Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« Le clan des aigles » (La légende des quatre T4) de Cassandra O’Donnell

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le clan des aigles » (La légende des quatre T4)
Auteur : Cassandra O’Donnell
Genre : Fantastique / Littérature jeunesse-ado
Éditeur : Flammarion

.

résumé du livre

Ils sont quatre, héritiers de leurs clans… Ils doivent s’unir pour survivre. C’est l’heure de l’affrontement final. Au cœur des cités dévastées, l’ordre est donné de traquer les derniers humains. Mais au milieu des ruines encore fumantes, plusieurs voix s’élèvent dans un but commun : désobéir. En trahissant la parole donnée au Conseil, Maya, Bregan, Nel et Wan deviennent les ennemis de leur communauté. Désormais, ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes.

.

Ma critique

couv32564028Cette suite, je l’aurais attendue avec énormément d’impatience (maudit virus qui repousse les publications…) ! Il me tardait de connaître le dénouement de cette saga jeunesse – ado géniale mettant en scène des Yokaïs, créatures mi-hommes mi-animales s’opposant farouchement aux humains. Dans cet opus, l’auteure se concentrera principalement sur la guerre entre les hommes et les quatre clans. Ces derniers sont d’une puissance incommensurable et d’une cruauté sans nom : ils rasent les villages, exterminant aussi bien les soldats que les citoyens prostrés dans leur foyer d’infortune. C’était déjà un véritable massacre dans le troisième volet. Dans cette suite, l’hécatombe continue… Cependant, l’humanité de Maya, la jolie Lupaï, a commencé à toucher les Yokaïs les plus farouches… On va alors découvrir tout le changement psychologique de ces combattants. Entre action, entraide, espoir, chaos et destruction, le doute plane dans leur esprit : Et s’il était possible de redonner une chance aux humains ? Bravant les interdits, une poignée de Yokaïs vont se rallier à la cause de la Louve, emmenant avec eux des jeunes bipèdes…

Si l’idée est bonne et pleine d’optimisme, j’ai malheureusement vite déchanté… En effet, Cassandra O’Donnell va donner la parole à une pluie d’orphelins. Or, si j’aime les narrations plurielles, j’ai trouvé que l’on suivait trop ces enfants dont, finalement, je n’avais pas grand-chose à faire par rapport aux quatre héros ou à certains personnages principaux… Cela ne faisait pas avancer spécialement l’intrigue, si ce n’est permettre à certains héros de revoir leur point de vue sur cette ultime bataille. Hélas, cette évolution des mentalités est noyée par énormément de blabla entre les enfants et quelques blagues. Non seulement cela casse le rythme de cette guerre épique, mais cela fait vraiment hyper enfantin par rapport au contexte morbide dans lequel évoluent les protagonistes ! Voir des êtres humains se faire arracher le cœur dans une page, puis assister à une querelle remplie de « Noooon ! », « Siiii ! » sur une demi-page, ou lire des « toi-même, d’abord ! » quelques chapitres plus loin, cela me déstabilise. Je veux bien que la saga soit plus orientée jeunesse qu’ado toutefois, j’espérais que l’on proposerait des dialogues plus matures pour ce final sanglant… (Ou que ces échanges soient plus en accord avec le contexte brutal !)

J’ai également regretté le fait que l’on ne creuse pas plus certains éléments. Par exemple, je pensais que l’on en saurait plus sur la caste des Rapaïs. Les Serpaïs (et le beau Wan) avaient su me captiver dans le troisième volet. J’espérais donc en savoir plus, au lieu d’énoncer brièvement la hiérarchie du clan avec les voltigeurs, les acrobates, les traqueurs ou les ravageurs… Heureusement, le personnage de Nel m’a comblée : la demoiselle est toujours aussi intéressante, complexe, forte, courageuse et mystérieuse ! J’ai aimé la suivre dans ses nouvelles responsabilités. De plus, il y avait une véritable tension entre elle et la reine Aeyon. Au début, cela rendait la lecture dynamique et oppressante !

185690

Lorsque le scénario ne se focalisait pas sur Nel ou sur les (trop) nombreux orphelins, il laissait libre cours à la romance naissante d’évoluer. Or, celle-ci m’a laissé un sentiment mitigé… Bon, je ne vous cache pas que, comme une grande enfant, j’ai lu TOUS les chapitres où Wan apparaissait, avant de lire le livre « correctement »… Puéril ? J’assume ! J’avais énormément d’attentes à propos de ce couple complémentaire, électrique et sympathique ! Or, je pense que j’aurais hurlé devant mon livre si je n’avais pas assisté à un dénouement positif pour le couple… Mais comme l’auteure ose parfois faire du mal à mes chouchous dans ses autres écrits adultes, j’avais quelques craintes. Spoiler : c’… Ha ! Comme si j’allais vous le dire ! Le fait est que ces passages remplis d’affection m’ont emportée. Certes, cela reste très jeunesse et, quels que soient les protagonistes, les gestes n’iront pas trop loin… Mais, c’est suffisant ! En revanche, ce qui m’a agacée, ce sont les sentiments de l’un des héros qui se sont fait complètement zapper ! Sa réaction face à la romance est inexistante. Pire, cela s’est fait en « off » : on nous en informe en deux lignes que le binôme a mis les choses au clair… Quel dommage ! Bien sûr, cela apaisera les lecteurs détestant les triangles amoureux cependant, au lieu de suivre les petits humains, j’attendais à vivre un minimum d’échanges. Idem pour les retrouvailles avec le père de Maya auxquelles j’espérais assister… Ou encore la fameuse folie des Yokaïs que l’on aurait pu creuser davantage…

En réalité, je pense que j’avais trop d’attentes avec ce dénouement. Je m’étais déjà fait mon idée de la fin et ce n’était pas tout à fait celle que j’ai engloutie en quelques heures. Cela dit, malgré mes critiques, je reconnais que ce quatrième opus se lit toujours aussi vite et bien ! C’est une saga vraiment sympathique, originale, addictive et pleine d’action qui aura su me divertir au fil des années ! De plus, les couvertures de cette quadrilogie sont tout simplement magnifiques ! Je me suis régalée à suivre Wan, Maya, Nel et Bregan. Si c’était possible, je demanderais même un spin-off avec mon tandem favori afin de continuer à retrouver mon Serpaï et ma Lupaï adorés. Quoi qu’il en soit, je compte bien faire découvrir cette série à mes jeunes adhérents. Nul doute que, comme moi, ils prendront grand plaisir à faire la rencontre du quatuor et de leurs compagnons…

.

.

Citations

– Peur ? Je n’ai pas peur.
– Si. Tu as peur là, fit-il en pointant son index vers son cœur.

—————

Quand les crocs et les griffes parlent, les lois se taisent.

—————

La vie est précieuse, chaque être de ce monde doit tout faire pour la préserver.

—————

L’intérêt de l’existence ne réside peut-être pas dans sa destination mais dans tout ce qu’il se passe avant. Dans les pages qu’on tourne avant que l’histoire ne se termine.

.

Ma note

2,5/5

6 réflexions au sujet de « « Le clan des aigles » (La légende des quatre T4) de Cassandra O’Donnell »

    1. Oui, ma note et mon avis sont subjectifs.^^ Je lui reconnais des qualités, mais cet ouvrage a également bien des défauts… Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi on a développé autant de personnages secondaires alors qu’il était intéressant de peaufiner les principaux…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s