Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« La Sourcière » d’Elise Fontenaille #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La Sourcière »
Auteur : Elise Fontenaille
Genre : Fantastique / Conte / Littérature ado
Éditeur : Éditions du Rouergue

#ISBN9782812621734

.

résumé du livre

Au pays des volcans assoupis, une nuit de tempête, La Brodeuse recueille chez elle une enfant sur le point d’accoucher. Cette dernière mourra en couche, emportant avec elle son terrible secret et laissant à son hôte un bébé : Garance. La petite fille fascine son monde et ses pouvoirs n’y sont pas étrangers. Ses cheveux de feu, la renarde qui l’accompagne partout et sa beauté époustouflante non plus. Mais quand le seigneur local, aussi cruel que sanguinaire, découvre son existence, son obsession pour elle va tout bouleverser. Comment lui résister ? Comment échapper à sa force et à son armée de moines rouges ?

.

Ma critique

Ce titre sélectionné pour le PLIB me faisait de l’œil, notamment grâce à plusieurs avis sur Babelio comme celui d’Ichirin-No-Hana. Comme cette dernière, j’ai trouvé que ce conte jouait parfaitement le rôle de petite parenthèse féerique. On est sur un ouvrage court, presque une nouvelle/novella de cent pages. Or, malgré la brièveté du texte, on prend plaisir à découvrir ce récit qui sonne presque comme une légende locale… En effet, il est question de magie, d’entraide, de femmes fortes, d’un beau lien entre l’humain et la nature, etc. Le tout est saupoudré d’une pointe de poésie.

Dans ce roman choral où les humains, les animaux et la nature ont la parole, on va narrer l’histoire de Gallou la Brodeuse, une vieille sorcière, qui va recueillir un bébé… Avec tout son amour et sa sagesse, notre aïeule va donc élever la petite Garance hors de la civilisation. Seul le Musicien et le Luneux observeront l’enfant grandir, développer des pouvoirs incroyables et découvrir le monde qui l’entoure… Chacun aura son mot à dire sur la situation et sur cette bambine pleine de joie qui arpente la forêt aux côtés de sa sœur de cœur, une renarde orpheline… C’est beau, poétique et onirique !

Le rythme n’est pas spécialement haletant toutefois, la plume est fluide, tandis que l’histoire se déroule sans accroc. Tout coule avec aisance, comme l’eau des rivières de la Sourcière ! C’est très agréable. Avec impatience, on attend surtout le moment fatidique où Guillaume, l’antagoniste, se confrontera enfin à Garance. Pendant longtemps, sa menace plane. Implacable. Terrifiante. Révoltante. En plus de piller, ce Saigneur/Seigneur sème violence, mort, chaos et viols partout sur son passage… Comment fera la belle adolescente pour contrer ce démon avide de chair ? Derrière cette traque, l’autrice offre un message féministe où la liberté, la protection de la vie et de la nature s’entremêlent.

Honnêtement, le cocktail est savoureux. On passe un bon moment ! Néanmoins, cela n’a pas été totalement suffisant : j’aurais souhaité un peu plus d’émotions, de rebondissements ou d’approfondissement du côté de la magie ou de l’entourage de Garance. Je dois avouer que ce ressenti est purement personnel, car j’aime les titres longs avec les univers riches. Les formats courts me frustrent souvent en raison du manque de développement. Ce n’est pas la première fois que je constate cela… (Cependant, cela ne m’empêche pas d’essayer de sortir de mes pavés de temps en temps !) En outre, comme je l’ai expliqué plus haut, ce fut une découverte distrayante.

.

plib2022

.

Citations

.

La fille mord le chiffon que la Brodeuse a mis entre ses dents ; sous la douleur, son corps s’arc-boute.
– Si tu hurles, l’enfant aura peur, il ne voudra pas sortir !
Oh la souffrance muette… Longue, interminable.

—————

– Te voilà avec une sœur… dit Gallou à l’enfant, en les contemplant. C’est vrai qu’elles se ressemblent, la fillette et la renarde…
Même pelage roux, même regard noir, même sauvagerie.
Le soir, elles dorment ensemble. Le jour, elles jouent.
Inséparables.

—————

Ne te réjouis pas trop vite, Saigneur…
Tu te crois invincible, mais mes crocs sont acérés.
.
.

Ma note

3,5/5

10 réflexions au sujet de « « La Sourcière » d’Elise Fontenaille #PLIB2022 »

  1. Tu es la seconde aujourd’hui à me parler avec autant d’enthousiasme de ce court titre.
    Je vais donc redire ce que j’ai dit chez elle, l’ambiance « conte », le ton féministe et la dramaturgie me donnent très envie de découvrir ce texte !
    Merci pour la découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s