Romans

« Lulu dans le taxi ou les bienfaits du curcuma » de Laurence Kleinberger

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Lulu dans le taxi ou les bienfaits du curcuma »
Auteur : Laurence Kleinberger
Genre : Roman contemporain
Éditeur : Auto-édition

.

résumé du livre

Un Road moovie décalé qui réunit une femme délaissée, un chauffeur de taxi grincheux, un enfant oublié, une vieille dame fugueuse, Josiane Balasko, des cadavres qui tombent du ciel, un centre de bronzage abandonné, une médecin légiste résiliante, son sous fifre, un brancardier ingénieux mais pas d’assassin. Où partent-ils, que cherchent-t-ils ? Ils n’en savent pas grand chose eux-mêmes. Mais c’est peut-être le bonheur qu’ils vont trouver ?

.

Ma critique

Que se cache-t-il derrière ce titre original ? Le résumé, présentant brièvement un panel de personnages cocasses, éveillait ma curiosité, tout en annonçant déjà la couleur : cette lecture serait explosive ! Hélas, si le début du roman avait réussi à éveiller ma curiosité, j’ai malheureusement peu à peu déchanté. 51dfqxd5gul._sx331_bo1204203200_J’ai eu l’impression de lire un conte intergénérationnel loufoque, avec des situations abracadabrantes, des héros atypiques et des rebondissements improbables. Certes, je me doutais que j’aurais des surprises toutefois, je ne pensais pas que le scénario prendrait une telle direction. J’ai eu l’impression d’assister à du théâtre absurde… Ce qui n’est, hélas, pas forcément ma tasse de thé.

L’ouvrage met en scène Luce, alias « Lulu », une femme sensible, humaine, protectrice, riche et un peu dans la lune, qui va venir en aide à Alma/Poupette Marceau, une nonagénaire en fuite, dont la petite fille s’appelle Sophie (mais non, ce n’est pas la vraie Sophie Marceau, sauf si vous souhaitez un autographe ?!). Le tandem est rapidement touchant, complice et taquin. Connaissant la solitude, les deux femmes se comprennent instantanément, puis décident de prendre les voiles. Au fil de leur escapade, elles vont faire la connaissance de plusieurs individus originaux : le petit Félix/Félisque (un enfant de 4 ans abandonné par sa mère), le chauffeur de taxi Albert/Bébert (un amoureux transi rêveur, atteint du syndrome d’Asperger) ainsi que Sidonie (une aide-soignante de l’EHPAD d’Alma). Bien qu’il soit hétéroclite, le petit groupe n’a malheureusement pas su m’émouvoir : de coutume, pour m’attacher à un personnage, j’ai besoin qu’on développe davantage sa personnalité et son caractère. Peut-être que si les protagonistes avaient été un peu plus creusés, mon ressenti aurait été différent et mon impression générale n’en aurait pas pâti.

Outre la petite équipe voyageant vers d’autres horizons (ou plutôt vers l’EXCELSIOR), une autre intrigue avançait en parallèle : celle du Docteur Lotte Zygband, une médecin-légiste. Suite à un problème technique, Lotte a eu la curieuse idée de jeter la quarantaine de corps de la morgue dans l’eau de la Seine. Inconscience ? Acte non-professionnel et peu orthodoxe pouvant engendrer un risque sanitaire ? Elle et ses collègues n’en ont eu que faire et ont décidé d’agir… J’avoue que j’ai eu du mal avec ce concept saugrenu. Comment des médecins pouvaient-ils accepter cet acte et s’en réjouir autour d’une bonne buvette ? Ajoutons le fait que tous ces personnages ont des noms originaux qui se prêtent volontiers à des jeux de mots (ex : Dugland, Paul Pote, …). Si certaines réflexions m’ont fait sourire, le soufflet est hélas vite retombé. Pourtant, le style de Laurence Kleinberger est assez sympathique, léger, plein d’humour et parfois familier et cette auteure propose de jolies leçons de vie. J’aurais pu embarquer dans ce road trip insolite cependant, c’est le souci des OVNI littéraires : l’originalité passe ou casse. Néanmoins, il est à noter que les avis sur Amazon sont favorables. C’est pourquoi la meilleure solution est probablement de vérifier par vous mêmes si vous êtes sensibles aux  « bienfaits du curcuma ».

