Littérature jeunesse·Manga·Romans policiers / Thriller

« Moriarty » T6 de Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Moriarty » T6
Auteurs : Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi
Genre : Manga / Polar
Éditeur : Kana

.

résumé du livre

A côté de leurs activités officielles, les frères Moriarty sont devenus des « conseillers privés ». Avec William à leur tête, ils aident les gens du peuple, victimes d’injustices, à se venger des riches qui les ont fait souffrir.

.

Ma critique

La couverture illustre parfaitement le personnage central de ce sixième opus : la plantureuse Irène Adler, voleuse et séductrice qui fait tourner la tête de ce cher Sherlock. On va donc la suivre dans ses petites affaires et, surtout, dans ses premières confrontations à la famille Moriarty. Albert sera également mis en avant : lors d’un bal masqué, il saura faire preuve d’intellect, de puissance et de charisme !couv13904149 Il m’est apparu comme aussi intéressant que William, car il avait toujours un tour d’avance et semblait parfaitement maîtriser son plan. Quel réel plaisir de constater que le clan Moriarty est enfin sur le devant de la scène ! Il est à noter que l’on se détache de l’œuvre originale, ce qui peut séduire comme déplaire. Pour ma part, je suis plutôt tiraillée

L’histoire a donc continué à avancer cependant, j’en attendais un peu plus. Il y avait beaucoup de conversations et peu d’action, ce qui donne une impression de rythme lent. On souhaiterait que les choses aillent un peu plus vite et, hélas, ce n’est pas le final qui a réussi à m’enchanter. J’ai trouvé certains twists assez gros, tandis que la phrase finale avec James Bond m’a fait lever les yeux au ciel. J’ai jugé cette idée osée, inattendue, atypique, mais assez ridicule. Par ailleurs, Sherlock me déçoit de plus en plus : il est hyper vulgaire et ne colle pas à l’idée que je me faisais de lui… Et je ne parle même pas du moment où il s’est promené à demi nu… Chose impensable et décadente pour l’époque ! De façon générale, je trouve que le contexte historique n’est pas spécialement respecté que ce soit dans les dialogues ou dans les actions du célèbre enquêteur… Mon envie de poursuivre la série n’est cependant pas entachée, car je suis curieuse de voir où vont aller les auteurs.

.

Citations

Ce que je veux dire par là, c’est que la mort d’un noble n’a qu’une incidence minime sur la société aristocratique. Ou dit autrement : vous pouvez tuer autant de nobles que vous voulez, cela ne changera jamais rien. La noblesse n’est pas une qualification individuelle, c’est un concept.
.
—————
.
– Ça te fera un souvenir… Ça t’évitera de m’oublier…
– Peuh… Une femme comme toi, on voudrait l’oublier qu’on n’y arriverait pas !

.
—————
.
Vous venez d’assister à la représentation de la même pièce, la punition de la noblesse.

.

Ma note

3,5/5

 

13 réflexions au sujet de « « Moriarty » T6 de Ryôsuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi »

  1. Je me sens un peu coupable t’ayant bien vendu ce tome même si je sais que tu avais de toute manière l’intention de le lire.
    Pour ce tome, nos avis diffèrent pas mal parce que j’ai adoré les twists et la fin, mais à la lecture de ton avis, je me rends compte que j’ai fini par aborder la série comme une œuvre comique, les traits étant tirés à l’extrême et les ficelles de plus en plus grosses…
    Si j’ai moins été choquée du comportement de Sherlock que d’habitude, je confirme que le traitement réservé à ce personnage me déplaît fortement et dégrade sérieusement le plaisir que l’on peut ressentir à suivre la série. Je n’arrive pas à comprendre ce choix scénaristique qui n’apporte rien !

    Aimé par 1 personne

    1. Ne t’en fais pas : j’ai emprunté à la bibliothèque, donc aucun regret. Comme tu dis, j’avais de toute façon prévu de le lire, car j’aimais beaucoup les premiers tomes.
      C’est vrai qu’on peut considérer la saga comme une adaptation comique, mais pas tout le temps. Quant Moriarty est présent, l’ambiance est sombre, violente et oppressante. On est vraiment sur une autre atmosphère qu’avec Sherlock où, comme toi, je trouve que l’humour est omniprésent (dialogues, contexte, rebondissements). On oscille entre les deux. C’est perturbant.
      Je te rejoins pour le comportement de Sherlock qui se dégrade petit à petit… Dommage.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s