Littérature jeunesse

« Méphisto » de Bernard Villiot et Antoine Guilloppé

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Méphisto »
Auteurs : Bernard Villiot et Antoine Guilloppé
Genre : Album / Littérature jeunesse
Éditeur : Gautier-Languereau

.

résumé du livre

Accusé de porter malheur, un chat noir est affublé du surnom de Méphisto, ce qui ne lui plaît pas du tout.

.

Ma critique

Olala, qu’il est beau cet album tout en noir et blanc ! Les graphismes sont superbes et m’ont totalement enchantée. Chaque page fourmille de détails que j’ai pris plaisir à observer pendant de longues minutes… L’illustrateur a vraiment su proposer des planches magiques qui dégagent une certaine ambiance ! Rien qu’avec le style, j’étais conquise… couv16794746Quant au texte, on est également sur un petit bijou avec de la prose et, parfois, quelques rimes. On a l’impression d’être face à un conte narré comme un long poème. C’est superbe…

Dans ce livre, on va suivre Méphisto, un chat que les villageois ne portent pas dans leur cœur en raison de la couleur de son pelage. Malheureux, affamé et solitaire, le félin d’ébène décidera de partir en exil le temps de quelques saisons… Ce récit sera l’occasion pour le jeune lecteur et ses parents d’aborder la thématique du malheur et des idées reçuesLe dénouement est assez inattendu, tendre, doux et onirique. Je pensais que l’on partirait plus sur l’idée de neige rendant le poil de Méphisto blanc, ce qui provoque un changement de comportement du côté des habitants du village. Je me suis trompée néanmoins, je ne le regrette pas, car la conclusion est vraiment jolie !

Ce très bel album jeunesse où un chat noir est narrateur saura plaire aux amoureux des matous et aux adeptes de la littérature jeunesse. J’avoue avoir beaucoup pensé à Light and Smell, grande amatrice de félins, mais je suis certaine qu’elle n’est pas la seule. N’hésitez pas à découvrir cette pépite !

.

(Lu dans le cadre du concours MoseL’Lire. N’hésitez pas à cliquer sur la bannière.)

.

CitationsJ’étais un chat maudit,
un maudit chat tout noir,
Noir comme la nuit,
noir comme la suie,
noir comme l’ennui.

—————

Si je donnais des coups de griffe,
c’est parce que l’on m’avait rendu craintif.
Un peu d’amour m’aurait suffi
pour me laisser apprivoiser.

—————

Alors je rentrai à pas feutrés,
le poil couvert de givre.
Qui se méfierait d’un funeste chat noir
à présent devenu blanc ?

.

Ma note

♥ 4,5/5

saiwhisper-4etoiles-bonne-lecture

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Méphisto » de Bernard Villiot et Antoine Guilloppé »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s