Romans policiers / Thriller

« Purgatoire des innocents » de Karine Giébel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Purgatoire des innocents »
Auteur : Karine Giébel
Genre : Thriller psychologique
Éditeur : Pocket

.

résumé du livre

Je m’appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
« Je m’appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là… » Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. « Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit… »

.

Ma critique

couv70765892Quel huis-clos révoltant, éprouvant, barbare et bien ficelé ! Découvert en lecture comme avec Mes lectures du dimanche, nous n’avons pas pu décrocher de ce thriller psychologique sous haute tension. C’était si addictif !… Et, en même temps, c’était si ignoble et terrifiant… Au fil des chapitres, j’ai régulièrement eu envie de hurler, de vomir et d’insulter certains protagonistes tant ce qu’ils faisaient subir à d’autres était écœurant. Vous l’aurez compris : c’est un ouvrage qui ne laisse pas le lecteur ou les personnages indemnes… Cela dit, c’est la patte sadique de Karine Giebel ! À chaque fois que j’ouvre l’une de ses publications, je sais d’avance qu’elle proposera des personnages complexes, des moments horribles, une psychologie très poussée, un rythme endiablé même s’il ne se passe pas toujours grand-chose et un final « coup de poing » qui se termine souvent mal. C’est un genre littéraire particulier toutefois, si vous appréciez les thrillers psychologiques sombres, malsains, intenses et violents qui poussent l’Humain dans ses retranchements, alors vous devriez être conquis par « Purgatoire des innocents ». Pour ma part, j’estime que c’est quasiment un sans faute. Toutefois, étant un minimum saine d’esprit, je ne peux pas clamer au coup de cœur, car j’ai été à vif tout au long des chapitres. Je n’aurais vraiment pas aimé être à la place de ces protagonistes…

L’histoire est assez originale : on va suivre un groupe de voleurs en fuite qui va se réfugier dans une maison isolée. Malheureusement pour eux, les braqueurs ignorent où ils ont mis les pieds… La femme qu’ils tiennent en otage cache énormément de secrets. Bien vite, les rôles vont s’inverser : la proie va devenir un prédateur. Et, croyez-moi, vous n’êtes pas prêts pour l’horreur indicible qui découlera de cette captivité !… J’ai réellement été fascinée par chaque étape du récit. C’est vraiment dingue ! Bien que le style de l’auteure ne me soit pas inconnu, je ne pensais pas qu’elle irait si loin… Et que dire de tous ses personnages ? Bien qu’ils soient nombreux, ils sont aisément identifiables. De plus, tous auront une personnalité approfondie. Ils auront leur part d’ombres, de mystères, de blessures, mais également de bons côtés (plus ou moins enfouis). La plupart seront également borderline, si bien que leurs actes sont impossibles à préméditer. Afin de ne pas spoiler, je n’en dirais pas plus néanmoins, j’ai été impressionnée par le tempérament de Raph, de son frère Will, de Sandra et, bien sûr, de Patrick. Des individus hauts en couleur qui vont donner envie au lecteur de connaître leur futur… Qui sortira vivant de ce huis-clos sordide où toute âme qui y pénètre finit à la dérive ? Jusqu’où iront les tortures physiques et psychologiques ?

Merci encore à Nathalie pour cette lecture commune et, surtout, pour nos nombreux échanges quotidiens ! Je suis ravie que nous ayons le même rythme de lecture et que nous ayons eu envie d’autant avancer, car c’est réellement un roman d’ambiance qu’il est difficile de lâcher. Si vous n’êtes pas une âme sensible, n’hésitez pas à venir faire un tour dans cet enfer… Je gage d’avance que vous serez marqué(e) par ce que vous y verrez… Bref, voilà un titre avec des rebondissements révoltants et maîtrisés qui aurait largement sa place à côté de « Misery » de Stephen King…

.

Découvrez l’avis de Mes Lectures du dimanche !

nailinath

.

Citations

– Je n’ai pas peur de la mort, rétorque la vétérinaire en le défiant du regard. D’ailleurs, je la donne tous les jours.
Un peu interloqué, Raphaël sourit.
– Ne pas avoir peur de la mort et tenir à la vie sont deux choses différentes.

—————

Là, au bord de l’étang vers lequel il a marché sans même s’en rendre compte. Ce n’est qu’à deux cents mètres de la maison, il a pourtant l’impression d’avoir parcouru des kilomètres, trop de kilomètres. D’être allé au-delà de la limite. Pour arriver au cœur des ténèbres.
Là où se perdent les hommes pour devenir des ombres monstrueuses et effrayantes.

—————

Le moment du désir, peut-être plus puissant que celui du plaisir. Parce qu’il imagine la jouissance, la sublime, la rend plus forte qu’elle ne pourra jamais être. L’esprit va toujours tellement plus loin que les actes.

—————

Il y voit la douleur, les séquelles qu’elle subira à vie.
Pour elle aussi, ce sera perpétuité. Condamnée à souffrir éternellement.

.

Ma note

5/5

12 réflexions au sujet de « « Purgatoire des innocents » de Karine Giébel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s