Fantastique/Fantasy·Young adult

« Traque blanche » (Half Bad T1) de Sally Green

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Traque blanche (Half Bad T1)
Auteur : Sally Green
Genre : Young Adult / Fantastique
Editeur : Milan

résumé du livre

Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.

.

Ma critique

Half bad la traque blanche

Suite à la demande d’une maman côtoyant la bibliothèque et voulant savoir si ce livre était adapté à un élève de sixième, je me suis lancée dans l’univers de « Half Bad »… Même si je m’en doutais à cause de la couverture ou du résumé, je peux aisément répondre à sa question puisque, non, ce roman est très noir et clairement déconseillé aux plus jeunes… De plus, j’avoue ne pas avoir accroché ! On va suivre la vie de Nathan, ce sang-mêlé étant à la fois un sorcier noir et un sorcier blanc. À cause de sa différence, il va vivre l’enfer. Si vous êtes tenté(e) par ce livre, dites-vous que vous allez d’abord lire deux cents pages de torture physiques et mentales, soit la moitié du livre, avant que Nathan ne s’échappe de ce cauchemar… Donc à vous de voir si vous êtes prêt(e) ou non psychologiquement. En effet, notre jeune héros est maltraité et exclu par tout le monde. Sous prétexte de sa différence, il n’aura pas le droit de vivre comme tous les autres, ni d’aimer la douce Annalise dont les frères sont cruels. Passage à tabac, torture à l’arme blanche, maltraitance, etc. On a beaucoup de peine pour ce garçon bizuté par ses camarades et persécuté par la loi. Comme il guérit, les personnages se croient tout permis et lui administrent les pires violences qu’il soit ! Et comme si cela ne suffisait pas, notre jeune héros se scarifie pour tester son don d’auto-guérison.

Personnellement, j’ai trouvé la première moitié du livre très glauque, malsaine et sombre. Bien que j’affectionne le genre « Horreur », j’étais vraiment mal à l’aise… Le problème vient également du fait que la narration ne m’a pas plu : il y a deux types de narrations. Dans certaines parties, le narrateur parle à la première personne (c’est ce que j’ai préféré : cela reste classique et assez fluide) et dans d’autres, il s’adresse au lecteur par des phrases simples, directes, pleines de colère. Je n’ai pas du tout accroché à ce style, car j’avais l’impression d’être constamment agressée. D’autant plus que, lorsque le narrateur s’adresse à « nous », lecteur, il décrit assez bien les sensations de souffrance comme son poignet rongé par l’acide… On ressent ses émotions et on comprend pour quelles raisons il est à bout : il n’a cessé de chercher à s’enfuir, il a répété son plan plus d’une fois et à chaque fois, il en paye le prix fort… Rien que la première partie annonce l’ambiance sinistre du roman. D’ailleurs, j’avoue avoir lu la fin de ce récit en diagonale tellement je n’en pouvais plus. À travers cette lecture, je ressentais de la pitié, de la peine et de la colère. Si vous aimez les textes qui ne vous laissent pas insensible, alors vous devriez découvrir « Traque blanche »… Pour les autres, il faudra vous armer de courage !

Malgré mon ressenti péjoratif, j’ai fini par apprécier Célia, cette geôlière qui, malgré les sévices qu’elle inflige et son passé, a fini par s’attacher à Nathan… Mais ma préférence va à Gabriel que j’ai trouvé touchant et sympathique. Il va enfin apporter un peu de douceur et de confiance dans l’univers du héros. Suite à sa fuite et à de « bons contacts », ce dernier va tacher de découvrir les étranges marques qu’on a gravé dans sa peau, tout près de ses os. Pourquoi a-t-il été « codifié » ? Est-il possible de faire disparaître ces traces ? Quels étaient les desseins des sorciers blancs ? Le pauvre semi-code a bien des soucis… À commencer par sa cérémonie des dix-sept ans qui lui permettra de devenir un mage accompli et de découvrir son Don… La deuxième partie est pleine de mystères, de réponses qui éclatent et de rebondissements. Même si j’ai lu entre les lignes, j’ai beaucoup plus apprécié la fin de l’ouvrage que le début.

Beaucoup de lecteurs ont adoré « Half Bad », cependant je n’en fais pas partie. Je suis désolée d’aller à contre-courant avec cette saga, mais je ne recommanderais pas cet ouvrage. J’ai ressenti un trop grand malaise avec cette histoire sombre et sanglante…

.

Citations

Il n’y a rien d’autre à faire que d’essayer de me reposer, mais dès que je m’assoupis, Kieran tire sur mes entraves ou s’en sert pour me fouetter les fesses. Il finit par se lasser et crie :
– […] Tu connais la différence entre un semi-code et un trampoline ?
Elle ne répond pas. Un pied m’écrase l’échine au moment où Kieran ajoute :
– On enlève ses chaussures pour sauter sur un trampoline.
Sa blague suivante, il la lance à voix basse, afin que je sois le seul à l’entendre.
– Tu connais la différence entre un semi-code et un oignon ?
Il soulève ma chemise. Ses ongles raclent les cicatrices au bas de mon dos, celles qu’il m’a lui-même infligées.
– Découper un oignon, ça fait pleurer.

—————

Je caresse les cheveux d’Annalise et les regarde filer entre mes doigts. Elle observe ma paume et l’effleure avec délicatesse. Elle prétend y lire mon avenir.
– Tu seras un sorcier très puissant, annonce-t-elle.
– Vraiment ? Puissant comment ?
– Hors du commun, renchérit-elle en explorant le creux de ma main. Oui, c’est limpide. C’est écrit dans cette ligne-là. Tu développeras un Don rare, un Don que peu de sorciers possèdent : tu pourras prendre une apparence animale.
– Ça me plaît, dis-je en balayant ses mèches.
– Uniquement en insecte, précise-t-elle.
Je lâche ses cheveux.
– En insecte ?
– Tu pourras seulement te transformer en insecte. Tu ferais un splendide cafard.
Je ricane, mais elle continue de caresser ma peau.
– Puis tu tomberas fou amoureux de quelqu’un.
– Humain ou cafard ?
– Humain. Et cette personne t’aimera pour toujours, même en cafard.

.

Ma note

  2/5

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Traque blanche » (Half Bad T1) de Sally Green »

  1. Oh, dommage 😦
    J’ai vraiment adoré ce premier tome ! C’est vrai que c’est sombre mais cela ne me dérange pas, en fait. Dans une lecture, j’attends de ressentir des émotions, n’importe quelle qu’elle soit ! Du coup, j’aime vraiment beaucoup cette trilogie et j’ai hâte de lire le dernier tome 😀

    Aimé par 1 personne

      1. xD Finalement, la saga nous a plus marqué qu’on le pensait.
        Pas forcément : je fais la différence entre un livre classé « horreur » où le fantastique prime sur le réalisme et un roman ado où un pauvre jeune qui n’a rien demandé se fait torturer gratuitement parce qu’il est jugé « différent ». « La traque blanche » faisait assez réaliste côté torture… Et puis je me mets aussi du côté du public (un jeune de 11 ans a emprunté cet ouvrage et je ne pense pas que ce soit adapté… Quelques années de plus aurait été mieux…).

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s