Fantastique/Fantasy·Science Fiction·Young adult

« Le Désert des Couleurs » d’Aurélie Wellenstein #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le Désert des Couleurs »
Auteur : Aurélie Wellenstein
Genre : Fantastique / Science-Fiction / Young adult – adultes
Éditeur : Scrineo 

#ISBN9782367409986

.

résumé du livre

Dans le désert des couleurs, chaque grain de sable est un souvenir perdu et oublié. Marcher dans les dunes, c’est voir sa mémoire s’effacer. Alors pour se protéger, l’humanité s’est réfugiée dans le cratère d’un volcan. Mais depuis quelque temps, le sable monte chaque jour le long de ses pentes, prêt à l’ensevelir. Malgré les risques, Kabalraï, fils du marchand de sable, et Irae, sa demi-sœur, s’aventurent dans les dunes multicolores pour trouver un nouvel endroit où s’installer. Mais le désert est dangereux et une fois qu’on s’y engage, il est difficile de ne pas s’y perdre…

.

Ma critique

J’ai un peu tardé entre le jour de sortie du p’tit dernier d’Aurélie Wellenstein et aujourd’hui toutefois, j’avais vraiment hâte de plonger dans ce nouveau one-shot. Or, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume envoûtante, poétique, fluide et cruelle de l’autrice. Bien que les choses soient un peu moins sombres que ce à quoi on a été habitués, certaines révélations seront tout de même sensibles… Quant à la fin, j’ai été ravie de retrouver ce petit soupçon amer qui me prend toujours dès que je lis une publication d’Aurélie Wellenstein ! Pour moi, c’est un bon roman d’ambiance, terriblement humain et fascinant. Nul doute qu’il ne laissera pas son lectorat indemne.

On va plonger dans un monde post-apocalyptique où les Hommes ont anéanti la planète. Comme dans le très bon « Mers mortes », ce n’est pas l’eau qui règne, mais la sécheresse et le sable. Au fil des ans, l’humanité s’éteint lentement et tente de retarder l’échéance ou de trouver un moyen pour renverser la tendance. Pour cela, les survivants organisent des voyages à travers le désert : deux explorateurs partent régulièrement à l’aventure et tentent de trouver des réponses. Malheureusement, les lieux sont dangereux. Outre les créatures surnaturelles qui s’y cachent, les humains foulant les dunes perdent peu à peu la mémoire. Un à un, ils s’échappent, laissant alors le propriétaire devenir un corps sans âme, ni passé. Chaque grain de sable constitue un souvenir oublié. Le désert est donc un cimetière de souvenirs… Voilà une métaphore aussi belle que tragique

Pour contrer ce phénomène, il existe des mimorians, des humanoïdes étranges étant le fruit d’une union entre une humaine et le Marchand de sable (une sorte de djinn). Kabalraï est l’un de ces nourrissons. Sa nature lui permet de grandir plus vite que les humains normaux, mais il peut surtout revivre les souvenirs perdus. Cet acte n’est cependant pas sans conséquence… Mais je ne vous en dis pas plus ! Sachez toutefois, que ce don est incroyablement fascinant ! L’autrice a beaucoup d’imagination ! Pour préserver notre monde, Kabalraï partira dans le désert avec sa demi-sœur, Irae. Tous deux ignorent à quel point ce voyage leur permettra de se découvrir… À travers l’imaginaire, on va donc explorer les thèmes de l’écologie, de la transmission, des souvenirs, de la famille, des traumatismes, de la tolérance, de la résilience, de la vie et du futur. L’ensemble est vraiment original et se laisse lire avec délice ! En outre, il est à noter que, malgré certains sujets et quelques rebondissements terribles dans les dernières pages, le message final est porteur d’espoir ! C’est assez rare venant d’Aurélie Wellenstein, mais cela fait du bien !

La seule chose qui posera problème selon les lecteurs, c’est le rythme. En effet, même si ce voyage ne s’interrompt jamais, on est sur une dynamique calme et sans trop de tensions. Si vous avez lu « Et le désert disparaîtra » de Marie Pavlenko, sachez que l’on est dans la même idée de lent périple en plein désert. C’est assez contemplatif, sans réel danger. Néanmoins, ce n’est pas ennuyeux pour autant, car le développement psychologique des protagonistes et leur relation progressive sont très intéressants. Pour ma part, j’ai pris plaisir à découvrir ce duo demi-frère / sœur réellement bien construit. La force de cet ouvrage réside dans la complexité de son tandem qui, malgré les désaccords, leur personnalité diamétralement opposée et les secrets qui les éloignent, vont apprendre à se cerner.

