Fantastique/Fantasy·Horreur·Littérature jeunesse·Romans policiers / Thriller·Science Fiction

« Le mal par le mal » (L’agence Lovecraft T1) de Jean-Luc Marcastel #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le mal par le mal » (L’agence Lovecraft T1)
Auteur : Jean-Luc Marcastel
Genre : Fantastique / Science-Fiction / Thriller / Horreur / Littérature ado
Éditeur : Gulf Stream

#ISBN9782354889456

.

résumé du livre

D’implacables adversaires ont pris en chasse Ryan, Marie et Sergueï. Ces trois adolescents ne se connaissent pas, mais ont un point commun : tous trois possèdent des pouvoirs littéralement effrayants. Des pouvoirs hérités de monstres qui dorment depuis des millénaires et qui sont en train de se réveiller. Heureusement, Ryan, Marie et Sergueï sont aidés dans leur fuite par une jeune fille travaillant pour un mystérieux groupe : l’Agence Lovecraft. Ils apprennent alors que la Terre est menacée et qu’ils représentent le dernier rempart contre des forces maléfiques. Ryan, Marie et Sergueï accepteront-ils de livrer le combat le moment venu ?

.

Ma critique

Initier les lecteurs ados au célèbre auteur Lovecraft à travers la plume de Jean-Luc Marcastel ? Je signe tout de suite ! Quand j’ai vu cette nouveauté sur le site du PLIB, j’ai directement voté pour elle dans mon choix des 80 sélectionnés. La couverture est vraiment superbe ! J’ai également désiré la découvrir rapidement, afin de voir si cela pourrait plaire à mes lecteurs de la médiathèque (et à moi !). Hélas, je ne suis pas ressortie aussi conquise que je l’aurais pensé… Certes, ce premier volet possède de nombreuses qualités néanmoins, quelques éléments ont noirci le tableau, puis ont fait pencher la balance du mauvais côté. De ce fait, je ne pense pas poursuivre l’aventure…

L’un des principaux atouts de cet ouvrage, c’est réellement son rythme ! On est sans arrêt dans l’action, les révélations et les twists ! Il n’y a aucun temps mort. C’est vraiment très bien, notamment pour les jeunes lecteurs en quête d’ouvrage mêlant fantastique, science-fiction, horreur et thriller. Ici, le cocktail des quatre genres est très bien géré. Impossible de s’ennuyer tellement on est saisi par l’effet page-turner ! D’ailleurs, l’auteur commence fort en débutant son récit par la traque de ses héros. Ces derniers fuient de mystérieuses créatures ainsi que des hommes armés qui cherchent à leur mettre le grappin dessus… ou à les tuer ! Autant dire que l’on est directement dans le bain. C’est chouette ! De plus, la narration alternée et les chapitres courts donnent du rythme.

Malheureusement, ce dynamisme est à double-tranchant… En effet, j’ai estimé que les événements étaient parfois trop rapides. C’est en particulier le cas de l’affrontement final qui s’achève aussi vite qu’il a commencé ! En outre, on ne prend pas le temps de connaître les nombreux personnages principaux. Seule Kali, l’une des membres de l’agence, dévoilera un pan de son passé. Le portrait des autres héros est à peine brossé. Tous possèdent une grande part de mystère. Par ailleurs, c’est à peine s’ils vont échanger entre eux. Je n’ai pas senti de lien amical, d’envie de s’aider ou de liens qui se tissent. Chacun se contente de s’adapter à la situation. J’aurais souhaité avoir un sentiment de cohésion ou d’entraide. Ici, j’ai plus eu l’impression de voir des personnes perdues et dans la même galère, cherchant surtout à survivre, que ce soit individuellement ou grâce au groupe qui les a aidés. Dommage !

La plume de Jean-Luc Marcastel est toujours aussi plaisante à lire. C’est fluide, agréable et avec du vocabulaire mature. Les ados ne sont pas pris pour des « petits » à travers une plume trop simple ou enfantine. Bien au contraire ! Honnêtement, je pense que les lecteurs adolescents et les adultes apprécieront ce style de l’auteur. Ces derniers aimeront sans doute les nombreux clins d’œil à H. P. Lovecraft (ex : les monstres), mais également à Jules Verne (avec Coraline Nemo, la capitaine du sous-marin, le Nautilus V !). Si vous avez peur de vous attaquer à cette série alors que vous ne connaissez pas Lovecraft, sortez cette idée de votre tête : l’ensemble de l’histoire est compréhensible et ce n’est aucunement une adaptation. On entre dans ce récit avec une facilité déconcertante.

Sincèrement, c’est vraiment regrettable que l’on ne creuse pas davantage les narrateurs ainsi que leurs relations avec les autres. Je pense que ce développement aurait pu me faire passer outre l’impression de scénario trop rapide, voire expéditif ! J’aurais bien plus aimé cette histoire si les nombreux personnages n’étaient pas autant voilés d’ombres. Certes, je me doute que l’on est sur un tome introductif et que l’auteur a voulu captiver son lectorat avec une aventure sans temps morts. Toutefois, cela ne suffit pas pour moi. Il me manque clairement de l’émotion ou de l’attachement à un ou plusieurs individus. D’après les notes et avis sur Babelio, ce ressenti est personnel. Les critiques sont toutes positives ! Ainsi, je vous conseille de vous forger votre propre avis en prenant place dans le Nautilus. Je gage que cette épopée mêlant pouvoirs magiques, créatures démoniaques, courses-poursuites, combats et société secrète méconnue du grand-public saura vous distraire !

.

plib2022

.

Citations

.

Quel que soit notre atavisme, quel que soit notre passé, ce qu’on nous a fait ou ce que nous sommes, on a toujours le choix. Vous avez le choix. Soit nous rejoindre et lutter pour l’humanité… soit vous laisser prendre par ceux qui veulent détruire notre monde, devenir leurs agents pour mieux nous damner tous. Il n’y a pas de troisième voie.

—————

N’est pas mort qui a jamais dort, et en d’étranges éternités peut mourir même la mort.

—————

Certaines de ces créatures, de ces puissances inimaginables, qui ont dominé ce monde, ne sont pas mortes car, n’étant pas vraiment vivantes au sens où nous l’entendons, ou pas totalement dans notre réalité, elles ne peuvent mourir… Elles sont seulement en sommeil, attendant le moment de se réveiller, de reprendre possession de ce monde et de le façonner à nouveau à leur guise…

—————

On a beau être grand et costaud, comme disait son entraîneur, on tombe comme tout le monde, et plus on est balèze, plus on se fait mal. 
.
.

Ma note

2/5

12 réflexions au sujet de « « Le mal par le mal » (L’agence Lovecraft T1) de Jean-Luc Marcastel #PLIB2022 »

  1. Mince, un avis en dent de scie. J’ai également voté pour lui mais compte tenu de ton retour je ne le mettrais probablement pas dans mes 25. J’ai besoin d’un peu que ça pour cette sélection, même si je pense qu’il pourrait me plaire. A voir si ma bibliothèque le propose un jour à l’emprunt

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas moi qui vais t’y pousser…. Je ne suis pas fan. J’en ai testé plusieurs (et à différentes périodes de ma vie pour voir si c’était une question d’âge), mais ça ne passe pas… En revanche, je reconnais que son univers est marquant !

      J’aime

  2. J’aime les tomes introductifs et je leur pardonne souvent les descriptions et expositions un peu longues, du coup quand c’est le contraire, c’est plus difficile pour moi.
    Dommage, c’est vrai que l’univers lovecraftien peut donner de très bonnes histoires!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s