Romans

« La voie du papillon » (Aztèques T2) d’Eric Costa

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La voie du papillon » (Aztèques T2)
Auteur : Eric Costa
Genre : Aventure / Roman historique
Éditeur : Auto-édité

.

résumé du livre

Teotitlan, 1517, l’école du harem ouvre ses portes. Une jeune esclave cherche à y entrer, mais la loi le lui interdit. Sur sa route, alliances, rivalités et trahisons mortelles. Deux clans s’affrontent. Une mentore à la sensualité torride,une favorite qui règne en reine, une rivale indomptable, toutes ne vivent que pour le Maître. La fille de l’aigle saura-t-elle prendre son envol ?

.

Ma critique

Voici un ouvrage dont le contenu est à la hauteur de la couverture : superbe ! Honnêtement, je suis vraiment fan de l’illustration qui retrace à merveille l’ambiance de cette saga à la fois mélancolique, féerique et passionnante. couv21703517Dans ce second opus, on retrouve Ameyal, esclave malgré elle dans un harem. La pauvre jeune femme a vécu le pire et, en plus d’être hantée par des mauvais souvenirs, en garde des cicatrices sur le corps. Le harem l’a totalement marquée. Dans le premier tome, Ameyal était quelqu’un de déterminé, intrépide, entêté, fonceur et effronté. Elle refusait son destin et n’hésitait pas à braver l’interdit… Cette fois-ci, son tempérament est assez différent. En effet, elle est complètement déboussolée, dépassée par la situation, moins sûre d’elle et malheureuse. Les autres concubines ou les servantes ont fait d’elle un souffre-douleur. On l’injurie, on se moque d’elle, on la traîne plus bas que terre, on la violente, on la rejette et on l’humilie. Presque plus personne ne lui adresse la parole correctement. Les alliés se font rares. La pauvre Ameyal est à bout et on ne peut que la comprendre. J’ai eu énormément de peine pour elle car, après tout ce qu’elle a vécu, elle ne mérite pas autant de haine ou d’humiliation. L’auteur a réussi à me faire ressentir beaucoup d’empathie pour elle. Face à ces vipères, je n’étais pas indifférente ! J’ai d’ailleurs invectivé contre elles plusieurs fois au cours de ma lecture. J’aime beaucoup lorsqu’un récit ne me laisse pas de marbre au point de réagir à haut voix alors qu’il ne s’agit que d’une lecture… C’est le signe que le roman me plaît, que je suis vraiment dans l’intrigue et que je me suis attachée aux personnages.

Eric Costa a encore une fois prouvé qu’il était passionné par la mythologie aztèque en nous apportant une intrigue riche en informations sans pour autant être pesante. Aux côtés de la belle esclave, on va apprendre énormément de choses comme les coutumes, les rites, les divinités ou les tortures (ex : l’épine de maguey qui m’a effarée…). On a la sensation d’être nous-même formé à travers cette impressionnante école du Harem. Il y a énormément de règles strictes à suivre. Pour survivre, il est primordial de suivre ces lois. L’espace est vraiment très codifié et complexe. On réglemente tout : la structure, la hiérarchie, l’art et la bonne manière. Grâce à cela, la lecture fut très intéressante ! Avant de lire cet ouvrage, je pensais qu’il fallait simplement qu’une concubine soit belle, élégante, raffinée et dévouée à son Maître. Je ne pensais pas qu’il y avait autant d’éléments à prendre en compte. D’ailleurs, comme l’héroïne, j’ai parfois eu le sentiment d’être noyée par les informations à un moment… Sauf que j’avais la chance que ma vie n’en dépende pas, contrairement à elle… Lorsque j’ai réalisé cela, je n’ai pu retenir un sentiment de malaise à son égard. Honnêtement, à sa place, je ne pense pas que je m’en serais sortie. Ameyal va réellement se surpasser et, malgré plusieurs erreurs dues au fait qu’elle a du mal à obéir ou à accepter l’autorité, elle va sans cesse aller de l’avant. On a donc un très beau travail de recherche de la part de l’auteur qui réussit à transmettre sa passion en distillant des informations au fil de l’histoire.

maxresdefault

Avec ce second tome, l’intrigue continue d’avancer. Le rythme est à la fois calme et soutenu : on oscille entre les cours du harem, les manipulations et les rebondissements. J’ai ressenti une ou deux longueurs à un moment, mais cela ne m’a pas ralentie pour autant. Une fois encore, l’ambiance rappelle celle des Geishas où tout est hiérarchie, haine, compétition, jalousie, chantage, coups bas, alliances et mensonges. C’est vraiment un univers affreux, malsain et douloureux. J’ai adoré suivre Ameyal dans ce monde que je n’aurais vraiment pas voulu évoluer… En outre, il est à noter que l’auteur introduit la notion d’homosexualité dans le harem par le billet de l’un des personnages. J’avoue que, au cours du premier tome, je m’étais posé la question de la place de l’homosexualité à cette époque ou dans un tel milieu. Mais je ne m’attendais pas forcément à le voir ici. Eric Costa a réellement creusé au maximum son intrigue. J’ai donc été agréablement surprise d’en savoir plus. D’ailleurs, j’ai trouvé que cette romance était bien amenée, n’était pas vulgaire et ouvrait une piste que je n’avais pas envisagée pour le scénario.

Harem est une des meilleures sagas auto-éditée que j’ai lue ! Le contexte est dépaysant, les éléments historiques sont à la fois denses, captivants et instructifs, l’immersion est complète, les personnages ne laissent pas le lecteur indifférent tandis que la plume est très agréable à suivre. La fin de « La voie du papillon » n’est pas aussi haletante que le premier opus, mais elle n’en demeure pas moins intéressante. J’ai très envie de connaître la suite. Je recommande vivement la lecture de cette série à ceux et celles qui aiment les complots et la civilisation aztèque. Merci encore à l’auteur pour la suite de cette aventure ainsi qu’au site SimPlement.

.

simplementlogo

.

Citations

Être concubine, c’est être appréciée comme une œuvre d’art vivante. 

—————

Au harem, la connaissance et le pouvoir se confondent. 

—————

Il est coutume, en ce monde, que les uns montent et les autres descendent.

.

Ma note

  5/5

Publicités

Une réflexion au sujet de « « La voie du papillon » (Aztèques T2) d’Eric Costa »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s