Fantastique/Fantasy

« La main de l’empereur » T2 d’Olivier Gay

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La main de l’empereur » T2
Auteur : Olivier Gay
Genre : Fantasy
Éditeur : Bragelonne

.

résumé du livre

Les guerres koushites sont finies mais l’Empire ne connaît toujours pas la paix. Les barons profitent de la situation pour se rebeller, et la corruption règne au sein de la capitale. Aux côtés du jeune duc Gundron, Rekk reprend du service. Il peut toujours compter sur les femmes de sa vie, Bishia et Dareen, pour le guider dans la bonne direction. Mais est-ce vraiment la bonne ? Pour protéger ceux qu’il aime, le Boucher est prêt à tout.

.

Ma critique

Après avoir lu le très bon premier tome de La main de l’Empereur et apprécié la duologie Les épées de glace (oui, je n’ai pas fait les choses dans l’ordre), j’étais vraiment curieuse de voir ce que ce second tome allait proposer et comment l’auteur avait fait sa transition entre les deux séries… Le résultat est plutôt satisfaisant et prenant cependant, je reconnais avoir largement préféré le premier opus qui m’avait vraiment embarquée avec ses combats dans l’arène ainsi que sa conquête de territoire. Le roman est construit en trois parties avec des ambiances différentes, mais qui comporte toujours des combats. Dans la première, Rekk va simplement aider Gundron, un jeune duc ayant perdu ses parents et cherchant à reconquérir ses terres. J’avoue ne pas avoir très embarquée par ces nouveaux personnages assez nombreux et pas forcément marquants. couv52256444Je ne me suis pas spécialement attachée à eux, car ils manquaient de nuance ou tout simplement de personnalité. Ils n’ont pas l’étoffe ou le charisme de Rekk. Ce sont de simples guerriers qui cherchent à se mesurer à cette lame légendaire ou à obtenir un meilleur statut social. Que ce soit Oblan, Gundron ou Bahus, je n’ai pas eu la petite étincelle. De plus, j’avoue que j’ai mis un certain temps avant de rentrer dans le récit et de mémoriser le nom de chacun… Cela a forcément joué dans mon ressenti et mon attachement potentiel.

La seconde partie m’a bien plus captivée, puisque Rekk a complètement changé de voie : il est devenu prévôt de garde de sa ville natale. Grâce à sa renommée, à quelques scènes d’intimidation et à des coups d’épée dissuasifs, il va tenter de rétablir l’ordre dans toute la cité. Hélas, les habitants ne le laissent pas faire, l’image de la garde est négative (corruption, viol, chantage, etc.) et les soldats sont en sous-nombre. La tache s’annonce difficile. J’ai beaucoup aimé voir Rekk sous un nouveau jour, avec des occupations moins grandes, mais qui réclament sa force et son don pour la stratégie. Ce sera également l’occasion de revoir Dareen, son amie contrebandière secrètement amoureuse de lui. Hélas, cette dernière m’a cruellement déçue. Elle a été très peu présente et, hormis la fin où elle m’a surprise, elle a été assez passive. Ses répliques mordantes et sa gouaille me manquaient. Je pensais réellement retrouver son tempérament fougueux lors d’un chapitre la mettant en scène avec Rekk. Hélas, il n’en fut rien… Les deux camarades n’ont pas eu le loisir d’échanger, ce que j’ai trouvé dommage. La troisième partie a été assez expéditive, comme si l’auteur souhaitait rapidement raccrocher son récit avec la duologie des épées de glace. Je pensais que l’on verrait un peu plus le château de Froideval ou la petite Deria (j’aurais adoré voir au moins un chapitre narrant son apprentissage ou sa jeunesse). De plus, j’avais hâte de voir certains protagonistes se révéler. En effet, depuis la fin du premier tome, on sait qui joue un double jeu et on se demande quand les masques vont tomber. L’un des affrontements avec l’un des traîtres m’a énormément plu. On sentait la tension, l’émotion et la peine en chaque protagoniste. J’ai véritablement tourné les pages avec avidité.

Ce second opus a réussi à proposer une bonne quantité de batailles, de duels singuliers, de suspense, de manipulations et de secrets. Bien que les personnages secondaires m’aient moins marqué que dans le tome précédent, j’ai bien aimé l’évolution de Rekk. On l’a vu sensible, amoureux, touchant, naïf, mais également sanguinaire, féroce, violent, torturé, puissant, rancunier et avide de vengeance. Le voir se remettre en question a été intéressant. C’est un anti-héros plus complexe qu’il n’y paraît, pas une brute sans cervelle. Il marque le lecteur. Il en va de même pour Bishia, une femme aux multiples facettes qui se révèlera être un soutien, une conseillère, une maîtresse et une compagne intéressante. Pour une fois, les Femmes sont loin d’être des potiches ! (Mais je n’en attendais pas moins d’Olivier Gay qui a toujours su proposer des protagonistes féminins ET masculins captivants…) Malgré mes remarques négatives, j’ai passé un bon moment et considère cet ouvrage comme un assez bon tremplin entre les deux séries dédiées au Boucher. Néanmoins, ma préférence restera au premier opus qui est absolument à découvrir si l’on est un adepte du genre Fantasy et des batailles dignes de David Gemmell. Merci encore aux éditions Bragelonne pour la découverte.

.

logo_bragelonne_newai

.

Citations

– Merde, jura-t-il entre ses dents.
Il n’avait jamais été pieux et les prières aux Dieux Sans Nom lui avaient toujours paru inutiles. Alors qu’un bon « merde » bien placé…

—————

Il a tendance à voir la vie en noir et blanc. Et sous un certain éclairage, le gris ressemble salement à du noir.

—————

Quand on avait vu un château, on les avait tous vus. Il avait du mal à comprendre que les hommes les plus riches de l’Empire aiment y habiter. Les salles étaient certes grandes mais mal éclairées et mal chauffées.
Et puis on était obligé d’offrir l’hospitalité lorsqu’un empereur en vadrouille venait frapper à votre porte.

—————

Je ne veux plus verser le sang des innocents. Je n’ai aucun problème avec celui des coupables.

.

Ma note

♥ 4/5

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « « La main de l’empereur » T2 d’Olivier Gay »

    1. Honnêtement, le premier est au top.^^
      Par contre, pour le 2, tu risques de voir les mêmes défauts que moi, car on sait ce qu’il se passe après. On aura donc des attentes que les autres n’ont pas forcément (ex : la jeunesse de la fille de Rekk, sa vie en tant que baron de Froideval).

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s