Fantastique/Fantasy·Romans policiers / Thriller

« Le chant des cavalières » de Jeanne Mariem Corrèze #plib2021

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le chant des cavalières »
Auteur : Jeanne Mariem Corrèze
Genre : Fantasy
Éditeur : Les Moutons Électriques
#ISBN9782361836184

.

résumé du livre

Dragons, cavalières et herboristes ! Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, qui attend. Le premier sang, le premier vol ; son amante, son moment ; des réponses à ses questions. Pour trouver sa place, elle devra louvoyer entre les intrigues de la cour et de son Ordre, affronter ses peurs et ses doutes, choisir son propre destin, devenir qui elle est vraiment.

.

Ma critique

couv34051456Malheureusement, cet ouvrage n’a pas réussi à me convaincre. Le résumé était pourtant tentant ! De ce fait, j’avais sélectionné ce titre pour le PLIB… Hélas, ce ne fut pas pour moi : je n’ai pas eu le déclic au fil de ma lecture. La plume ne m’a pas convaincue. De plus, je n’ai pas eu d’attache pour les personnages qui partageaient presque tous leurs points de vue régulièrement… Comme le souligne Amanda, avec qui j’ai échangé, on est trop sur du descriptif, voire du contemplatif. Pendant une grande partie du livre, le rythme est lent. On ne perçoit pas de suite là où veut en venir l’auteure… Certes, c’est utile pour découvrir tout l’univers de ces Amazones du ciel toutefois, cela ne me suffisait pas. Il fallait que cela bouge davantage, en particulier du côté de Sophie, l’une des héroïnes.

Cette dernière m’a paru un peu trop lisse et passive, notamment au début où, hélas, elle a été rejetée par Eliane, sa mentor. En deuil, Eliane a laissé son écuyère auprès de son peuple, préférant alors nouer des intrigues politiques ailleurs ou profiter des bras du Prince Roland. Pendant ce temps, Sophie trouvera le temps long… Moi aussi. Je n’attendais qu’une chose : que la nouvelle Matriarche revienne pour enfin former sa disciple ! Or, quand c’est arrivé, j’ai été totalement frustrée ! Car, à ma grande surprise, Jeanne Mariem Corrèze a opté pour un bond dans le temps, faisant progresser le récit de quatre années. La formation d’un personnage, son évolution physique et psychologique ainsi que chaque étape vers son destin sont des choses que j’affectionne dans la littérature. En réalisant cette avancée temporelle, j’ai eu l’impression d’avoir « attendu pour rien ». Ce procédé narratif sera malheureusement fréquent. Évidemment, cela permet à la jeune héroïne, au départ simple enfant attendant son premier sang, de grandir… Toutefois, cela enlève une phase très intéressante dans la construction du personnage.

Plusieurs éléments ont nui à mon plaisir. Par exemple, en progressant dans ma lecture, j’étais curieuse d’en savoir plus sur cette société matriarcale et féministe. Le lien avec les dragons m’intéressait et a été correctement développé cependant, j’attendais surtout des réponses sur les Hommes. Où étaient-ils ? Quelle place avaient-ils ? Pourquoi ont-ils à ce point le mauvais rôle ? Étrangement, je n’ai pas forcément eu de réponse à mes questions… D’autres éléments sur l’histoire seront également flous ou peu creusés. C’est dommage ! Par ailleurs, mon principal regret vient du fait que je ne me suis jamais faite au style d’écriture. Le côté onirique, parfois répétitif et volontairement alambiqué m’ont rebutée… Était-ce parce que je cherchais plutôt une plume légère et fluide ? C’est bien probable… Une chose est certaine : je suis restée insensible au sort de Myrddin, la fougueuse Eliane, la manipulable Sophie, son amie Pèn, la sage Acquilon et les autres. Pourtant, les nombreuses intrigues politiques, complots, guerre et jeux de pouvoir sont nombreux ! Cela aurait pu me conquérir… Mais peut-être que les péripéties de ces cavalières vous satisferont plus qu’à moi ? Attention, il est à noter que la fin ouverte ne plaira pas à tout le monde. À moins qu’un second tome soit prévu, mais rien ne l’indique !

.

> Les avis (un peu plus positifs) des copines :
Amanda et Tachan

.

logo-plib

.

