Horreur·Romances·Science Fiction

« Les premiers jours » (Tandis que le monde meurt T1) de Rhiannon Frater

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Les premiers jours (Tandis que le monde meurt T1)
Auteur : Rhiannon Frater
Genre : Horreur/Science Fiction/Romance
Editeur : Panini France

Avant l’apocalypse zombie, Katie était une procureure hyperactive qui vivait le bonheur avec sa compagne. Quant à Jenni, elle était mère au foyer et s’occupait de ses enfants avec dévouement et amour (et ce, malgré le fait que son mari la batte)… 51fiku6bfol-_sx210_Elles se sont rencontrées par hasard, alors que l’une comme l’autre avait tout perdu et tentait d’échapper au chaos. Ensemble, elles vont prendre la route et vont devoir unir leurs forces.

Bien que l’auteur innove avec ses deux protagonistes (dans les romans zombies que j’ai lu, les personnages principaux sont généralement masculins), « Tandis que le monde meurt » demeure une saga assez banale pour le genre Z. En effet, le scénario reste plutôt classique : des survivantes qui font des bonnes et des mauvaises rencontres dans un monde infesté de zombies. Pourtant, cela ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture. J’ai été curieuse de voir Katie ou Jenni évoluer au fil des pages. Ce sont des héroïnes qui, bien que stéréotypées, deviennent attachantes (même Jenni qui a tendance à jouer dans le pathos ou à devenir dingue). Un lien très fort va se tisser entre les deux femmes qui, malgré le fait que tout les oppose, vont s’entraider. J’ai appris à apprécier leur relation grâce à la narration alternée. Cette dernière oscille entre les héroïnes, ce qui permet d’apprendre à les connaître toutes les deux et d’avoir un point de vue différent (et pour une fois féminin). J’ai d’ailleurs apprécié le fait de découvrir Katie et Jenni grâce au regard de l’une et de l’autre plutôt qu’avec une longue description.

Jenni est une personne qui a besoin d’affection et d’une personne qui prenne soin d’elle. A cause de ce qu’elle a vécu (elle a vu sa famille devenir des monstres assoiffés de chair humaine), Jenni cherche encore plus à avoir une personne près d’elle pour la soutenir. Mais cela ne suffit pas : de temps à autre, elle pète littéralement un plomb, si bien qu’elle devient imprévisible et a envie de tout casser (surtout du zombie). Si c’est amusant une première fois, je dois avouer que cela m’a lassée à la longue… Comme certains survivants que les femmes vont croiser, je l’ai trouvée complètement « loca » (folle comme le dit Juan) et me demandais parfois si elle allait retrouver ses esprits ou bien s’attaquer à sa nouvelle famille… Certes, son comportement est dû à son énorme traumatisme, néanmoins j’ai une préférence des personnages mieux dans leurs bottes comme Katie. Cette dernière est plus calme, raisonne davantage avant d’agir et se comporte de façon plus posée. Le duo est donc assez complémentaire. Il s’agit d’une des raisons qui m’ont fait apprécier ce roman.

Les autres personnages sont également intéressants. Leur psychologie est assez bien détaillée, ce qui permet au lecteur de s’attacher à chaque membre de la communauté. Malgré la situation, les survivants ont réussi à faire face aux hordes de zombies, à s’organiser selon leurs compétences, … (A noter qu’il est étonnant d’être si bien organisés et d’accepter tout le monde sans concession… Je ne pense pas qu’avec la fin du Monde, tous les rescapés soient aussi ouverts et manichéens… J’espère que cela changera dans le second tome.) Par contre, contrairement à d’autres lecteurs, les romances naissantes ne m’ont pas dérangée, au contraire. Je trouve logique qu’en temps de chaos des liens se créent et des besoins charnels émergent. Il n’est pas rare dans les romans de zombies que le héros prenne une jeune femme sous son aile / fasse équipe avec elle et en tombe amoureux (surtout dans l’édition Panini). Donc pourquoi pas ici aussi ? En revanche, il est vrai que la romance de Katie-Travis-Jenni est assez clichée : triangle amoureux avec du je t’aime/finalement non/cours-moi après/je suis bi’ donc on peut être ensemble/il ne te plaît pas Juan, comme ça je garde Travis ?…

Enfin, j’ai apprécié le fait que l’on soit directement dans le feu de l’action : dès les premières lignes on rencontre des non-morts. Comme Jenni, on est plongé(e) dans l’horreur et dans un carnage sans nom… Par la suite, il y aura plusieurs rebondissements et des attaques plutôt bien décrites. Indépendamment de quelques faiblesses ou points négatifs, l’ensemble tout de même donné envie de lire la suite.

 

Citation :

– Benjamin, arrête, je t’en supplie, souffla-t-elle.
Il la suivait toujours partout. Chaque fois qu’elle allait dans la salle de bain, son petit bout de chou de trois ans s’entêtait à rester sur ses talons. Elle ne pouvait jamais se détendre un peu. Il fallait qu’elle lui parle pendant qu’il s’allongeait devant la porte, ses minuscules doigts potelés glissés sous le panneau.

 

Ma note :

♥  3/5

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Les premiers jours » (Tandis que le monde meurt T1) de Rhiannon Frater »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s