Romances

« Colocs (et plus) » d’Emily Blaine

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Colocs (et plus) »
Auteur : Emily Blaine
Genre : Romance / Littérature contemporaine
Éditeur : Harper Collins

.

résumé du livre

Parfois, les hommes font vraiment des choses stupides. Comme noter le prénom de leur conquête d’un soir au creux de leur main pour ne pas l’oublier au réveil, par exemple. Ou bien promettre de ne jamais toucher à la sœur de leur meilleur ami. Connor n’échappe pas à la règle. Connor, c’est le meilleur ami de mon frère. Le mec le plus canon que j’aie jamais rencontré. Et accessoirement l’heureux élu avec qui je me suis honteusement envoyée en l’air j’ai passé un délicieux moment lors d’une soirée très arrosée à la tequila. Une nuit intense, passionnée, mémorable… suivie d’une douche froide quand il a compris qui j’étais et qui j’allais devenir – sa colocataire. Là, il a vraiment eu l’air paniqué. Je me demande bien pourquoi : a-t-il peur que je révèle notre petit secret à mon frère ? À moins qu’il ne redoute que nous ne succombions une fois de plus à la tentation…

.

Ma critique

Encore un chouette roman signé Emily Blaine ! Je me suis bien amusée avec l’histoire de Madeline/Maddie et de Conor. Tous deux forment un duo à la relation indéfinissable, complexe, intense et addictive ! Tout au long du récit, ils vont passer leur temps à lutter face à cette attraction intense : ils vont se chercher, se trouver et se repousser, mais sans que cela lasse ou agace le lecteur. couv17217319Même si on connaît la finalité, on prend plaisir à découvrir cet étrange lien qui les unit et qui oscille entre désir et frustration. Il faut avouer que, malgré leur caractère, ce tandem est très attachant ! Il en va de même pour l’entourage : Austin (le frère de Maddie et le meilleur ami de Connor), Sophia (la sœur de Connor), Ben (le collègue de Connor) et Ashley (une amie de Maddie assez tarée et très portée sur la bouteille). J’avoue que j’ai eu moins d’affinité avec Ashley qui est très excentrique, spontanée et parfois bizarre cependant, elle a son charme… Je pense d’ailleurs que je prendrai plaisir à la retrouver dans « Colocs (et rien d’autre) », la romance qui lui est dédiée.

Une fois encore, le cocktail proposé par l’auteure fonctionne : un pacte entre deux amis (en gros, profiter de la vie et ne pas sortir avec la sœur de l’autre), une rencontre sensuelle entre deux inconnus, une collocation explosive, une dose de sexe, des quiproquos à gogo, une relation indéfinissable et surtout beaucoup d’humour ! J’ai souvent ri au cours de ma lecture, que ce soit grâce aux répliques savoureuses, car Madeline a énormément de répondant, ou via les rebondissements. Les passages complices ou taquins avec le duo me donnaient la pêche, si bien que j’avais toujours envie de tourner les pages. Bien qu’ils soient peu nombreux, j’ai aimé les scènes mettant en avant l’amitié entre Austin et Connor. Tous deux m’ont touchée ! D’ailleurs, je n’aurais pas été contre d’autres moments avec eux, car Emily Blaine sait toujours développer ses personnages avec simplicité, humour, justesse et tendresse.

Madeline est une héroïne qui m’a directement séduite. En plus d’avoir la langue pendue, elle sait s’affirmer avec un caractère haut en couleur, une franchise décapante, du culot et de la détermination. Elle est très affirmée et sûre d’elle. Contrairement aux personnages habituels, elle assume ses désirs ainsi que sa féminité. La belle étudiante en médecine ne m’a jamais déçue… Ce qui ne fut pas toujours le cas de Connor, véritable goujat à ses heures perdues ! Il m’a complètement achevée avec le nom de ses maîtresses qu’il écrit sur sa main pour ne pas oublier leur identité le lendemain ! Quel mufle !! Pourtant, le coureur de jupons est un héros ayant su trouver une place dans mon cœur. Ai-je craqué en raison de son côté arrogant, charmeur, pétillant, détestable, obsédé et malin ? À moins que ce soit à cause de son soufflé au fromage dont on trouve la recette en fin d’ouvrage ? Je l’ignore toutefois, le beau cuisinier m’avait définitivement convaincue à la moitié du roman. J’adorais le voir en compagnie de Maddie durant leur colocation électrique !

Je pense que j’aurais pu avoir un coup de cœur pour cette romance toutefois, l’une des dernières révélations m’a horripilée. Je n’en peux plus du passage obligé où le couple, en plein épanouissement et rêves, se dispute, puis se sépare avant de se pardonner à la fin… C’est un moment cliché, pénible, mélodramatique et rageant qui se déroule toujours de la même manière ! Honnêtement, ce n’était pas utile ! J’ai également serré les dents avec le mensonge mettant en avant Ashley. Quel dommage que ces deux éléments aient noirci le tableau ! En tout cas, je garderai un très bon souvenir de « Colocs (et plus) » qui contenait beaucoup d’humour et énormément de punchlines ! Un régal.

.

Citations

– Maddie est une infirmière en devenir et adore chanter All by Myself sous la douche, la présentai-je.
– Connor est un crétin pathologique qui note le nom des filles avec lesquels il couche dans le creux de sa main, répliqua-t-elle aussitôt.

—————

Règle n°1 : Jouir de la vie … Et jouir tout court, si possible avec une brune. […]
Règle n°2 : Jouir avec une brune, oui, mais jamais la même. […]
Règle n°3 : On ne touche pas aux sœurs. […]
Règle n°4 : Ne jamais revenir sur le lieu du crime.

—————

Tu es la fille avec une incroyable résistance à la tequila. Tu es la fille avec des chaussettes roses, tu es celle qui mange son yaourt sans cuillère

—————

Dieu créa la femme. Et juste après, parce qu’il estimait que ce n’était pas suffisant en terme de prises de tête et de nœuds au cerveau, il créa la cravate. Et enfin, pour parfaire son œuvre et en assurer la pérennité aux yeux de l’humanité, il inventa le rituel du premier rendez-vous : astucieuse conjonction entre la femme et la cravate. On ne peut pas nier qu’il y ait une forme de génie là-dedans !

.

Ma note

4,5/5

8 réflexions au sujet de « « Colocs (et plus) » d’Emily Blaine »

  1. Madeline a l’air d’être une sacrée femme, mais c’est probablement ce qu’il faut face à Connor qui lui semble jouer dans la ligue pro des goujats ! Le coup de la main, c’est juste horrible… J’espère juste qu’aucun homme ne tombe aussi bas dans la vraie vie.
    Je déteste aussi les clichés mélodramatiques, mais heureusement, tu sembles quand même avoir un avis très positif sur ce roman 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s