Romances

« Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël » de Valentine Stergann

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël »
Auteur : Valentine Stergann
Genre : Romance / Littérature contemporaine
Éditeur : Hugo & Cie

.

résumé du livre

Malgré un quotidien bien huilé, Irène a l’impression de passer à côté de son destin. Alors, quand elle apprend que la vieille amie de sa grand-mère lui lègue sa maison en Angleterre, elle n’hésite pas et saute seule dans le premier avion, direction Charlestown. À l’aube des fêtes de fin d’année, elle démarre une nouvelle vie avec de nouveaux voisins : un septuagénaire loufoque, une pétillante serveuse… mais surtout Rudolph, solitaire et bourru, veuf depuis deux ans. Aussi attirant qu’agaçant, cet homme des cavernes se maintient tant bien que mal au-dessus des flots grâce à son fils. Et si l’étincelante Irène réussissait à le faire sourire à nouveau ? Et si c’était ça, la magie de Noël ?

.

Ma critique

couv22696166À l’approche de Noël, la télévision est envahie de téléfilms hivernaux dégoulinants de bons sentiments. Certaines personnes préfèrent éteindre ou zapper sur un autre chaîne, tandis que d’autres visionnent avec plaisir pour se remettre dans l’ambiance. Les plus puristes attendent ces films de pied ferme afin de les (re)visionner avec un délicieux chocolat chaud rempli de guimauves… Depuis quelques années, les maisons d’édition surfent également sur cette tendance, proposant alors une pluie de nouvelles romances de Noël. Pour ma part, j’aime en lire quelques-unes (quelle que soit la période de l’année) toutefois, je me fie surtout aux différents avis qui sont sur la toile, car il est difficile de faire le tri, d’espérer lire quelque chose de mignon mais pas trop niais ou de tomber sur des éléments sortant légèrement des sentiers battus ! Je préfère donc écouter les chroniques des copines. Or, face à son résumé, je craignais « Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël » soit un peu trop classique pour moi. Cependant, les critiques de cette comédie romantique étaient unanimes : c’est un bonbon à savourer au moment des fêtes ! (ex : Kimy ou La pomme qui rougit) Je le reconnais : c’est un ouvrage léger, mêlant humour, tendresse et émotions, qui va prôner de belles valeurs comme l’entraide, l’amitié, la famille et l’optimisme. Bien que certaines choses soient un peu trop parfaites à mon goût, j’ai apprécié le côté positif du récit.

Les personnages sont relativement stéréotypés : on a l’héroïne protectrice avec du mordant, le beau-gosse traumatisé par la mort de son épouse, le fils gentil et enthousiaste, le vieux râleur sympathique, l’ex qui débarque, … Néanmoins, à ma grande surprise, on finit par s’attacher à la plupart d’entre eux. Car, bien que leur tempérament soit habituel dans ce genre de littérature, l’auteure va les nuancer petit à petit. Par exemple, j’ai beaucoup aimé le développement de Stella, l’ancienne petite-amie du beau Rudolph ! Les choses commencent avec la jalousie habituelle, puis vont évoluer différemment de d’habitude. J’ai également été agréablement surprise par la place donnée à la famille proche, en particulier les parents du veuf. De coutume, les histoires d’amour hivernales montrent toujours des familles un peu loufoques, mais surtout soudées, aimantes et accueillantes qui suivent la romance naissante avec un regard bienveillant. Pour une fois, les choses vont être complètement différentes et vont prouver que tout n’est pas rose dans la vie. Heureusement, la famille ne concerne pas uniquement le sang…

Le quatuor principal (Irène, Rudolph, son fils Quincy et leur vieux voisin Jacob) a finalement réussi à trouver une place dans mon cœur. Certes, tout ne m’a pas plu dans leur caractère toutefois, ils sont très attachants et on prend plaisir à voir leurs relations évoluer progressivement. Il faut également avouer que l’humour, omniprésent sans être lourd, a une jolie place dans le récit. Jacob a des liens taquins, doux et paternels avec les trois autres personnages principaux. Il a réussi à me décrocher quelques sourires grâce à ses répliques pleines de malice ! Évidemment, j’ai également apprécié les joutes verbales du couple principal qui va commencer par se chamailler avant d’entamer une relation indéfinissable. Le petit Quincy m’a également fait fondre avec son répondant et sa franchise sans filtre. Ainsi, même si j’ai du mal à imaginer un garçon de neuf ans et demi aussi mature, je l’ai trouvé adorable ! Enfin, la narration fluide, pleine de peps contenant des références à des films, des séries ou à de la pop-culture m’a également conquise. C’est pile ce qu’il me fallait après la lecture d’un roman noir et morbide dont je vous parle bientôt !

« Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël » ne propose pas qu’une romance se déroulant à l’approche du réveillon. Ce point est d’ailleurs assez léger : on n’est pas sur des actions traditionnelles, mais sur une histoire qui se déroule à Noël. De ce fait, si vous cherchez une aventure plus classique, vous serez peut-être déçus par ce point. Ce n’est pas mon cas toutefois, cela a été le souci relevé par un ou deux lecteurs. Pour moi, c’est surtout un texte qui aborde des sujets sensibles et contemporains. Il y a bien sûr la thématique du deuil, de la résilience et du bonheur, mais on distingue également la parentalité (famille monoparentale, éducation, pression sociale pour être mère, impossibilité de tomber enceinte, rejet de la faute sur la femme, etc.). Je ne pensais pas que l’on toucherait à ces points et, pourtant, ces derniers auront une très grande place dans l’intrigue, en particulier du côté d’Irène. Certes, il y a encore des choses à dire sur ces sujets pour pousser davantage la réflexion néanmoins, ce roman se veut avant tout positif, réconfortant et non moralisateur. Ce n’est pas le meilleur titre hivernal que j’ai lu cette année cependant, ce livre est distrayant et vous mettra dans l’ambiance des fêtes. Je suis contente d’avoir passé un bon moment en compagnie de tous ces personnages…

.

Citations

Le jeune garçon me lance un sourire rayonnant. Son père nous observe du coin de l’œil. Remarque-t-il qu’un lien particulier m’unit à son fils ? Un lien inexplicable, un peu mystique. Comme si nos routes étaient faites pour se croiser.

—————

Là, face à l’immensité de la mer, au milieu de ces flocons qui tombent avec régularité, nos cœurs s’offrent l’un à l’autre de la plus belle des manières. Nous aurons peur demain.

—————

J’ai toujours détesté ces personnes qui font des enfants en espérant sauver leur couple, et pourtant, c’est exactement ce que nous sommes en train de faire.

—————

Les éclats de rire qui résonnent dans la maison me mettent du baume au cœur. A cet instant, j’en suis convaincue : la famille n’est pas forgée par les liens du sang, et nous en sommes la preuve.

.

Ma note

4/5

12 réflexions au sujet de « « Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël » de Valentine Stergann »

  1. Je commence à voir pas mal passer cette romance qui semble aborder des thèmes importants, même si certains me touchent plus que d’autres… En tout cas, c’est intéressant de savoir que malgré des personnages en apparence stéréotypés, l’autrice a réussi à leur offrir une évolution intéressante et plus nuancée 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s