Bit-Lit·Fantastique/Fantasy·Horreur

« Zombiguïté » d’Aurélie Mendonca

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Zombiguïté
Auteur : Aurélie Mendonca
Genre : Horreur/Urban Fantasy/Bit-Lit/Romance
Editeur : Rebelle

« Zombiguïté » est la suite du merveilleux roman « Zombitions ». zombiguiteCe dernier nous avait laissé sur une fin tragique et originale : Evy (l’héroïne) mourrait et sa fille était apparemment une créature mi-morte, mi-vivante avec une part de zombie en elle. Le petit Microbe était l’avenir de l’humanité, l’une des armes les plus efficaces dans le combat contre les Maitres.

Dans « Zombiguïté », on retrouve donc cet enfant qui, depuis le premier volet, a bien grandi : Marie est une adolescente maintenant. Elle a été élevée par son père qui n’a pas fait le deuil de sa compagne depuis une quinzaine d’années, son oncle qui apporte une véritable fraicheur au fil des pages (Et quelle révélation le concernant ! J’ai adoré !), sa grand-mère réincarnée en louve, ainsi que ses sœurs Nécrocides. Comme sa mère, elle a un sacré caractère et a de l’humour lorsque la situation s’y prête. Talentueuse, elle a la capacité d’utiliser la Magie, mais aussi la Sorcellerie grâce à son côté zombie. Cela fait d’elle une Tueuse redoutable.

Le récit est raconté par Sophie-la-louve, l’arrière grand-mère de Marie. Pleine de sagesse, elle écoute, assiste son arrière petite-fille et lutte également contre les zombies grâce à ses griffes et ses crocs. J’ai apprécié son point de vue et sa façon de raconter : l’écriture est fluide et permet une bonne immersion dans l’histoire. Parfois, les chapitres sont ponctués d’articles de blog puisque Marie a été fortement incitée par ses proches pour livrer son ressenti, ses craintes, ses doutes, … Ces articles sont assez plaisants à lire et permettent de découvrir davantage notre petite Reine des punaises ! le point de vue de Sophie-la-louve et les chroniques de Marie ne sont pas les seules choses qui accompagnent le roman ; il y a également les illustrations d’Ana Dess… A vrai dire, je ne sais pas vraiment quoi penser de ces dessins… Certains sont très jolis et apportent un « plus » à la lecture (surtout ceux qui représentent des animaux comme Sophie-la-louve). Ana Dess est talentueuse, toutefois je n’ai pas aimé que l’on m’impose un vision des protagonistes. Je préfère qu’on laisse place à l’imagination du lecteur… Ainsi, je n’imaginais pas vraiment Marie ou Thibaut comme ils ont été dessinés… Et cela m’a parfois coupée dans ma lecture… Je ne sais pas si je suis la seule à avoir ressenti ce regret (je verrai certainement cela dans d’autres critiques sur le web).

Par ailleurs, l’intrigue ne m’a pas toujours plu… Il faut dire que j’avais totalement accroché au personnage d’Evangeline et de son humour. Bien qu’elles soient des personnages intéressants, Marie et Sophie ne peuvent égaler ce petit brin de femme ! En fait, j’aurais souhaité que l’on développe un peu plus le caractère de Marie ou qu’on la suive davantage au quotidien. Certes, il y a déjà énormément d’informations sur ses capacités, son régime alimentaire (Cela ne doit pas être évident de devoir manger de la chair humaine ou d’accepter qu’un proche le fasse… Brrr !) ou encore son ressenti suite à la mort de sa mère. Mais j’avais la sensation qu’il manquait quelques éléments. J’ai beau avoir dévoré avec plaisir chaque page du roman, Marie reste encore un mystère pour moi… De même que sa relation avec Thibaut ! J’aurais aimé quelques passages de séduction/romance entre ces deux personnages destinés l’un à l’autre. On sait qu’ils s’aiment et qu’ils ont une destinée assez funeste si les Maitres parviennent à leurs desseins, mais j’aurais tellement désiré « voir » cet amour avec un ou deux passages de séduction…

Malgré quelques points noirs, Aurélie Mendonca a une jolie plume et sait alterner entre « vie quotidienne », « bons dialogues » et révélations. D’ailleurs, le lecteur va parfois être vraiment surpris ! (Ne serait-ce qu’avec la fin ou le retour d’un personnage que j’affectionne énormément !) J’ai passé un bon moment de lecture et remercie l’auteur pour cet univers fantastique qu’elle nous livre.

Citation :

Alors quand vous me demandez ce que ça fait d’être la fille de celle qui a donné une chance à l’humanité face à l’Apocalypse… eh bien, ça ne me fait rien. Parce que je n’ai jamais entendu le son de sa voix ni vu son visage en vrai. Désolée de casser le mythe.

 

Ma note :

  4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s