Littérature jeunesse

« Le journal de Gurty » de Bertrand Santini

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Le journal de Gurty
Auteur : Bertrand Santini
Genre : Roman jeunesse
Editeur : Sarbacane

51wtb3uciil-_sx210_Gurty est une chienne attachante, taquine, gourmande et un peu idiote qui se prend pour une louve rebelle et sauvage. Avec son maître Gaspard, elle prend le train pour Aix-en-Provence. Étant déjà venue dans cette région, elle retrouve vite ses amis comme Fleur, une chienne qui a des problème d’élocution et qui craint sans cesse qu’on la frappe. Il y a aussi le chat Jean-Jacques, surnomme Tête de Fesses à cause de sa laideur… Sauf que le matou n’est pas vraiment quelqu’un d’amical. Gurty et lui ne cesse de se chercher querelle… Quelles aventures attendent Gurty en Provence ? Va-t-elle réussir à passer des vacances tranquilles, à ronger des os et à se rouler dans les excréments ?…

Ce roman atypique est plaisant, car il comporte beaucoup d’humour. Le lecteur passe un bon moment à suivre l’épopée de cette narratrice au poil qui, bien qu’elle soit bête, est très attachante. Ses réactions ou ses réflexions font souvent sourire. On notera également les nombreux dessins ponctuant les chapitres ou illustrant les situations concasses auxquelles Gurty doit faire face.

A travers son récit, Bertrand Santini tente d’expliquer ce qu’il se passe dans la tête des chiens lorsqu’ils ont un comportement que l’on ne comprend pas. C’est d’ailleurs l’un des points humoristiques de l’ouvrage : la pauvre Gurty a beaucoup à apprendre avant de bien se comporter chez les humains : on n’offre pas des rats, on ne vole pas le poulet rôti, on ne fait pas ses besoins dans le train ou sur une barbe à papa, … ! Le seul regret de ce livre réside dans le fait que l’humour « pipi/caca » soit très présent au fil des pages. Cependant, cela amusera sans doute les plus jeunes…

 

Citations :

Mais d’abord, ce n’est pas moi qui l’ai tué, le rat. Il s’ennuyait tout seul dans la cuisine, alors je l’ai mordu pour rigoler et ensuite il est mort de vieillesse, peuchère.

—————

Quand j’étais petite, j’adorais dormir dans les boîtes à chaussures.
Aujourd’hui, j’aime encore y faire la sieste de temps en temps.
Dommage que depuis mon enfance, mon Gaspard ait tant rétréci des pieds.

 

Ma note :

♥  3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s