Romans policiers / Thriller

« Les Cicatrices » de Claire Favan

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les Cicatrices »
Auteur : Claire Favan
Genre : Roman policier / Thriller psychologique
Éditeur : Harper Collins

.

résumé du livre

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.
En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.
Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

.

Ma critique

Ma dernière lecture (« Passager 23 » de Sebastian Fitzek) m’avait conquise, mais écœurée par ses thématiques… Néanmoins, il semblerait que j’ai troqué un cheval borgne contre un aveugle, avec ce nouveau polar mettant en scène des individus retors aux mœurs répugnantes ! Je me doutais que le sujet serait délicat, car Claire Favan, derrière son doux sourire et sa gentillesse quand on lui parle lors de salons littéraires, cache des histoires souvent glauques et puissantes ! Être une femme dans ses récits n’est généralement pas bon… Et, souvent, l’auteure montre le pire dont est capable de genre humain ! couv52632168Ici, il est question de tueur et violeur en série qui garde ses victimes chez lui, jusqu’à ce qu’elles deviennent des coquilles vides dont il faut se débarrasser. Si vous êtes une âme sensible, ne vous orientez pas vers ce roman policier très noir. Vous risqueriez de garder des cicatrices intérieures…

Cette affaire a réussi à me captiver, notamment grâce au tour de passe-passe de l’écrivaine. En effet, elle est parvenue à me faire ressentir énormément de pitié, de peine et de compassion pour les victimes, pour les protagonistes écorchés à vif, mais surtout pour le personnage principal, Owen. Ce dernier semble récolter les ennuis : entre Sally, son ex-femme suicidaire, qui lui fait du chantage pour qu’il lui revienne, sa maison coupée en deux pour surveiller les tentatives de suicide de Sally, ses beaux-parents qui lui mettent la pression pour qu’il se remette en couple avec leur fille démente, la pression du voisinage, … Il ne manquait qu’une affaire de meurtre qui semble irrémédiablement accuser le pauvre homme ! Or, plus on progresse dans les chapitres, plus les preuves l’accablent, alors qu’il proclame haut et fort son innocence. Avec brio, Claire Favan est parvenue à susciter un sentiment de révolte et d’injustice pour ce suspect vraisemblablement innocent. Cependant, malgré ma miséricorde, je gardais en tête le fait que les auteurs sont capables de nous retourner l’esprit ! Entre victime et bourreau, il n’y a qu’un pas. Et les polars que j’enchaîne en ce moment m’ont toujours prouvé à quel point il est aisé de manipuler le lecteur ! J’ai donc été méfiante vis-à-vis de chaque protagoniste, que ce soit le héros ou son entourage. Ai-je eu tort ou raison ? Seuls les plus téméraires auront la réponse !

Le rythme est très efficace que ce soit grâce aux chapitres courts, à l’écriture fluide et glaçante, aux personnages meurtris et à l’enquête aussi terrifiante qu’intrigante. On se prend au jeu et on souhaite démêler le vrai du faux. J’ai apprécié cette avancée sans temps-morts même si, malheureusement, j’avais deviné plusieurs twists… Cela ne m’a pas empêchée d’avoir été impressionnée par le récit qui m’a donné un effet « coup de poing » à bien des reprises ! Or, ce n’était pas gagné d’avance, car j’ai vraiment du mal avec les textes mettant en scène des viols répétés et détaillés… Mais là, on a réussi à m’embarquer dans cette ambiance malsaine, intense et déroutante ! Enfin, mention spéciale à l’auteure qui s’amuse à faire des clins d’œil à ses confrères avec des personnages secondaires dont le nom ressemble, à quelques lettres inversées, à des personnalités du monde du polar bien connues (ex : Olivier Norek devient Oliver Noker) ! Une petite touche d’humour très sympathique qui a réussi à m’extirper un sourire malgré l’intrigue sacrément glauque.

.

Citations

Une graine pourrie a été plantée dans le coeur de ce garçon. Dans le terreau de sa haine, elle germe, tant et si bien qu’elle ravage tout ce qu’il aurait pu devenir.
.

—————
.
La voie légale comportait beaucoup trop d’inconnues et d’incertitudes pour que sa raison malmenée lui donne une chance. Dès lors, il ne restait plus que les options improbables et impulsives : suivre les pas de sa mère et fuir les coups, les soirées foireuses et la peur ! Elle pouvait repartir de zéro, ailleurs. Ce ne serait pas facile, ce serait sans doute dangereux, mais rien en comparaison de ce qu’elle vivait au quotidien en restant sous ce toit.
.
—————
.
Oh… les femmes… On ne peut pas vraiment compter sur elles. Elles sont futiles, dépensières, exigeantes… Ta mère, à elle seule, est une digne représentante de son sexe et fait fructifier tout le commerce local. Un sac à main qui lui plaît, et hop !
.
—————
.
Il a l’impression qu’il se tient au bord d’un précipice. Il a déjà la moitié des pieds dans le vide, et. Il a l’impression qu’il se tient au bord d’un précipice. Il a déjà la moitié des pieds dans le vide, et seule l’autre moitié le sépare du foirage complet de sa vie. Il en a assez de lutter sans cesse ! Il a juste envie que tout cela s’arrête. Un instant, il songe même à aller demander conseil à Sally pour mettre fin à ses jours… Il ne peut retenir un ricanement en réalisant qu’elle a survécu à chacune de ses tentatives. Non. Il ne peut manifestement pas compter sur elle pour ce genre de situation.

.

Ma note

 4,5/5

16 réflexions au sujet de « « Les Cicatrices » de Claire Favan »

Répondre à anaislemillefeuilles Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s