Bit-Lit·Coup de coeur·Fantastique/Fantasy·Romances·Romans policiers / Thriller

« L’appel de la lune » (Mercy Thompson T1) de Patricia Briggs

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : L’appel de la lune (Mercy Thompson T1)
Auteur : Patricia Briggs
Genre : Bit-Lit/Urban Fantasy/Romance/Thriller
Editeur : Milady

Je n’ai pas découvert Patricia Briggs grâce à la série de Mercy. J’avais commencé par « Masques » et « L’épreuve du Loup », couv43744331je savais donc à quoi m’attendre : du suspense/de l’intrigue, de la romance (voire un peu d’érotisme), de l’action, de la magie et de l’humour. Un cocktail agréable qui permet de passer un très bon moment de lecture. La saga de Mercy Thompson ne fait pas exception. Par ailleurs l’une des « marques de fabrique » de l’auteure est l’héroïne : une femme de caractère, souvent jolie mais pas trop, talentueuse, qui n’hésite pas à protéger les siens.

Lorsque j’ai découvert Mercy, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour elle. Vivant dans les Tri-city, Mercy est garagiste, un métier peu commun pour une femme, ce qui m’a agréablement surprise. Mais le jeune femme n’est pas une simple humaine : c’est une changeuse, elle a le pouvoir de devenir un coyote. Autour d’elle, la magie gravite et l’attend à chaque coin de rue : son garage était autrefois tenu par un Fae du nom de Zee, elle côtoie un vampire de temps à autre (Stefan), sa maison est juste à côté de celle d’ Adam Hauptman, le chef de la meute (Alpha) de loups-garous, … L’Urban Fantasy était un univers que je ne connaissais pas… Mais cela m’a plu. J’ai trouvé original le fait de mettre de la magie dans le monde tel que nous connaissons. Cela me changeait des romans fantasy médiévaux.
Revenons à notre petite coyote : un jour, un loup-garou débarque sur son lieu de travail et lui demande de l’aider. Il cherche un boulot… Malgré ses doutes, elle finit par accepter, ignorant que le garçon ne sait pas se contrôler… Malheureusement pour elle, ce n’est pas le seul soucis auquel elle va devoir faire face : il y a aussi une femme étrange qui jette des sorts sur son garage, une affaire de meurtre qui croise sa route, la fille de son voisin qui disparaît, … La pauvre Mercy va devoir faire preuve de calme, d’intellect et de sang froid !…

La lecture de cet ouvrage est légère, cela se lit bien, c’est fluide. De plus, la plume devient vite additive en raison de l’enquête. On est aisément pris par le phénomène « page-turner » : on ne quitte pas son livre, on découvre une ville féerique qui nous plaît, on suit l’avancée de l’enquête, on assiste à de nombreux rebondissements… Et on tourne les pages sans s’arrêter. Ce premier tome m’a tellement plu que je me suis jetée sur les autres tomes. J’avais une envie dévorante d’en découvrir davantage sur l’univers de Patricia Briggs. Depuis, je dois avouer systématiquement acheter les nouvelles parutions de cette saga tant j’ai adhéré à l’univers…

Outre l’intrigue assez bien orchestrée, j’ai vraiment accroché aux nombreux personnages. Même si la plupart d’entre eux ne sont pas « normaux »/humains, ils ont tous un côté attachant. J’ai adoré Stefan et son côté farfelu adepte de Scoubidou. Il y a aussi Zee, le Fae bourru qui est pourtant protecteur avec sa petite Mercy. La meute d’Adam m’a également plu. On la découvrira davantage au fil des tomes.
Bien qu’étant un schéma classique dans l’univers de la romance, j’ai apprécié le triangle amoureux entre Mercy et deux loups-garous. Il y a bien évidemment son voisin (Adam) et Samuel, son ancien amant qui fait partie d’une autre meute (il appartient à la meute de Bran, le Marrok, l’Alpha des Alphas avec qui elle a vécu une grande partie de son enfance).

Le tome un de la saga « Mercy Thompson » est vraiment savoureux grâce à son mélange d’action, d’humour et de magie. Un coup de cœur. A découvrir au plus vite, que l’on connaisse le genre Bit-Lit ou non…

 

Citations :

Insulter une sorcière faisait partie des choses à ne pas faire, en bonne place avec énerver un mâle Alpha ou faire des mamours à un jeune loups-garou à côté d’un cadavre.

—————

Le minibus était peint aux couleurs de la « Mystery Machine » de Scoubidou, ce qui en disait long sur le genre de vampire qu’était Stefan. Il m’avait dit avoir envisagé de le peindre en noir, quelques années auparavant, lorsqu’il avait commencé à regarder « Buffy contre les vampires ». Mais au bout du compte, il avait décidé que la Tueuse ne tenait pas le coup face à Scoubidou.

 

Ma note :

  5/5 Coup de cœur !

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s