BD·Romances

« Malgré tout » de Jordi Lafebre

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Malgré tout »
Auteur : Jordi Lafebre
Genre : Bande dessinée / Romance
Éditeur : Dargaud

.

résumé du livre

C’est l’histoire d’un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D’un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand cœur qui impose le respect. De l’autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses.

.

Ma critique

couv61771512Malgré tout le bien que j’ai entendu sur cette BD (notamment chez Tachan et, plus récemment, chez Kimysmile), j’ai tardé avant de lire cette jolie romance. Le coup de crayon est pourtant très beau, délicat et expressif, tandis que la mise en page est très plaisante. On notera également des couleurs douces qui apportent de merveilleuses ambiances à certaines scènes. Je comprends largement les bons retours qui ont fleuri sur la toile que ce soit pour les graphismes ou pour l’histoire !

Malgré tout l’amour qu’ils ont l’un envers l’autre, Anita/Ana et Zeno ont vécu séparément. Avec originalité, leur histoire authentique est offerte au lecteur sous un format surprenant : le retour en arrière. Les chapitres sont volontairement dans le désordre et avancent de façon antichronologique. On commence alors avec les retrouvailles pleines d’émotions du couple qui est maintenant âgé. Un moment tendre, gourmand, plein de malice qui se conclura par un baiser sous la pluie… Ce qu’il arrivera ensuite, nul ne le sait, car le récit va nous emporter quelques heures en arrière… Puis quelques jours… Et ensuite plusieurs années. Le temps défile par flashbacks, nous présentant alors des moments importants pour le duo. Tout cela représente trente-sept ans. Quasiment quarante années où le binôme ne va jamais cesser d’échanger, que ce soit par des lettres ou des coups de téléphone. Parfois, le hasard fera que leur chemin se croisera à nouveau, mais ce sera toujours bref et platonique. Et c’est ce qui rend leur affection encore plus belle : chacun a fait sa vie de son côté et n’a jamais oublié l’autre, sans pour autant commettre d’impair. Ana et Zeno sont si touchants

« Malgré tout » est donc un ouvrage graphique à découvrir au plus vite. Nul doute que vous serez touché(e) par la construction de son scénario originale, ses personnages émouvants, les émotions ainsi que la poésie qui se dégagent des pages et le coup de crayon aussi délicat que dynamique. Pour ma part, je l’ai relu deux fois afin de voir si j’avais tout saisi. Or, à ma relecture, plusieurs détails m’ont sauté aux yeux, notamment du côté de Zeno. L’idée de lecture « à l’envers » avec le temps qui passe n’est pas anodine… Bref, une chouette découverte !

.

Citations

Je m’aperçois qu’il y a de nombreuses Ana en moi, qui entrent et sortent, discrètes ou affairées.. « La Ana, personnage public, Ana, la maire, la Ana épouse de Giuseppe, la Ana, maman de Claudia »… Elles se croisent, en se saluant d’un air complice. Ou parfois elles se disputent. À vrai dire, je ne sais toujours pas laquelle d’entre elles je suis vraiment.

—————

Inévitables, mais impossible. Séparés par l’infini. Unis par l’horizon. Là où les lignes parallèles se rejoignent enfin. Un jour, peut-être, toujours.

—————

Mes compagnons se moquent de moi. Ils disent que je suis atteint du syndrome du marin : je suis tombé amoureux d’une sirène que je n’ai vu qu’une seule fois, et je suis condamné à la chercher aux quatre coins du monde sans jamais la retrouver

—————

Tu ne dois pas avoir peur d’aimer mon garçon.
Un cœur qui n’aime pas est une lumière qui ne voyage pas.

.

Ma note

4,5/5

12 réflexions au sujet de « « Malgré tout » de Jordi Lafebre »

  1. Un titre dont je ne cesse de lire des éloges.
    Je crains une légère frustration parce que j’ai du mal avec les couples qui s’aiment, mais attendent des lustres, ici des décennies, avant d’aller plus loin. Mais la chronologie atypique et la tendresse qui semble caractériser l’ouvrage me donnent envie de passer outre mon appréhension…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s