Romances·Romans·Young adult

« À première vue » de Colleen Hoover

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « À première vue »
Auteur : Colleen Hoover
Genre : Romance / Roman / Young adult
Éditeur : Hugo & Cie

.

résumé du livre

Merit Voss sait qu’elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu’elle n’a pas gagné. C’est en voulant en acquérir dans une brocante qu’elle fait la connaissance d’un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d’être un peu plus compliquée qu’elle ne le pensait et que l’alchimie qu’elle a cru percevoir entre eux, a peu de chances de se développer. Rien n’est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d’une ancienne église désaffectée. Son père a épousé l’infirmière de son ex-épouse, qui l’a assistée lorsqu’elle a eu un cancer. Ses frères et sœurs ont des traits de caractère qu’elle n’apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre. Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger, Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.

.

Ma critique

Adepte de la plume de Colleen Hoover, j’attends toujours les versions pocket de ses romans avec impatience ! Alors, lorsque ma petite panda rousse (et son papa) m’ont offert « À première vue » lors de la fête des mères, j’ai été aux anges. Je n’ai d’ailleurs pas traîné à le lire, puisque j’ai plongé dedans quatre jours après l’avoir reçu. J’avais hâte de découvrir cette nouvelle romance et me demandais quels sujets l’auteure allait aborder. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai été étonnée ! La famille que l’on va apprendre à découvrir est véritablement haute en couleurs et originale. Mais, pour tout vous avouer, j’ai trouvé l’ambiance particulièrement dérangeante, atypique et malsaine. Laissez-moi plutôt vous présenter tout ce petit monde !

couv60756347Merit, l’héroïne, collectionne les trophées des autres dès qu’il lui arrive quelque chose de contrariant ou douloureux. Elle fait l’école buissonnière et se comporte de façon très agressive avec son entourage qu’elle méprise. Si on peut comprendre ses difficultés à côtoyer certains membres de sa famille, on ne peut néanmoins pas accepter certains de ses choix comme celui de fantasmer secrètement sur le petit-ami de sa sœur jumelle vivant à la maison ou encore demander à son demi-oncle de coucher avec elle ! Je ne me suis absolument pas attachée à elle et, même en ayant terminé le livre, je n’arrivais toujours pas à l’apprécier. Il y a aussi Honor, sa jumelle, qui a une étrange fascination pour les garçons en phase terminale, puisqu’elle a volontairement choisi des compagnons devant mourir bientôt d’une maladie grave. Être la dernière personne qu’ils aiment est un choix qui lui tient à cœur. On notera également Utah, un frère aîné caractériel et secret que l’on apprendra à découvrir en fin d’ouvrage ou encore Moby, le demi-frère mignon de quatre ans, encore innocent.

Le patriarche de la famille a longtemps eu une mauvaise image auprès des siens, puisqu’il semblait avoir fait des choix terribles : alors que sa femme était atteinte du cancer, il est sorti avec son infirmière. Depuis, les deux compagnes, portant le même prénom, vivent sous le même toit. L’ex-femme au sous-sol avec une agoraphobie extrême et l’autre vivant à la maison, mais dictant sa loi ou encore son régime alimentaire. À ce noyau s’ajoutent Luck, un oncle à l’esprit débridé, et Sagan, celui qui obsède littéralement l’héroïne. Honnêtement, j’ai longtemps trouvé ces personnages ainsi que l’ambiance très très spéciaux ! J’avais l’impression que tout le monde couchait avec tout le monde ou enviait/fantasmait l’un sur l’autre. Il m’a d’ailleurs été très difficile de rentrer dans le récit que je lisais certes, aisément, mais en me demandant où l’auteure voulait en venir. Il m’a d’ailleurs fallu attendre le dernier tiers pour avoir des réponses et enfin comprendre les maux de chaque protagoniste. Il faut dire, que le rythme est lent, afin de permettre au lecteur de découvrir chaque personnalité. Comme Merit, on se forge malgré nous une opinion sur chaque portrait et on finit par tomber de haut lorsque les non-dits se brisent et que les langues se délient enfin… Hélas, pour ma part, c’était déjà trop tard. Hormis Sagan et le petit Moby, je n’avais réussi à m’attacher à personne, ni à éprouver de la compassion pour quiconque.

En soit, le livre n’est pas mauvais. Il ne répondait simplement pas à mes attentes. Colleen Hoover a réussi un véritable tour de force en m’obligeant à juger ses personnages, puis en démontant cette image. Elle a fait un pari osé : proposer une famille dysfonctionnelle. Chaque individu est complexe, original et ne ressemble pas aux personnages que l’on peut croiser en littérature. En outre, l’auteure parvient avec brio à aborder plusieurs thématiques (identité, bonheur, dépression, inceste, adultère, famille, amour, sexualité, entraide, phobie, etc.), tout en donnant son avis sur certains sujets. On notera également l’intégration de quelques dessins réalisés par Sagan. L’idée est bonne toutefois, j’ai trouvé que ces éléments étaient trop petits. On aurait pu les agrandir pour mieux en profiter. Cette lecture m’a donc laissé un ressenti mitigé, voire s’est transformé en déception. Hélas, je me suis sentie très éloignée des personnages, ce qui a nui à mon ressenti sur le scénario, déjà particulièrement long à se mettre en place. Ajoutons à cela une atmosphère trop dérangeante ainsi qu’une romance qui, à mes yeux, manquait de peps… J’ai également été hermétique aux tentatives d’humour. Si vous ne connaissez pas Colleen Hoover, mieux vaut commencer par un autre titre que celui-ci.

.

Citations

Toutes les erreurs n’entrainent pas forcément de conséquences. Parfois, elles n’invitent qu’au pardon.

—————

Ça m’ennuie quand les gens essaient de convaincre leurs voisins que leur colère ou leur stress n’est pas justifié tant que quelqu’un dans le monde a de quoi se plaindre davantage. C’est nul. Tes émotions et tes réactions sont valables, Merit. Ne laisse personne te dire le contraire. Toi seule les ressens.

—————

Il faut d’abord que tu tombes amoureuse de toi-même.

—————

La dépression n’implique pas forcément qu’on se sente tout le temps malheureux ou suicidaire. L’indifférence en est aussi un signe. Ça remonte à un bout de temps, pourtant, je prends encore des médicaments pour ça tous les jours. 

.

Ma note

♥♥ 2/5

 

21 réflexions au sujet de « « À première vue » de Colleen Hoover »

  1. SI les personnages ont le mérite de l’originalité, j’ai la quasi-certitude qu’ils me mettraient mal à l’aise tout comme l’ambiance de ce roman qui n’est pas pour moi même si je serais curieuse de découvrir les quelques dessins qu’il contient.
    À défaut d’une lecture convaincante, tu as eu la chance d’avoir une jolie attention de petit panda et de papa panda 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, leur attention m’a fait plaisir et je leur ai fait de gros baisers. ❤

      Honnêtement, les dessins sont minuscules… Cinq centimètres à tout casser. C'est dommage car ils sont parfois intéressants !
      Tu as raison pour le fait que les persos sont aussi originaux qu'ils mettent mal à l'aise…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s