Bien que ce ne soit pas mon Aurélie Wellenstein favori (« Mers Mortes » et « Le Dieu Oiseau » conservent leur place sur le podium), ce titre plein d’humanité et de sensibilité m’a fait passer un bon moment. J’espère voir « Le désert des couleurs » parmi les 80 romans sélectionnés pour le prochain PLIB ! Alors ?! Prêts à partir dans ce monde de souvenirs et de dunes mouvantes ?

.

plib2022

.

Citations

.

 

𝖨𝗅 𝖺𝗎𝗋𝖺𝗂𝗍 𝗉𝗎 𝗌𝖾 𝗅𝗂𝗆𝗂𝗍𝖾𝗋 𝖺𝗎𝗑 𝖻𝖾𝖺𝗎𝗑 𝗆𝗈𝗆𝖾𝗇𝗍𝗌, 𝗅𝖺 𝗋𝖾𝖼𝗈𝗇𝗌𝗍𝗋𝗎𝗂𝗋𝖾 𝖽𝖺𝗇𝗌 𝗅𝖺 𝗆𝖾𝗂𝗅𝗅𝖾𝗎𝗋𝖾 𝗏𝖾𝗋𝗌𝗂𝗈𝗇 𝖽’𝖾𝗅𝗅𝖾-𝗆𝖾̂𝗆𝖾, 𝗆𝖺𝗂𝗌 𝗂𝗅 𝗌𝖺𝗏𝖺𝗂𝗍 𝗊𝗎𝖾 𝖼’𝖾́𝗍𝖺𝗂𝗍 𝗎𝗇𝖾 𝖾𝗋𝗋𝖾𝗎𝗋 𝖾𝗍 𝗊𝗎’𝖺̀ 𝗍𝖾𝗋𝗆𝖾, 𝗌𝖺𝗇𝗌 𝗅𝖾𝗌 𝗈𝗆𝖻𝗋𝖾𝗌 𝗊𝗎𝗂 𝗅𝖺 𝖼𝗈𝗇𝗌𝗍𝗂𝗍𝗎𝖺𝗂𝖾𝗇𝗍, 𝖾𝗅𝗅𝖾 𝖿𝗂𝗇𝗂𝗋𝖺𝗂𝗍 𝗉𝖺𝗋 𝗌𝖾 𝖽𝗂𝗌𝗌𝗈𝗎𝖽𝗋𝖾 𝖽𝖺𝗇𝗌 𝗌𝖺 𝗉𝗋𝗈𝗉𝗋𝖾 𝗅𝗎𝗆𝗂𝖾̀𝗋𝖾. 

—————

Ils restèrent encore de longues minutes côte à côte, entre ciel et terre, au sommet de la dune, dans le terrible silence. C’était presque cela le plus impressionnant. Eux, qui avaient connu le brouhaha perpétuel de la communauté, se retrouvaient à présent dans une sorte de vide sidéral, fait de lumière brûlante, de vent et de liberté. Kabalraï jeta un coup d’œil vers sa demi-sœur. Elle était toujours aussi droite, impériale, flanquée de l’oiseau, et cette vision émut le mimorian : Irae et le messager-sagittaire se ressemblaient en cet instant, comme deux rois du désert partageant le même courage et les mêmes secrets. Kabalraï, bien que né pour moitié des sables, leur envia cette dignité innée, qui les architecturait comme une colonne vertébrale.

—————

Ma tête et mes yeux étaient pleins d’ombres. Mais c’est terminé, maintenant. Grâce à toi. J’ai trouvé ma place.

.

Ma note

4/5

19 réflexions au sujet de « « Le Désert des Couleurs » d’Aurélie Wellenstein #PLIB2022 »

  1. C’est vrai que c’est étonnant de voir l’auteur insuffler un tel message d’espoir à son histoire. D’habitude, elle décrit la dure réalité des choses sans le moindre artifice. Cette nouvelle façon d’écrire me plait bien, surtout qu’elle est malgré tout couplée avec des sujets difficiles.
    Comme toi, j’ai été conquise par ce roman. Il vient même se hisser à la hauteur de Mers mortes ;).
    J’ai hâte de découvrir le roman prochain de l’auteure, en tout cas !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s