Citations

Nous ne sommes pas dans un conte, Eliane de Nordeau ! Je ne reviendrai pas vers toi par trois fois afin que tu puisses te décider. Et je ne suis pas non plus un démon venu te demander la première âme qui passera le pont que tu construis. Ton ouvrage est grand, ta cause noble, ne tourne pas le dos au destin pour d’insipide principes !

—————

On est toujours seule face à son destin.

—————

Ce que vous allez affronter dans le ventre de la grande engloutisseuse, ce que vous y découvrirez, ne peut être exprimé dans la langue commune, ne peut être évoqué dans le parler des flammes, ne peut être compris dans le verbe du vent. Seul le susurrement de la sève au cœur de l’arbre est à même de décrire ce que renferment les entrailles de la Terre et rares sont ceux qui savent l’entendre.

—————

Considérons l’ordre comme un arbre ; si les feuilles dans leur multitude sont les écuyères, si les branches, solides et poussant toujours plus haut, sont les cavalières et si les racines, qui puissent savoir et nutrition dans la terre, sont les Aînées, alors le tronc ne peut être que la Matriarche. Sans son tronc, un arbre reste un buisson rachitique : il n’y a pas de citadelle sans Matriarche ; de même une Matriarche n’est rien sans sa citadelle.

.

Ma note

1/5

18 réflexions au sujet de « « Le chant des cavalières » de Jeanne Mariem Corrèze #plib2021 »

  1. Ah oui, quand t’aimes pas toi, t’aimes pas lol
    Je me retrouve quand même énormément dans tout ce que tu écris et qui t’a gênée. Mais il y a quand même du potentiel chez l’autrice, je trouve, et je lirais bien un autre texte d’elle pour voir si ça se confirme ^^

    Aimé par 2 personnes

    1. Haha, je plaide coupable… Après, j’espère avoir correctement argumenté sans dévaloriser le travail de l’auteure. :s C’est juste une question de goût.
      J’espère que le prochain écrit de l’auteure te plaira davantage. Qui sait, peut-être y aura-t-il une suite à ce roman ?

      Aimé par 1 personne

  2. Ah oui, sacré déception ! J’ai passé un bon moment mais c’est vrai que je ne me suis pas assez accrochée aux personnages et j’aurais aimé plus de développement et de profondeur. Que ça prenne son temps et qu’il y ait des ellipses temporelles ne m’a pas gênée, mais c’est vrai que j’aurais aimé que ce soit plus riche encore (l’univers est déjà super, mais j’ai eu l’impression de juste en survoler la densité).

    Aimé par 1 personne

    1. Oh, tu en as fait une chronique ?! Je me souviens que tu l’avais lu, mais je ne me rappelle plus d’avoir vu un avis sur ton blog. (Et comme je suis en retard sur les chroniques à lire, j’espère que je ne l’ai pas loupée…)

      Je peux comprendre pour l’univers. Il est effectivement très riche et intéressant… Mais comme tu dis, on pourrait encore plus le creuser. Alors, avec cette fin ouverte, je me dis vraiment qu’une suite est envisageable… Il y a pas mal de choses à exploiter et je suis certaine que ceux, comme toi, qui ont aimé adoreraient un T2 ou un titre se déroulant dans l’univers.

      Aimé par 1 personne

      1. Non, il faut que je termine ma chronique, d’ailleurs 😉
        J’ai réfléchi à l’idée d’avoir une suite mais je n’en ai pas envie. Je préfère que l’autrice se consacre à un nouveau récit, que l’ensemble soit plus développé, quitte à avoir une saga de plusieurs tomes 😉

        Aimé par 1 personne

  3. Le côté contemplatif peut avoir son charme, mais il faut quand même qu’il y ait au moins une chose derrière à laquelle on peut se raccrocher, ce qui ne semble pas avoir été le cas pour toi…
    Je pense tenter les cinquante premières pages et laisser tomber si le charme n’opère toujours pas d’autant que je ne suis pas une grande adepte des fins ouvertes !

    Aimé par 1 personne

  4. L’auteure compte écrire d’autres histoires dans le même univers, et notamment la suite des aventures de Sophie, mais je doute que poursuives la saga 😛. Je comprends chacun des points que tu as évoques, ainsi que les obstacles qu’ils ont engendrés, mais tout est une question de perception. Là où j’ai vu des qualités, tu y as surtout décelé des défauts, ce qui prouve bien que tous les goûts sont dans la nature. Quoi qu’il en soit, je te rejoins sur les longueurs qui m’ont souvent sortie de ma lecture 😉.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s