Romans·Romans policiers / Thriller·Science Fiction

« The prison experiment » T1 d’Eric Costa

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « The prison experiment » T1
Auteur : Eric Costa
Genre : Thriller / Aventure / Science-Fiction
Éditeur : Auto-édition

.

résumé du livre

Zone 51, désert du Nevada. Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles. Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle. Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ? Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel. Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix. Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine. Son génie peut les sauver… ou les tuer. Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ?

.

Ma critique

Quand Eric Costa m’a gentiment proposé de découvrir le premier tome de sa nouvelle saga, j’ai accepté sans hésiter ! Étant totalement conquise par sa série dédiée aux Aztèques (dont je vous recommande la lecture), j’avais hâte de le voir s’illustrer dans un tout autre genre : celui du thriller, de l’aventure et de la science-fiction. Une fois encore, je suis fan de la couverture qu’il a choisie. Non seulement, elle donne terriblement envie, mais elle retranscrit également bien l’ambiance ! Cette nouvelle histoire ne manque pas de rebondissements et de suspense néanmoins, je dois avouer ne pas avoir été aussi charmée qu’avec l’épopée d’Ameyal…

couv41427000Le point fort de « The prison experiment » est son rythme. Dès le début, on est plongé au cœur de l’action aux côtés d’un escadron de mercenaires auquel appartient la belle Elena, Lombardi, Tyler, Jeff, Basileus, Field et bien d’autres… Ces soldats vont errer au cœur de l’Œuvre, une prison expérimentale secrète pleine de dangers. Ce qu’ils vont vivre va être mouvementé et sans temps morts ! On ne s’ennuie pas un instant, car il y a beaucoup de combats, de fuites, de jeux de pouvoir et de tensions. Rien ne se passe comme prévu. On assiste à de nombreux morts, des échanges musclés et des scènes inquiétantes. C’est simple : on vit vraiment les choses aux côtés d’Elena ! Ce qu’elle va découvrir s’est révélé imprévisible, sombre et prenant. Par moment, j’avais l’impression d’être à ses côtés, me demandant alors comment elle allait pouvoir s’en sortir et me révoltant dès que Basileus, l’un de ses collègues, la rabaissait pour maintenir son rôle de chef. Je ne peux pas dire que je me suis spécialement attachée à elle cependant, je suivais avec intérêt les chapitres la mettant en scène. D’ailleurs, j’avais plus ou moins l’impression d’être face à une aventure de Lara Croft, mais avec une héroïne moins sûre d’elle et plus humaine. À mes yeux, on est sur une ambiance oppressante, dynamique et saisissante rappelant Uncharted, Shutter Island, Lost et Tomb Rider. La petite touche de fantastique/science-fiction est très appréciable.

Hélas, cette lecture plaisante n’est pas sans défaut… J’ai eu énormément de mal à me faire à la narration. Celle-ci oscille entre plusieurs personnages comme Elena, Agellos, Jackson, Josh T. Arthur dont on découvre des extraits de journal, etc. C’est à la fois un atout et une faiblesse. En effet, cette narration multiple permet d’avoir une bonne vision d’ensemble, de creuser psychologiquement certains protagonistes et d’ajouter une tension supplémentaire, notamment dans les chapitres aboutissant sur des cliffhangers. Malheureusement, cela peut aussi perdre le lecteur. Pour ma part, j’ai trouvé que cela faisait beaucoup trop de personnages d’un coup ! Certains me captivaient plus que d’autres et j’avais du mal à me rappeler le rôle de tout le monde… D’ailleurs, avoir mis un listing des personnages en fin d’ouvrage n’a pas été inutile ! Je m’y suis souvent reportée… Il y a de quoi se perdre, en particulier durant les premiers chapitres, car on change toujours de lieu, d’intrigue et de protagonistes… Cela demande donc une certaine gymnastique.

Le livre est un joli pavé de 660 pages qui tient ses promesses : il entraîne vraiment le lecteur dans un monde plein de dangers, d’action et de suspense jusqu’aux dernières pages. Prenez garde à vous lorsque vous franchirez ces murs, car il n’est pas sûr que vous en sortiez vivant… Une plume toujours aussi simple et efficace. Derrière cette aventure, il n’hésite pas à soulever des problématiques concernant notre monde et l’Humanité. Je pense que j’aurais davantage aimé ma lecture si je n’avais pas été aussi longtemps perdue à cause des changements de narration. Merci encore à Eric Costa pour la découverte !

.

ericcosta.jpg

.

.

Citations

Si on lui enlève tout espoir, un détenu peut se montrer inhumain.
.
—————
.
La connaissance de l’environnement peut faire la différence entre un vivant et un mort.
.
—————
.

– Qu’est ce que c’est ? demande Hamilton. Des zombies ?
Lombardi secoue la tête :
– Vous vous croyez dans Resident Evil ?
– Pas la moindre idée de ce que ça peut être, répond Fields. Je suis pas zoolophile.
– Zoologue, corrige Lasios.
– Rien à foutre !
.

—————
.
Sa démarche est celle d’un animal blessé, chancelant et à bout. Mais la différence avec un animal est la volonté qui l’anime, la volonté qui s’est formée profondément en lui dans le labyrinthe de l’Œuvre.
.

Ma note

3,5/5

 

Publicités

16 réflexions au sujet de « « The prison experiment » T1 d’Eric Costa »

      1. Pas spécialement une période, je ne suis pas fan des livres de plus de 500 pages en fait, je trouve toujours qu »il y a trop de longueurs ^^
        Souvent je me dit qu’une centaine de pages en moins n’auraient pas manqués xD

        Aimé par 1 personne

  1. Il a l’air vraiment bien ! Je connais aucun des films que tu as cité 😂 (même tomb raider je n’ai pas vu) mais la couverture dégage par elle-même l’aspect oppressant. J’aurai pensé au contraire que le changement de point de vue t’aurait plu 🤔 (comme dans B. O. A) mais s’il y a énormément de personnages je comprends que ça puisse perdre. Il a l’air vraiment bien en tout cas et la citation sur resident evil m’a fait rire 😂

    Aimé par 1 personne

    1. Il est sympa, effectivement !
      Ah mince pour les films. Je te les recommande, en tout cas ! 😀
      Le changement de narrateurs est bien, mais comme il y a une quinzaine de noms à retenir, c’est vraiment dur de ne pas se mélanger les pinceaux. L’auteur m’a rassuré en m’expliquant qu’il y aurait moins de persos dans la suite.
      Idem pour la citation lol.^^

      Aimé par 1 personne

  2. J’avais repéré le roman, mais le nombre de pages m’avait un peu découragée…
    J’aime beaucoup les narrations alternées même si celle-ci semble plutôt corsée. Heureusement que l’auteur a pensé au petit détail avec le listing des personnages 🙂
    Malgré la gymnastique intellectuelle que la multiplicité des personnages requiert, l’ambiance que tu décris me plaît pas mal. Je ne pense pas me laisser tenter pour le moment, mais étant curieuse de découvrir Eric Costa ailleurs que dans le registre des nouvelles où il excelle, je garde le roman en tête.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s