Romans policiers / Thriller

« Am stram gram… » de M. J. Arlidge

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Am stram gram… »
Auteur : M. J. Arlidge
Genre : Roman policier / Thriller psychologique
Éditeur : France Loisirs

.

résumé du livre

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

.

Ma critique

Am Stram Gram… Pique et pique, la déception ! C’est avec regret que j’ai refermé cet ouvrage pourtant encensé par les chroniques. Hélas, j’ai failli abandonner plusieurs fois… Pourtant, j’ai tenu bon, car je souhaitais découvrir le premier tome de cette saga ayant conquis autant de lecteurs ! Malheureusement, l’ensemble est aussi long que répétitif, tandis que le dénouement est plutôt facile

Le début partait bien, notamment avec le système de chapitres hyper courts avec une narration alternée. On a alors un bon effet thriller qui donne l’impression d’avoir affaire à une immense toile d’araignée ! Les proies s’engluent et se déplacent comme elles le peuvent. Elles tentent de s’échapper. Souvent, elles meurent. En résulte une pluie de victimes qui, à première vue, ne semblent pas avoir de lien. À chaque fois, on choisit un binôme qui se connaît bien. Parfois, l’un des deux survit et raconte son calvaire. Parfois, les flics découvrent un duo de corps… M. J. Arlidge n’épargne pas ses personnages. Dès le début, elle propose une ambiance pesante, sombre et inquiétante. En ce qui me concerne, j’avais bien accroché aux cinquante premières pages !

Puis, au fil des chapitres, j’ai trouvé que le soufflet retombait un peu. L’enquête a longuement traîné, si bien que le côté page-turner s’est progressivement estompé. Les crimes se succédant donnaient une impression rébarbative, alors que l’on allait toujours plus loin dans la noirceur. En outre, le nombre de personnages secondaires augmentant, j’ai vite été perdue. Certes, la plupart disparaissent rapidement cependant, comme je lisais le soir, je peinais à me remettre dans cet ouvrage et je me demandais souvent qui était qui… Mon ressenti négatif vient également du fait que je n’ai eu aucune attache avec les membres de la brigade chargée de ces affaires. Qu’ils aient tous une part d’ombre et qu’ils soient torturés ou alcooliques ne m’a pas dérangé. Que l’une des héroïnes ait des penchants sadomasochistes très sanglants et brutaux passait encore… Mais, honnêtement, les voir larmoyer et se crêper le chignon régulièrement, ce n’était pas pour moi ! Je me suis vite détournée de tout ce petit monde, si bien que je n’ai ressenti ni empathie ni émotions pour personne.

Je n’ai pas forcément vu venir la fin cependant, j’ai estimé qu’elle était assez classique. Tous ces rebondissements pour en arriver là… Honnêtement, j’ai trouvé cela dommage ! Attention, j’ai bien conscience d’être assez dure avec ce récit toutefois, n’oubliez pas qu’il a plu à la majorité des lecteurs. Ainsi, ne vous fiez pas à mon jugement. Il en faut pour tous les goûts ! N’hésitez pas à vous forger votre propre avis. Ce thriller psychologique a des qualités indéniables. Malheureusement, on distingue également des éléments qui ne sont pas passés avec moi… Bour et bour et Ratatam !

.

Citations

On n’était pas du genre cultivés et les connaissances en géographie de ma mère s’arrêtaient au débit de boissons le plus proche.

—————

La confiance est une chose fragile : difficile à gagner, facile à perdre.

—————

– Est-ce que tu veux vivre ? »
Pendant une minute, impossible de répondre. Ma langue refuse de m’obéir. Ensuite :
« Oui.
– Par terre, à côté du téléphone, tu trouveras un flingue. Il y a une balle dedans. Pour Sam ou pour toi. C’est le prix de votre liberté. Vous devez tuer pour vivre. Est-ce que tu veux vivre, Amy ? »
Impossible de parler. J’ai envie de vomir.
« Alors, oui ou non ? »
On raccroche. Et là Sam demande :
« Qu’est-ce qu’ils ont dit ? »

Sam dort à côté de moi. Je pourrai le faire. Là, maintenant.

.

Ma note

 

2/5

16 réflexions au sujet de « « Am stram gram… » de M. J. Arlidge »

  1. J’ai lu ce thriller il y a un petit moment et j’ai même lu le tome 2 de la saga. Pour le coup je fais partie des lecteurs qui ont vraiment aimé ce roman. Cependant, la fin était pour moi peu crédible. C’était un peu en mode « tout ça pour que ça… ». Le tome 2 est à mon sens une plaidoirie de gore, la fin c’est du gore juste pour du gore, c’est à vomir dans tous les sens du terme. Du coup je n’ai pas continué la saga car j’appréhende un peu de ce qu’il va y avoir d’écrit 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s