Romances·Romans

« La librairie des rêves suspendus » d’Emily Blaine

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La librairie des rêves suspendus »
Auteur : Emily Blaine
Genre : Romance / Littérature contemporaine / Feel-good
Éditeur : Harlequin

.

résumé du livre

Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier… 

.

Ma critique

Kimysmile m’avait vendu du rêve en me parlant de cet ouvrage en affirmant qu’il faisait partie de ses préférés de l’auteure. De ce fait, je m’étais dit que je me garderais le meilleur pour la fin. C’est donc avec « La librairie des rêves suspendus » que j’achève ma PAL spéciale Emily Blaine. (… Jusqu’à ce que j’achète les deux/trois derniers qu’il me manque pour avoir lu toute sa bibliographie !) Or, si j’ai apprécié ma lecture, je ne classerai pas pour autant cet écrit parmi mes favoris. Je l’ai trouvé assez simple et j’avoue avoir une préférence pour les héroïnes un peu moins sages. Sarah, la jeune libraire ne vendant que des livres d’occasion, m’a paru trop douce, naïve, bienveillante, timide, gaffeuse et nerveuse. Elle n’arrive pas à être méchante avec autrui, a des difficultés à dire « non » et fait toujours le bien autour d’elle. Une vraie sainte ! C’est surtout une grande rêveuse qui aspire à rencontrer le prince charmant. Celui des livres. Celui qui lui offre des fleurs, la comble par des petits repas avec de la belle vaisselle et qui lui donne des frissons lorsque leurs bouches s’unissent. Sa vie, elle l’a passée entre du papier et de l’encre. Elle désire donc une romance à la hauteur de ses auteurs favoris. J’avoue que j’ai trouvé cela très cliché ! Travaillant dans le monde littéraire, je n’ai pas l’impression de croiser beaucoup de libraires vivant sur une telle planète. En tout cas, en tant que bibliothécaire, je n’ai pas attendu un M. Darcy ou un bad-boy comme Maxime, le second narrateur de cette histoire !

Malgré mon ressenti concernant l’héroïne et mon manque d’attachement pour elle, j’ai aimé suivre ses aventures. J’ai également été séduite par le fait que Sarah ne se contente pas de rester derrière un comptoir ! La jeune femme propose des animations comme un club de lecture ou des soirées théâtrales adaptant une pièce en vue d’en faire un spectacle ouvert au public. Ses rayonnages, son coin détente avec les transats à l’extérieur ou les canapés confortables à l’intérieur ainsi que sa mise en avant de certains ouvrages comme les livres mystères m’ont conquise. C’est si convivial ! Je pense que j’aurais adoré avoir une petite librairie comme la sienne non loin de chez moi ! L’entourage de la demoiselle est également très sympathique et a renforcé l’idée d’endroit chaleureux. Que ce soit les habitués ou les commerçants voisins, j’ai apprécié la place que chacun d’eux vont avoir dans le récit. Ils forment un beau noyau.

Maxime est un protagoniste à la fois complexe et intéressant qui va réellement évoluer au fil du scénario. En effet, ce faux méchant va avoir une belle introspection, que ce soit avec sa nouvelle colocataire ou avec son ami Simon. Ainsi, si sa douce libraire va peu à peu réaliser que la vie n’est pas qu’un conte de fée et qu’il faut savoir ouvrir le yeux pour trouver le bonheur, le bel acteur va avoir une véritable leçon de vie. Pour cela, il lui faudra tomber plus bas que terre… Ce qui n’était pas difficile quand, dans les premiers chapitres, on constatait la manière dont il se comportait avec la gente féminine, son penchant pour les conflits et son tempérament houleux. Cet homme instable, violent, débridé et coureur de jupons ne semblait rien avoir en commun avec Sarah. D’ailleurs, leurs premiers échanges furent totalement froids, limités, voire inexistants en raison du comportement distant, cassant et agressif de Maxime. Et pourtant, ils vont apprendre à se connaître, pour ensuite s’apporter quelque chose l’un à l’autre. Leur duo est finalement très mignon ! On est donc dans un ouvrage contemporain à la française mélangeant romance et feel good. Certes, c’est cousu de fil blanc (sauf le secret de Maxime), mais c’est sympathique ! Voilà une lecture divertissante avec plein de bons sentiments qui sera parfaite si vous cherchez de quoi vous détendre.

.

Citations

C’était ma meilleure technique. En toute occasion, dès qu’une tuile m’arrivait ou si une situation potentiellement dangereuse se présentait, je faisais l’autruche. J’évitais. Je faisais comme si tout allait bien. J’étais le genre de fille qui, jouant à cache-cache plus jeune, se planquait derrière sa main, persuadée que personne ne la voyait. J’avais conscience que c’était puéril, mais cela m’évitait de gamberger et de sombrer dans la déprime.

—————

J’avais la sensation d’être une enfant prise les mains dans le pot de confiture. Ma confiture, c’était les livres d’occasion.

—————

Les livres avaient toujours été ma passion. Je lisais avec ferveur, presque dans une sorte de boulimie incontrôlable. Je faisais tout pour m’échapper de ma vie, et les livres m’avaient très vite permis de le faire.

—————

C’était comme comparer un livre neuf avec un livre d’occasion. Le premier était beau, lisse, parfait, au parfum d’encre fraîche. Alors que le second, corné et abîmé, révélait une odeur plus marquée et des pages jaunies. Ils pouvaient raconter la même histoire, mais le livre d’occasion racontait des histoires cachées, celles qui me fascinaient et qui me faisaient rêver.

.

.

Ma note

4/5

13 réflexions au sujet de « « La librairie des rêves suspendus » d’Emily Blaine »

      1. Ah non, moi je suis encore pire qu’elle dans la vraie vie, un authentique Bécassin x)
        Mr peut en attester, notre premier rendez-vous a été complètement foireux. J’ai trouvé moyen de me faire une entorse sur une châtaigne.

        Aimé par 1 personne

  1. Ton avis me laisse entrevoir un moment de lecture agréable 🙂
    J’avoue que comme Svetlana, j’aurais tendance à me retrouver dans ta description de Sarah, surtout plus jeune ou là, on aurait pu être sœur…
    Je suis rassurée sur la personnalité du protagoniste masculin qui a l’air d’avoir ses propres problématiques sans pour autant se révéler toxique à outrance. Un bon point. Et tu as titillé ma curiosité avec son secret…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s