Romances·Romans policiers / Thriller·Science Fiction·Young adult

« La Sphère » d’Alexiane de Lys #plib2021

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La Sphère »
Auteur : Alexiane de Lys
Genre : Science-Fiction / Thriller psychologique / Romance / Young Adult
Éditeur : Michel Lafon
#ISBN9782749943732

.

résumé du livre

Existe-t-il une frontière entre l’imaginaire et le réel ? Dans un futur pas si lointain, un terrible virus a frappé la Terre et fait disparaître tous les hommes de sa surface, épargnant mystérieusement les femmes. Pour s’évader dans ce nouveau monde, il faut passer par La Sphère : des simulations permettent de découvrir de nouveaux horizons, des époques passées ou futures… mais, aussi, de rencontrer des hommes.
Noria mène une vie de rêve. Elle est l’égérie de la marque de lingerie la plus prestigieuse au monde, habite un magnifique appartement dans le Nouveau Paris et enchaîne les soirées mondaines les plus sélectes. Quand elle se laisse entraîner par sa meilleure amie dans une simulation proposée par La Sphère, elle est bien loin de se douter que sa vie parfaite est sur le point d’être bouleversée à jamais…

.

Ma critique

couv41562704Même si je n’ai pas encore terminé la saga « Les ailes d’émeraudes » qui a fait connaître Alexiane de Lys, j’étais curieuse de découvrir son nouveau one-shot futuriste. Or, le résumé était prometteur. Bien qu’il ne soit pas étoffé ou très logique (ex : comment les humains se reproduisent ?), j’ai aimé le concept de monde post-apocalyptique où la gent masculine a disparu à cause d’un virus. Le quotidien n’est pas bien différent du nôtre toutefois, la technologie est plus avancée. Lorsque les Femmes ne travaillent pas, elles peuvent se divertir avec la Sphère, une simulation permettant de vivre d’autres vies, mais surtout de faire la connaissance des Hommes… On va suivre Noria, une jeune femme au caractère bien trempé qui va partir en vacances dans la Sphère avec sa meilleure amie Killian. Une fois dans ce monde virtuel, Noria va réaliser que quelque chose cloche, que la réalité se mêle à la fiction et qu’une mystérieuse personne semble en vouloir à sa vie… Dès lors, le rythme monte en puissance : des rebondissements dynamisent la lecture, tandis que des secrets ou des zones d’ombre se dessinent. C’est très addictif et on a envie de savoir ce qu’il se cache dans ce vaisseau spatial !

Ayant lu des avis assez négatifs, je m’attendais à détester l’héroïne. Il est vrai qu’elle est plutôt ingrate, superficielle, égoïste, hautaine, sarcastique et parfois imbuvable. J’ai notamment eu du mal avec ses réflexions au début du livre, puisque la belle ne se gêne pas pour critiquer autrui afin de se mettre en valeur et n’a absolument aucune compassion. De façon générale, elle n’écoute rien de ce qu’on lui dit et prend des directives à l’instinct, sans se soucier des conséquences ou des sentiments d’autrui. J’ai par exemple été sidérée de ses pensées cassantes à l’égard de son amie. De ce fait, j’avoue qu’il m’a été impossible de m’attacher à Noria. Vers la moitié du livre, elle a commencé à mettre un peu d’eau dans son vin, ce qui la rendait un peu plus supportable. Hélas, le naturel revenait souvent au galop… Malgré le fait que la narratrice m’a surtout blasée par son comportement, j’ai tout de même adoré la voir percer le mystère de ce huis-clos volant ! La tension et les non-dits ont éveillé ma curiosité et m’ont fait oublier le sale caractère de la demoiselle, si bien que j’ai dévoré les pages.

Les personnages secondaires sont intéressants, car ils sont volontairement peu décrits pour semer le doute. Comme l’héroïne, on ne sait pas à qui nous fier, ni ce qui est réel. Cependant, ma préférence va clairement à Alan, une intelligence artificielle (IA) qui est loin de ressembler aux autres. En effet, Alan montre rapidement qu’il a une forte personnalité, mais également de l’humour. Comment se fait-il qu’il semble évoluer seul et qu’il soit capable d’aller à l’encontre du code robotique ? Pourquoi est-il aussi performant ? Éprouve-t-il réellement de l’attachement pour celle qu’il sert ? Je me suis posé beaucoup de questions sur cette IA attachante qui va se révéler bien utile à Noria. En ce qui concerne le reste de l’entourage, je ne préfère rien dire afin de ne rien révéler. Sachez néanmoins que tout ce petit monde est moins caricatural qu’il en a l’air !

Ce one-shot mélange assez bien les genres : la science-fiction, la romance et surtout le thriller psychologique. Certes, on aurait pu développer certains points et on distingue plusieurs facilités scénaristiques toutefois, l’ensemble reste distrayant. Pour ma part, j’ai pris plaisir à découvrir cette aventure malgré ses défauts cependant, ce ne sera pas le cas de tout le monde, notamment ceux qui cherchent un titre SF poussé…

logo-plib.

Citations

.
Je suis censée être en pleine simulation, mais tout semble si réel… Je ne sais plus ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.

—————

Entendre, c’est une chose. Comprendre, c’est différent, et c’est souvent bien plus compliqué.

—————

– C’est fini maintenant, plus personne ne te fera de mal.
Je prends mon café et lui souris.
– Je crois que tu te trompes. On n’a pas fini de me blesser, comme moi, je n’ai pas fini de faire souffrir les autres. Mais c’est la vie et on n’y peut rien. Tout ce que je veux, c’est avoir toutes les cartes en main.

—————

Je me rends compte avec une certaine horreur que la femme que j’étais a été amoureuse de cet homme. Vraiment amoureuse. Et même si elle ne ressent plus que de la peur et du dégoût pour cet homme, les sentiments qu’elle a un jour éprouvés ne sont pas loin. C’est pour ça que j’ai l’air aussi convaincante. […] Tout mon être est bouleversé. Je ne sais plus ce que je désire le plus au monde : qu’il meure ou qu’il me rende mon étreinte. Je m’aperçois malgré moi que ça m’avait manqué. Comme s’il était une drogue dure et dangereuse et que j’étais une junkie accro à sa dose quotidienne. C’est ça, l’amour ?

.

Ma note

3,5/5

9 réflexions au sujet de « « La Sphère » d’Alexiane de Lys #plib2021 »

  1. Vu tous les avis négatifs que j’avais pu en lire, j’avais mis le titre de côté, mais ta chronique prouve que l’histoire est suffisamment attrayante pour qu’on arrive à mettre de côté le caractère imbuvable de l’héroïne. Et tu m’as intriguée avec Alan qui est exactement le modèle d’IA que j’adore !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s