Littérature jeunesse·Romans policiers / Thriller

« Stabat murder » de Sylvie Allouche

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Stabat murder »
Auteurs : Sylvie Allouche
Genre : Roman policier / Roman ado
Éditeur : Syros

.

résumé du livre

Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d’un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d’après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S’agit-il d’un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l’intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte…

.

Ma critique

Même si j’ai rapidement deviné le/la coupable, ce polar jeunesse m’a bien plu : il est fluide, dynamique, addictif et facile à lire. Les chapitres ne faisant qu’une à quatre pages maximum, les pages se tournent toutes seules et on est tenu en haleine par le scénario. Celui-ci met en scène quatre adolescents, Mia, Mathis, Sacha et Valentin, s’apprêtant à participer à un concours international de piano. Malgré le concours, les musiciens ne semblent pas ressentir de l’animosité les uns pour les autres : ils s’entraînent ensemble, ils passent la plupart de leur temps en groupe et s’entendent assez bien. C’est comme s’il n’y avait aucune concurrence. Cela m’a beaucoup surprise, car je m’attendais à ce que l’un ou l’autre se tire dans les pattes ou tente de sortir son épingle du jeu à un moment ou à un autre. Il n’en est rien puisque, un soir, les quatre jeunes sont enlevés en même temps ! Commence alors une longue enquête pour les policiers Clara, Louise, Lucas, Nathan et Clément. Au programme : des nuits courtes, des nerfs à vif, un manque de preuves, des interrogatoires et quelques affaires du passé remontant à la surface…

Certes, lorsque l’on est un habitué des romans policiers, on trouve qu’on n’innove pas forcément le genre toutefois, cela reste prenant et agréable à suivre. couv788916C’est sans doute un roman idéal lorsque l’on veut découvrir le genre. Par contre, je dois reconnaître que l’on peut être un peu perdu avec les personnages. Dans cet avis, je ne vous ai énoncé que les prénoms des ados et des enquêteurs, mais vous pouvez rajouter ceux des parents, ceux des frères et sœurs ainsi que ceux des proches comme les petits-amis ou le professeur de musique ! À moins de tout lire d’une traite ou avec des moments de lecture assez rapprochés, il y a de quoi se perdre un peu !

Cela dit, l’auteure prend le temps de développer la plupart des personnages principaux comme secondaires, tout en avançant dans l’intrigue. On n’a donc pas la sensation de traîner ou de lourdeur dans le texte. Au contraire, on est ravi de voir les protagonistes prendre de la consistance et on se demande quel rôle ils vont jouer dans cette affaire ! En ce qui me concerne, j’ai surtout été touchée par trois personnages : Elise, Clara et Sacha. Elise est l’ex-petite amie de Matthis. Franche, culottée, drôle et audacieuse, elle va démontrer qu’elle sait ce qu’elle veut. J’ai beaucoup aimé son humour ainsi que sa façon d’être. Ses apparitions apportent beaucoup de fraîcheur au récit. Clara est une fliquette tenace, intelligente, directe et déterminée. C’est l’une des enquêtrices que l’on verra le plus et qui sera le plus développée. Je dois avouer que c’est tout à fait le type de policière que j’apprécie. En ce qui concerne Sacha, j’ai surtout été touchée par ce qu’il est devenu au fil des chapitres. J’ai trouvé que les conséquences de cet enlèvement ont été affreusement bien retranscrites. Les enquêtes ne se terminent pas toujours bien pour tout le monde et ce genre d’événement peut traumatiser des victimes à vie… J’ai donc eu beaucoup de peine pour ce protagoniste dont le cas paraît malheureusement réaliste…

La narration est omnisciente : on butine de personnage en personnage. Il s’agit aussi bien de scènes se situant dans le présent avec l’enquête qui avance ou la séquestration des ados que des flash-back permettant au lecteur de découvrir chaque héros avant l’événement. Des indications temporelles permettent de ne pas se perdre. Par ailleurs, on a parfois les pensées du/de la criminel(le) à la première personne. Pour ma part, la narration alternée ne m’a pas trop perturbée : c’est assez clair et on avance dans chaque récit. Par contre, je reconnais que j’aurais parfois souhaité quelques détails supplémentaires dans certaines scènes ou que, parfois, cela manquait d’émotions (on en a surtout vers le dernier tiers du roman). Les thèmes abordés sont assez intéressants, mais c’est surtout le contexte musical qui m’a plu… Enfin, je recommanderai surtout cet ouvrage aux ados (fin collège), notamment à ceux qui ont lu peu de polar ou de thriller. Pour les adeptes du genre, la révélation principale risque d’être assez prévisible…

.

mosellire

.

Citations

Si les blessures faites à l’âme ne guérissent jamais, la musique, comme un baume, se pose doucement sur les cœurs.

—————

Le croque-mort est venu les chercher. La mort est devenue drôlement moderne. Enfer ou paradis, roule ma poule !

—————

Je souffre le martyre. J’ai l’impression qu’il m’a brisé les os. Je ne peux même plus fermer le poing. J’ai désinfecté la plaie et fait un pansement provisoire. Hors de question d’appeler un médecin ou de me rendre dans un hôpital. Trop risqué. Il en reste deux. Et ces deux-là, ils ne sont pas prêts de les revoir vivants.

.

Ma note

♥ 4/5

8 réflexions au sujet de « « Stabat murder » de Sylvie Allouche »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s