Bit-Lit·Coup de coeur·Fantastique/Fantasy·Romances

« Bellezza » (La dernière nymphe T1) de Marjorie Burbaud

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Bellezza » (La dernière nymphe T1)
Auteur : Marjorie Burbaud
Genre : Bit-Lit / Fantastique / Urban Fantasy / Romance
Éditeur : Rebelle

.

résumé du livre

Enza Vergara est l’ennemi public numéro 1 des vampires. Pour cause, elle est la dernière nymphe de New York. Alors qu’elle se pensait encore à l’abri des agents tueurs de nymphes du pays, elle se retrouve au beau milieu de la traque la plus importante du siècle. Une lutte sans merci s’engage alors entre Enza et l’agent tueur engagé pour lui arracher les ailes et la réduire en cendres, la menant tout droit au sein d’un conflit aussi vieux que la vie elle-même. Pourtant, pour survivre, Enza n’a d’autre choix que de révéler au monde les pou­voirs ténébreux que les nymphes recèlent… À la nuit tombée, au fond de ruelles sombres et sordides, ce ne sont plus les vampires qui font la loi… Mais les nymphes.

.

Ma critique

Wow ! Je savais que j’allais apprécier cet ouvrage à cause des nymphes, créatures malheureusement pas assez exploitées dans l’univers fantastique toutefois, je ne pensais pas avoir un tel coup de cœur ! J’ai rapidement compris que cette saga était faite pour moi : l’héroïne a de l’humour, il y a quelques beaux garçons aussi cruels qu’attirants (Eidon, futur book-friend ?), les deux protagonistes jouent au chat et à la souris en s’envoyant des joutes verbales savoureuses, tous les personnages cachent du bon comme du mauvais en eux, le rythme est plutôt bon, la couverture est magnifique, je n’ai pas vu que j’avais dépassé ma pause à cause de ma lecture et ne pensais pas terminer les cent dernières pages cette nuit ! couv59946811Bref, j’étais à fond dedans et je ressors super enthousiaste de ce premier opus mettant en scène un univers de bit-lit où cohabitent les humains, les vampires et les nymphes… Ces dernières ne sont pas bien vues par la populace, en particulier par ceux qui ont des crocs. Les nymphes représentent un danger et doivent être éliminées. Pour cela, on engage des assassins et on organise des phases de dépistages pour voir qui a du sang de nymphe. Les humains ne semblent pas vraiment avoir leur mot à dire : ce sont bien les vampires qui dirigent la ville de New-York et le monde ! Seulement, ils ignorent que quelque chose leur échappe et se déroule peu à peu sous leurs pieds, comme un silencieux serpent prêt à mordre… On a là un univers intéressant où la tension et la haine règnent en maître.

L’auteure emploie la double narration afin de permettre aux lecteurs de découvrir les personnalités de chacun ainsi que les deux camps : l’un est fragilisé, en fuite et se cache pour survivre tandis que l’autre exécute les ordres, souhaite se venger et espère anéantir chaque ennemi… De prime abord, on pourrait croire que la belle nymphe Enza et le vampire Eidon s’opposent totalement, mais pas du tout : ils ont énormément de choses en commun et il y a quelque chose d’électrique dans leur relation ! Ils se détestent, se désirent, se font des coups bas, se testent et se découvre au fil des chapitres. On a là une relation explosive et passionnelle qui va vraiment faire des étincelles ! J’adore ce genre de couple… Certes, on pourrait dire que l’on a affaire à un énième « Roméo et Juliette » revisité, mais pas du tout. On n’est pas dans une lecture guimauve avec des personnages qui disent « je t’aime » après deux petites scènes. Les deux non-humains vont se chercher tout du long et vont se faire des crasses. Certes, ils s’attirent cependant Marjorie Burbaud prend le temps de les faire se connaître et de développer son univers ! Parce que, non, cette histoire n’est pas qu’une romance : on a une belle intrigue qui va se développer progressivement et celle-ci ne concerne pas que les vampires et les nymphes. En effet, au fil des rencontres, on va découvrir que ces ruelles américaines cachent un sacré bestiaire : des goules (femmes-hyènes), des chamanes et bien d’autres… J’ai aimé que l’on ne se retrouve pas dans une énième histoire loups-garous/buveurs de sang… L’idée de placer les nymphes au centre de l’histoire m’a grandement plu. dernierenympheCelles-ci sont loin d’être douces : elles peuvent se montrer aussi cruelles qu’amicales, utilisent leur beauté pour attirer leurs proies et ont besoin d’aspirer l’énergie vitale des vampires pour vivre… On n’est donc pas face à de belles et gentilles fées élémentaires ; loin de là !

