Romances·Romans

« Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla » de Jean-Christophe Rufin

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla »
Auteur : Jean-Christophe Rufin
Genre : Romance / Roman contemporain
Éditeur : Gallimard

.

résumé du livre

Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d’oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l’éloignement, la séparation, le divorce… Edgar et Ludmilla… Le mariage sans fin d’un aventurier charmeur, un brin escroc, et d’une exilée un peu « perchée », devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d’opéra du monde. Pour eux, c’était en somme : « ni avec toi, ni sans toi ». À cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s’aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivis partout, de Russie jusqu’en Amérique, du Maroc à l’Afrique du Sud. J’ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l’après-guerre jusqu’aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux. Parfois, je me demande même s’ils existeraient sans moi.

.

Ma critique

couv63812274Des « je t’aime, moi non plus » à gogo ! C’est malheureusement ce que je retiendrai de cet ouvrage que je n’ai pas réussi à lire dans son intégralité. Comme il s’agissait d’un prêt, je n’ai pas voulu abandonner et je me suis accrochée pour comprendre ce qui avait plu à l’une de mes amies. Celle-ci avait vraiment accroché à cette danse incessante mêlant infidélité, richesse, conflits, unions, séparations et retrouvailles. Pour ma part, cette valse amoureuse m’a rapidement lassée. Il faut avouer que je ne comprends pas comment on peut autant se marier et divorcer soit disant « par amour ». Pourquoi n’ai-je pas accroché ? Est-ce une question d’âge ? De maturité ? De caractère ? Pas le bon moment ? Je l’ignore cependant, une chose est sûre : ce n’est pas l’idée que je me fais de l’Amour. Par ailleurs, malgré mes efforts, la narration ne me plaisait pas. La façon dont l’auteur s’adresse au lecteur, l’impression de documentaire retranscrit, les phrases souvent à rallonge, la construction du récit parfois désordonnée, le rythme lent ont eu vite fait de me lasser…

Deux vies de folie où les deux personnages vont en voir de toutes les couleurs. C’est le voyage improbable qui vous attend à travers ces pages ! Si l’on oublie le côté répétitif du scénario, c’est avant tout la construction des personnages qui m’a fait passer à côté de cette lecture. En effet, j’ai trouvé que l’on ne s’attardait pas assez sur les émotions des deux protagonistes. Certes, on retranscrit leurs sentiments, notamment à certaines périodes de leur vie toutefois, je n’ai pas ressenti d’étincelle ! Tous deux m’ont laissé de marbre et ne m’ont pas donné la sensation d’être réellement amoureux.

Hélas, j’ai lu la moitié du livre sans passion… Le reste, s’est fait en diagonale et en accéléré ! Une de mes connaissances ne s’était pas trompée en affirmant que « Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla » ne serait pas pour moi. Au moins, j’aurais essayé !

.

clubdeslecteurs
(Lu dans le cadre du club des lecteurs de ma médiathèque.)

.

Citations

Les grands naufrages, paraît-il, s’annoncent par d’imperceptibles craquements tandis que l’on continue de danser sur les ponts.

—————

Chez beaucoup d’hommes, et c’était le cas d’Edgar, l’amour se déploie en profondeur mais sans s’imposer à la conscience. En d’autres termes, ils n’y pensent pas. Le sentiment concerne une couche profonde de leur être où il s’enracine solidement. Mais en surface, ils restent libres d’emplir leur quotidien de sujets futiles comme l’ambition, le goût du luxe ou la recherche d’aventures sexuelles.
Que la jalousie survienne, et l’amour enfoui réapparaît, balayant tout, ôtant sa valeur à ce qui avait indûment occupé sa place.

—————

Il nous semble aujourd’hui que le mariage est quelque chose de trop sérieux pour le confier à des jeunes gens. Ce devrait être un aboutissement, vous ne croyez pas ? Un but à atteindre, un idéal. Pour y parvenir, il faudrait toutes les ressources de la maturité, toutes les leçons de l’expérience et le temps surtout, le temps pour rencontrer la bonne personne et la reconnaître…

—————

La mécanique du destin génère de façon irrésistible ces moments tragiques ou heureux.

.

Ma note

1/5

8 réflexions au sujet de « « Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla » de Jean-Christophe Rufin »

  1. Bravo pour avoir tenté et d’avoir fini, même en diagonale, ce roman…
    Dès ton « je t’aime, moi non plus à gogo », j’ai su que ce n’était pas pour moi. J’ai en horreur ce schéma qui conduit souvent à bien des souffrances inutiles et agaçantes pour le lecteur.
    Tu as pu en discuter avec ton amie ? À défaut de l’avoir apprécier, ce livre pourrait être source d’une intéressante conversation 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s