Littérature jeunesse

« Olympe de Roquedor » de Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Olympe de Roquedor »
Auteurs : Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place
Genre : Roman historique / Littérature ado
Éditeur : Gallimard

.

résumé du livre

OLYMPE DE ROQUEDOR EST EN FUITE. On veut la marier contre son gré et s’emparer du domaine dont elle est l’héritière. Traquée par ses ennemis sur les terres hostiles des Loups de l’Azeillan, la jeune rebelle rencontre Décembre, un ancien soldat borgne, et son complice, le timide et mystérieux Oost. Ensemble, ils vont livrer un combat sans merci pour reconquérir le château de Roquedor…

.

Ma critique

olympe-de-roquedorQuel plaisir de terminer la sélection MoseL’Lire avec cette super aventure féministe, engagée, prenante et distrayante ! Je me suis régalée aux côtés d’Olympe, jeune fille en fuite, promise à un homme qu’elle n’aime pas. Cette demoiselle débrouillarde va sans cesse faire preuve de bravoure, de ruse, d’adaptation, de vivacité et de capacités jugées « masculines » pour l’époque (ex : grimper en altitude, nager, se battre, monter à cheval, s’opposer à la gent masculine, etc.). Son périple sera incroyable et sans temps morts, si bien qu’il est impossible de s’ennuyer !

Honnêtement, j’avais peur de me perdre lorsque j’ai réalisé que les auteurs proposaient une narration plurielle, avec une multitude de personnages. Il n’en fut rien ! Ces individus sont principaux, secondaires et, parfois, antagonistes à Olympe. De ce fait, on a une bonne vision d’ensemble et on cerne assez bien ce qu’il se trame en coulisse… Ainsi, si vous aimez les complots, les duels à l’épée, les chasses aux sorcières, les sauvetages, les recherches de trésors et les meurtres en douce, alors cette épopée devrait vous plaire autant qu’à moi… Il est d’ailleurs à noter qu’il y a du vocabulaire d’antan. Certes, cela ne sera pas compréhensible par les très jeunes ados toutefois, les plus grands et les adultes devraient apprécier l’ambiance d’époque que ce lexique apporte.

De façon générale, j’ai apprécié la ribambelle de personnages ! Ces derniers ont pour avantage d’être ni blancs, ni noirs : ils sont remplis de nuances, de failles et de vécu sensible. C’est notamment le cas du trio principal ! Olympe, l’héroïne, est une jeune fille aussi attachante qu’exemplaire. Elle m’a impressionnée à plusieurs reprises. J’ai surtout été charmée par le fait que, malgré son côté vaillant et acharné, elle n’est pas toute puissante. Souvent, elle va même se trouver en difficulté ! Le destin et autrui seront des éléments clef lui permettant de s’extirper de ce bourbier… Oost, un jeune homme rencontré près d’une rivière, a su me surprendre. Comme la plupart des protagonistes, je me faisais une image simple et faussée de lui. Le récit de son passé a commencé à modifier ma vision de lui. Puis, au fil de l’aventure, j’étais charmée par ses actes…

Évidemment, cette histoire ne serait rien sans Décembre, un ancien capitaine borgne traquant Olympe dès les premières pages. Le rôle de cet homme est plus complexe qu’il n’y paraît… À mes yeux, il est autant le héros de cette histoire que la belle marquise en fuite ! Au fil des chapitres, on va apprendre à cerner ce chasseur de têtes qui dissimule bien des secrets !

On a là un livre intelligent, plein de rebondissements et de messages modernes (liberté, condition de la Femme, égalité des sexes, jugement hâtif, peur de la différence, valeurs familiales, résilience, etc.). Le tout est garanti sans romance, ce qui est très agréable ! Enfin, on notera de chouettes illustrations complétant bien ce texte de capes et d’épées. Bref, je recommande. C’était vraiment bien !

.

bandeau_mosellire2022_1

.

Citations

(Je ne ferais) Rien, te dis-je. Et tu ferais bien de suivre mon exemple, l’ami. Tirer d’un mauvais pas une jeune fille dans les bois, rosser quelques vilains, la reconduire saine et sauve chez elle, voilà qui est dans nos cordes, à nous, gens de peu. Mais se mêler des affaires des grands, aider à rétablir une marquise dans ses biens ? Tu feras ce que tu voudras. Mais je n’y risquerais pas le doigt si j’étais toi.
.

—————

.
Fou-à-lier. Tu as mis le doigt sur sa deuxième erreur, qui est des plus grossières : il a négligé de nous faire attacher. Réfléchissons. Enlève les liens censés contenir un fou, que reste-t-il ? Le fou ! Je traduis : l’imprévisible, le dangereux.
.

—————
.

Une vraie sauvageonne, toujours à traîner ses jupons dans les ruisseaux, élevée à la diable par un père qui lui passait tout et l’éduquait comme un garçon, jusqu’à lui apprendre à lire et à écrire.

.

Ma note

4,5/5

8 réflexions au sujet de « « Olympe de Roquedor » de Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place »

  1. Le cape et d’épée est un de mes premiers amours, alors forcément ca me parle beaucoup et ton enthousiasme fait plaisir à voir. Je me demandais ce que valait ce titre, repéré grâce à sa couverture,bje suis fixée. Direction wishlist !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s