.

Citations

– Tu l’as vu ? Tu as vu comme il était beau ? Ce regard triste et sombre, ces poils de torse à peine grisonnants… Oh mon dieu comme je regrette d’être aussi vieille !
– Mais il faut arrêter avec ces idées préconçues Alma ! L’amour n’a jamais été une question d’âge… Et si vous voulez tout savoir, Dugland est dingue de vous. Il cherche un moyen de prendre vingt ans dans la tronche pour vous séduire.
– Roooh, le grand fou, murmure Poupette en s’éloignant toute guillerette.

—————

Lotte est sûre d’une chose : elle préfère les morts aux vivants. On espère trop des vivants ! On espère déjà qu’ils restent en vie, surtout lorsqu’on est médecin ou qu’ils sont nos patients.
Tandis que les morts présentent cet avantage qu’ils n’offrent plus rien à espérer. On ne peut pas faire d’erreur de diagnostic avec mort et même si c’était le cas, il ne pourra jamais être plus mort que mort. C’est pour ça qu’elle a bifurqué vers la médecine légale lorsqu’il a fallu se spécialiser.
Elle pense qu’elle n’aime que les morts la Zygband. En réalité, elle aime bien trop les vivants pour risquer de les perdre, mais pour accepter ça il lui faudrait au moins dix ans d’analyse trois fois par semaine et elle n’est pas prête, mais pas prête du tout à s’allonger sur le divan…

—————

Sur un air de Zorro
« – Un spermato qui surgit hors du phallus
Court vers la gonade au galop
Son nom il le signe à la pointe du flagelle
D’un S qui veut dire Spermo. »

—————

– Tu veux manger de la barbe-à-papa ? lui demandait gentiment sa mère.
[…] La petite observait les énormes flocons perchés au bout d’une baguette. Elle avait toujours cru qu’il s’agissait de ballots de coton rose, comme ceux que sa mère plaçait dans un flacon de verre sur la tablette de la salle de bains. Des cotons pour géants qu’on rangerait dans un réservoir de cristal colossal posé sur un énorme lavabo. Cette explication suffisait à l’enfant. Mais brusquement, le coton devenait la barbe de son père…
Ainsi donc, c’est là qu’il l’accrochait après l’avoir rasée ?
Luce avait toujours connu son père glabre et dans le fond, elle n’avait aucune idée de la couleur de son système pileux.
La petite se représenta brièvement les poils de son père lui caresser les dents de lait et glisser dans son gosier et elle en fut malade, mais sincèrement malade : de brusques giclées de vomi arrosèrent sa robe à smocks bleue ainsi que le chemisier en dentelle de maman. Elle hurlait d’horreur. L’horreur des poils, l’horreur de son dégueulis et même l’horreur de son horreur.

.

Ma note

♥♥ 2/5

 

4 réflexions au sujet de « « Lulu dans le taxi ou les bienfaits du curcuma » de Laurence Kleinberger »

  1. Le titre a de quoi attiser la curiosité !
    « J’ai eu l’impression de lire un conte intergénérationnel loufoque, avec des situations abracadabrantes, des héros atypiques et des rebondissements improbables.  » Ces quelques mots sont plutôt alléchants même si à la lecture de ton avis, cela n’a pas l’air d’avoir eu l’effet escompté sur toi…
    Le côté décalé m’attire pas mal, mais j’ai un peu peur de l’effet d’accumulation que je ressens en lisant ton avis. Je vais donc me fier à ton ressenti et passer mon tour, ce qui ne m’empêchera pas d’aller lire un extrait sur Amazon.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s