Littérature jeunesse·Romances·Romans·Young adult

« Un si petit oiseau » de Marie Pavlenko

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Un si petit oiseau »
Auteur : Marie Pavlenko
Genre : Roman contemporain / Littérature ado, young adult, adulte / Romance
Éditeur : Flammarion

.

résumé du livre

Après un accident de voiture qui l’a laissée meurtrie, Abigail rentre chez elle. Elle ne voit plus personne. Son corps mutilé bouleverse son quotidien, sa vie d’avant lui est insupportable. Comment se définir quand on a perdu ses repères, qu’on ne sait plus qui on est, que la douleur est toujours embusquée, prête à exploser ? Grâce à l’amour des siens. Grâce aux livres. Grâce à la nature, au rire, aux oiseaux. Avec beaucoup de patience, peu à peu, Abi va réapprendre à vivre.

.

Ma critique

J’ai lu quasiment d’une traite ce joli roman ado/adulte avec un sujet difficile, mais très bien amené ! C’était une lecture sensible et, surtout, crédible… Ce qui est apparemment le cas, puisque l’auteure a écrit cette fiction en s’inspirant de sa mère ayant eu un accident en 2015 qui lui a coûté un membre… J’ai trouvé la démarche bouleversante et pleine d’amour, car on ressort avant tout positivement de cette lecture… Pourtant, les thématiques du drame et du handicap ne sont pas faciles à aborder !couv4646668 À première vue, on pourrait penser que l’on va rentrer dans le pathos ou dans la mièvrerie. C’est se tromper, car Marie Pavlenko a beaucoup de talent, même lorsqu’elle s’attache à des thèmes complexes… Sa plume a une petite pointe d’humour, de tendresse, de simplicité, de réalisme et d’émotion ; comme c’était déjà le cas dans « Je suis ton soleil »… Ainsi, j’ai passé un bon moment aux côtés d’Agibail et d’Aurèle !

Les conséquences de l’accident sont vues non seulement par le biais d’Abi, mais également par ses proches. C’est très intéressant ! En ce qui concerne l’héroïne, j’ai trouvé qu’elle éprouvait ce que n’importe qui ressentirait : colère, peine, perte de confiance, crainte du futur, etc. De ce fait, elle déprime, est susceptible, amer et cynique. C’est compréhensible, surtout qu’elle avait énormément de rêves pour l’avenir et que son petit-ami lui a tourné le dos sans hésiter… Au fil de l’intrigue, l’adolescente évolue de façon parfaitement logique. Il en va de même pour sa famille où chacun appréhende cette amputation à sa manière. On a par exemple la tata Coline qui apporte des sourires dès qu’elle vient voir sa filleule, la mère qui fait tout pour sa fille et s’inquiète énormément, le père qui tente de faire des blagues pour ne pas sombrer, la sœur Millie qui trouve qu’Abi prend trop de place dans la famille et ne fait aucun effort pour remonter la pente… Les changements psychologiques vont arriver au compte-goutte, dès lors que la demoiselle va réapprendre à vivre, être un peu plus autonome et va s’accepter.

La quatrième de couverture explique quasiment tout le déroulé de l’intrigue. De ce fait, il n’y a pas vraiment de passage inattendu, de révélation ou de rebondissement. On sait d’avance que la jeune fille va retrouver la joie de vivre grâce à ses proches. Je trouve cela un peu dommage et j’aurais souhaité être un peu plus surprise. Même durant certains passages, j’avais malheureusement anticipé les choses, comme le secret du voyage pour étudier les oiseaux… Par ailleurs, j’ai lu dans quelques critiques que certains trouvaient la famille bien trop attentive à Abi, ce qui n’était pas réaliste… Je dois reconnaître que c’est un peu la marque de fabrique de l’auteure : dans toutes ses publications, les proches du personnage principal étaient souvent présents… Mais en quoi est-ce une mauvaise chose ? Cela montre de belles valeurs comme l’entraide, le soutien et l’amour. Peut-être que cela inspirera des lecteurs à ouvrir les yeux ? Bien qu’une famille ne réponde pas toujours présente en cas de drame dans la vraie vie, d’autres familles ou d’autres personnes comme des amis peuvent le faire… De plus, ce récit part d’une histoire personnelle. Je suppose que la mère de Marie Pavlenko a été aussi bien entourée qu’Abi… Enfin, j’estime que cela change de tous ces fictions où le personnage principal est orphelin… N’oublions pas qu’il y a déjà de tensions, de peines ou de crises qui hantent la famille d’Abigail. Tout n’est pas harmonie cependant, chaque membre de cette petite famille a opté pour l’entraide.

Bref, ce fut une belle histoire sur la résilience et l’acceptation de soi avec de l’amour sous toutes ses formes en toile de fond. Une bonne découverte qui confirme mon attachement pour le style et les choix de cette auteure…

.

Citations

C’est comme si avant, à l’intérieur, j’avais une grande forêt, pleine d’oiseaux et de promesses. Elle a disparu, Coline, tu comprends ? C’est comme ça. À la place, il y a des herbes jaunes, des mares sans eau, du silence et de la terre craquelés.
.
—————
.
– Bonjour la médecine moderne ! Ils peuvent pas te filer une prothèse digne de ce nom ? Un truc électronique, je sais pas moi ?! […]
– J’en ai une. Une prothèse myoélectrique, ça s’appelle. Mes parents l’ont baptisé mon bras de Vador.
– Ah ouais ? Mais.. comment ça marche, tu as une puce dans le cerveau ?
– Oui. Et si je me concentre, je peux faire exploser un avion en plein vol.
.
—————
.
Sur le trottoir, la lumière est crue. Un instant aveuglée, Elsa se force à ne pas regarder la vitrine, elle avance, rejoint la rue de Lévis. C’est la bonne décision, l’unique. Impossible de laver les cheveux d’Abi, de les peigner, jusqu’à la nuit des temps. Ce qui lui faut, c’est de l’autonomie, pas une chevelure de princesse. Elsa flâne, regarde les fleurs, les étals de fruits, entre dans une boutique de vêtements, en ressort aussitôt. Elle lutte contre les larmes qui montent à l’assaut de ses grands yeux verts. Elles sont une armée, se bousculent, prêtes à en découdre. Elsa finit par courir à la voiture. Calfeutrée dans l’odeur caoutchouteuse du revêtement neuf, elle abdique. Et cache son visage dans ses mains.
Ses mains.

Ma note

4/5

 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Un si petit oiseau » de Marie Pavlenko »

  1. Le roman a l’air beau et fort d’autant que c’est assez rare de voir en littérature des familles où l’entraide règne… Le fait que ce soit inspiré d’un fait réel lui donne également une autre dimension.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s