roman dont j’adore la couverture (comme toujours avec la maison d’édition) présente pour moi un atout majeur : le fait qu’il repose sur un noyau de protagonistes. Il était déjà dans ma wish list, mais ce point que tu mets en avant avec justesse me donne vraiment envie de le découvrir tout comme la présence de cet implant oculaire avec sa propre personnalité… J’aime beaucoup le concept !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s