Littérature jeunesse·Science Fiction

« Arena 13 » de Joseph Delaney

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Arena 13
Auteur : Joseph Delaney
Genre : Roman adolescent / Science-Fiction
Editeur : Bayard

résumé du livre

Les temps sont funestes pour l’humanité, qui a presque disparu de la Terre, vaincue par des machines douées de conscience. Les derniers humains vivent confinés dans le pays de Midgard, entouré par une infranchissable barrière de brouillard. Au-delà, personne ne sait ce qu’est devenu le monde. Dans les arènes de Gindeen, la seule ville du pays, des combats se succèdent toute la journée. Dans l’Arène 13, on mise sur celui qui, le premier, fera couler le sang, on parie sur celui qui trouvera la mort… Un jour, un jeune garçon, Leif, arrive à Gindeen… Son ambition ? Combattre dans l’Arène 13 et défier Hob qui terrorise les habitants et vole leurs âmes…

.

Ma critique

L’un des seuls défauts de cet ouvrage vient du fait que la suite n’est pas encore publiée en France. Quelle frustration ! J’aurais bien enchaîné directement sur le second tome tellement j’étais happée par l’univers. Hélas, il faudra que je me montre patiente et attende début 2017… Quel dommage de quitter cette intrigue addictive et dynamique. En effet, à partir de la moitié de l’ouvrage, les rebondissements et les révélations s’enchaînent. Les têtes se mettent à tomber… L’univers, que l’on croyait simplement violent, s’avère bien plus sombre au fil des pages, notamment à cause de Hob. Arena 13, tome 1 Joseph DelaneyC’est vraiment un être perfide, cruel et mauvais. C’est tout à fait le type d’antagonistes que j’affectionne, car il est crédible aussi bien dans ses actes que dans ses paroles. Les chacals, ses sinistres soldats, sont aussi malintentionnés et fourbes que leur Maitre. On comprend pourquoi le peuple de Gindeen ne se révolte pas et se laisse gouverner par la peur ou la mort. D’ailleurs, je me demande comment Leif, le héros, va se venger…

Ce qui m’a le plus séduite, c’est cette ambiance de gladiateurs avec une touche de science-fiction : les guerriers combattent avec des lacres, d’étranges robots humanoïdes. Pour espérer survivre, il n’est pas seulement nécessaire d’être fort ou rapide. Il faut également savoir faire de la programmation, s’entraîner avec son ou ses lacres et être attentif à son rival. « Gladiator » avec des droïdes ? Pourquoi pas ! Pour ma part, j’ai rapidement adhéré au concept. D’ailleurs, il me tarde d’en savoir plus sur les lacres, puisque l’un des personnages sous-entend qu’ils sont beaucoup plus intelligents qu’ils n’y paraissent. Auraient-ils une âme ou une personnalité propre comme dans le film « I, robot » ou le roman « Cinder » ? Il me tarde d’avoir des réponses à ce mystère…

En plus d’un « méchant » crédible et d’un concept intéressant, ce roman possède une écriture fluide : on se laisse aisément entraîner par la plume de l’auteur. Les scènes de combat sont très bien retranscrites. On enchaîne les chapitres presque sans s’en rendre compte ! Joseph Delaney a su proposer des personnages assez caricaturaux mais travaillés. J’ai aussi bien adhéré à Leif, ce garçon intrépide et fougueux qu’à son maître Tyron qui est un protagoniste qui cache une personnalité touchante, protectrice et pleine de sagesse. J’ai aussi accroché à Palm, le rival du héros. C’est vraiment l’antagoniste de base : rapporteur, jaloux, antipathique, imbu de lui-même, fils à papa et avec un mauvais fond. Il ne lâche pas Leif et entretient vraiment cette haine. Cela me plaît beaucoup, car ses actes auront parfois de lourdes conséquences et apprendront au narrateur à se méfier ou à apprendre de ses erreurs. Par contre, Kwin, la fille de Tyron, est un personnage assez lunatique. J’ai donc eu parfois du mal avec elle, surtout durant les passages avec Jon. Elle est bien trop hautaine, obstinée et égoïste pour que je m’attache à elle. En revanche, j’ai accroché à son caractère féministe. Elle rêve d’aller dans l’Arène 13, hélas c’est interdit pour les Femmes… J’espère qu’elle finira par y parvenir… Et qu’elle calmera un peu ses ardeurs ou ses manipulations…

Je pense que cette série plaira beaucoup aux lecteurs ados (surtout masculins) ainsi qu’à certains adultes. Comme je vous l’ai dit précédemment, il me tarde de connaître la suite des aventures de Leif. Ce premier tome est une belle mise en bouche qui donne envie d’en savoir plus. Dans la suite, j’espère en savoir plus sur les lacres ou Konnit, un personnage qui a proposé une nouvelle quête/un but à notre jeune héros. J’attends beaucoup du second tome…

.

Citations

Est-ce qu’on ne peut rien faire, dans ce pays, sans avoir peur de Hob ? m’exclamai-je d’une vois pleine d’amertume. N’y a-t-il aucune place pour la dignité ?

—————

Ceux qui font les premiers pas font rarement le dernier.

—————

L’odeur sucrée des parfums féminins qui flottait dans l’air se mêlait à celles du bois ancien, du cuir et de la sueur. Mais il y en avait une autre, aussi : une senteur aigre et métallique. Avec un coup au cœur, je réalisai que c’était celle du sang.

.

Ma note

♥  5/5

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Arena 13 » de Joseph Delaney »

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, moi aussi. Il faut dire qu’un univers de gladiateurs, mais modernisé avec une touche de SF, ça avait de grandes chances de me plaire !
    La seule crainte que j’avais, c’est qu’il s’agit d’un roman jeunesse, mais finalement, il s’avère que l’univers est suffisamment bien travaillé pour plaire aussi à des adultes 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Totalement d’accord avec toi.
      C’est même plus que travaillé pour du jeunesse ! On a là un roman de bonne qualité. Le contenu est riche, que ce soit au niveau des règles de l’arène, les programmations des lacres, les personnages assez bien développés, …
      Les adultes peuvent aussi bien aimer que les ados, effectivement !^^

      Aimé par 1 personne

  2. Ce roman me faisait déjà de l’œil mais ta chronique vient définitivement de me convaincre et je l’ajoute à ma wishlist 🙂 Le mélange de combat de gladiateur et de science-fiction me parait original et intéressant! Comme toi, même si les personnages sont stéréotypés, s’ils sont bien travaillés ça ne me pose pas de problème 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s