Plusieurs personnages gravitent autour des deux narrateurs. Certains m’ont plu et d’autres moins néanmoins, je reconnais qu’ils sont tous crédibles, travaillés et non-manichéens. Mes favoris sont Rory et Evan (la colocataire d’Enza et son fils), Camryn (une collègue d’Eidon), le docteur Jeremiah Warren (le patron d’Enza) et Cazanna (le chef de l’Assemblée des vampires)… Tous ces personnages (et les autres que je n’ai pas cités) vont jouer un rôle dans cette histoire… Et, en ce qui concerne certains d’entre eux, attendez-vous à avoir des surprises ! Les mensonges, la manipulation, les doutes, les faux-semblants et les non-dits vont être particulièrement nombreux durant le dernier tiers du roman, ce qui a rendu la fin très haletante ! Vous l’aurez compris, je suis totalement sous le charme de cet ouvrage que je recommande chaudement à ceux et celles qui aiment la bit-lit qui sort un peu des sentiers battus et au rythme addictif ! Une aventure palpitante et magique que je recommande… Vivement la suite : il me tarde de retrouver ce tandem fort, combattif, fougueux et explosif ! Je remercie chaleureusement l’auteure, les éditions Rebelle et le site SimPlement pour cette lecture captivante.

.

logo rebelle éditions

simplementlogo.

Citations

– Vous êtes un mystère, répondit-elle d’une voix rauque qui me caressa de l’intérieur. Vous êtes ce souvenir qu’on essaye éperdument de se rappeler, qui nous titille et qui nous agace, mais qui nous suit partout, prêt à resurgir et à nous envahir.
Son léger accent donnait envie de l’entendre parler, encore et encore, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un souffle à l’orée de sa bouche.
– Quoi d’autre ? l’encourageai-je en la regardant à travers mes cils.
Elle inspira et expira avec difficulté, son souffle effleura mon visage.
– Vous êtes ce genre d’homme intriguant et attirant, qui ne demande qu’à être séduit. Votre physique semble fait pour rattraper votre caractère désagréable.
.
—————
.
Les nymphes n’étaient pas que des monstres, elles en avaient seulement une part. Comme nous en avions tous une, humains y compris. Cette prise de conscience me remua désagréablement les entrailles, comme si je venais soudain d’avaler des clous rouillés.
.
—————
.
Il ne semblait pas intimidé par le canon de son arme pointé sur son front, mais je savais qu’il m’étudiait attentivement, prêt à retourner la situation à son avantage. Mais je ne lui ferais pas ce plaisir.
– L’un de nous deux va devoir lâcher l’autre, mademoiselle Vergara, fit-il remarquer d’une voix suave qui me hérissa autant qu’elle me toucha profondément. Et ce ne sera pas moi.
De son pouce, il caressa ma mâchoire et des frissons dévalèrent ma poitrine. Derrière son assurance et son côté séducteur se cachaient un assassin sans pitié et un danger inévitable.
.

Ma note

  5/5 Coup de cœur !

13 réflexions au sujet de « « Bellezza » (La dernière nymphe T1) de Marjorie Burbaud »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s