Romances

« Bad Girl, Sexy Boy » de Elizabeth O’Roark

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Bad Girl, Sexy Boy »
Auteur : Elizabeth O’Roark
Genre : Roman contemporain / Romance
Éditeur : Harlequin

.

résumé du livre

Imbattable. Rebelle. Dangereuse. Olivia traîne une fichue réputation lorsqu’elle intègre l’équipe d’athlétisme de l’université du Colorado. Tant pis, elle n’est pas là pour se faire aimer. Elle est là parce que courir est vital, c’est la seule chose qui parvienne à museler les démons de son passé. Alors, même si son play-boy de coach, que toutes les filles trouvent si sexy, la pousse jour après jour dans ses retranchements, elle compte bien lui prouver qu’elle est la meilleure.
Will n’a jamais voulu d’Olivia dans son équipe. Farouche, imprévisible, violente, elle incarne l’opposé des valeurs sportives, même si elle est son meilleur espoir. Mais, quand il découvre les failles qui menacent de faire sombrer la jeune femme, il comprend tout. Olivia a besoin d’aide. Et, pour l’aider, il doit sortir de son rôle de coach… Pour la sauver des ténèbres, il doit braver l’interdit.

.

Ma critique

Ouvrage recommandé par des copines et sélectionné pour le Prix Romance Livraddict 2021, « Bad Girl, Sexy Boy » éveillait ma curiosité… Hélas, au fil des chapitres, mon enthousiasme a chuté de façon constante. Par curiosité et refus d’abandonner ma lecture, je suis allée jusqu’au bout du livre cependant, je n’ai pas réussi à être satisfaite par le dénouement ou par les retournements de situation disséminés dans le dernier tiers. Honnêtement, cette romance avait beaucoup d’atouts pour me plaire ! Hélas, les défauts ont trop pris de place, si bien que je ne suis jamais parvenue à passer outre…

couv40726408Mon premier regret vient des personnages. Si j’ai aimé le fait que, pour une fois, ce soit « la fille » la personne au plus mauvais caractère et à la sale réputation, je n’ai absolument pas accroché au tempérament ou à l’évolution d’Olivia. En plus de râler souvent et de jouer les femmes fortes alors qu’elle n’arrive à rien toute seule, celle-ci traîne de lourds bagages. Ces problèmes l’empêchent de s’attacher aux autres, que ce soit avec des jeunes de son âge ou des adultes. Attention : ses blessures sont légitimes, tandis que ses traumatismes sont bien développés. Hélas, j’ai surtout eu la sensation que l’on allait sans cesse dans la surenchère de pathos. Dès que l’on résout un problème, on enchaîne sur un autre. C’est simple, on a un immense enchaînement de moments dramatiques, si bien que j’en ai fait une overdose !

Comme si cela ne suffisait pas, les deux héros sont tout le temps en train de larmoyer, d’avoir peur et d’hésiter. Will, le coach d’Olivia, est effectivement gentil, dévoué, attentionné et protecteur. Hélas, il ne va cesser de jouer avec le feu pour ensuite faire dix bonds en arrière. Son lunatisme et son indécision constante m’ont agacée tout au long des chapitres ! Même une fois réunis, les narrateurs ont encore une fois opté pour de mauvais choix, histoire de tirer encore une fois sur la corde sensible et de les montrer s’engueuler, pour ensuite se retrouver sur l’oreiller. Que c’était lourd et pénible ! Honnêtement, il m’a été impossible de ressentir de l’empathie ou de l’attachement pour le tandem.

Le rythme du récit est assez lent. Ce point m’a divisée. En effet, d’un côté, je suis assez contente que l’on prenne le temps de bien développer les différents protagonistes. On tisse un lien progressif, crédible et fort sur le long terme. En outre, chacun va apporter quelque chose à l’autre. Leur affection est donc parfaitement plausible. Cependant, j’aurais souhaité que l’on évite certaines facilités (Il y en a bien trop pour moi !) ou que l’on sorte des caractères « classiques » (ex : la rivale que l’héroïne va battre pour briller, le frère taquin qui drague Olivia ou encore la petite-amie jalouse de Will). J’aurais surtout désiré que l’on accélère quelques passages. C’était parfois longué pour pas grand-chose… Ce qui est encore plus frustrant, c’est le dénouement expéditif du passé d’Olivia ! L’auteure tenait un secret dur et bien amené. Certes, on devenait rapidement de quoi il s’agissait toutefois, j’en attendais tellement plus ! Cela aurait mérité d’être bien plus creusé. De ce fait, lorsque j’ai constaté que tout a été réglé en deux chapitres, j’ai ressenti une immense déception…

En soit, la plume de l’auteure est agréable. Je n’ai donc rien à redire là-dessus. Elle exploite bien la psychologie de son duo principal ainsi que celle de quelques personnages dans leur entourage. Hélas, l’atmosphère fut bien trop dramatique à mes yeux. J’aime lorsque les romans contemporains abordent des thèmes difficiles qui touchent le lecteur. Cependant, il y a généralement un bon équilibre avec le reste (humour, moments doux, psychologie, etc.). Ici, je n’ai pas réussi à passer outre cette ambiance pesante. Les narrateurs qui traînent un sac de problème, c’est bien… Mais à petite dose !

.

Citations

Tu as comblé un vide dont on n’avait même pas conscience. En ton absence, cette vérité nous saute à la figure.

—————

J’ai l’impression de me noyer. Mais ses yeux sont là pour m’empêcher de sombrer.

—————

Nous sortons alors qu’il vient de se mettre à neiger. Des flocons se posent sur ses cheveux et ses sourcils. On a l’impression qu’elle vient d’un autre monde. Elle lève les yeux vers le ciel noir et se met à rire comme une enfant. Une douce chaleur m’envahit. Je l’aime tellement…

.

Ma note

 

2/5

8 réflexions au sujet de « « Bad Girl, Sexy Boy » de Elizabeth O’Roark »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s