Littérature jeunesse·Romans

« Un caillou au fond de la poche » de Florence Cochet

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Un caillou au fond de la poche »
Auteur : Florence Cochet
Genre : Littérature jeunesse – ado / Roman contemporain
Éditeur : Actes Sud Junior

.

résumé du livre

Au collège, les autres élèves surnomment Henri “la Calculette” ou “le Taré”. Car Henri est un enfant “différent”, surdoué, allergique aux contacts physiques et obsédé par l’ordre et les petits rituels. Sans la présence de sa meilleure amie Daisy, il aurait déjà craqué. Mais elle l’a pris sous son aile, et grâce à son optimisme communicatif, Henri se sent presque intégré. Ils forment une équipe soudée et inséparable. Mais un matin, Daisy n’est pas là pour venir le chercher et partir ensemble à l’école. Elle est malade, clouée au lit ! Il doit se débrouiller seul et les Cavaliers infernaux, une bande de petits racketteurs, comptent bien en profiter. Leur affreux chantage risque de mettre à mal son amitié avec Daisy. Le mystérieux caillou que lui a confié son excentrique enseignante de français suffira-t-il à le protéger des sales coups ?

.

Ma critique

Quand Florence Cochet m’a proposé de découvrir son dernier ouvrage, je n’ai pas hésité un instant ! Il faut avouer que le résumé et les thématiques m’interpellaient beaucoup. De plus, j’étais curieuse de la découvrir dans un genre différent du fantastique et pour un autre public que les adultes. Cette fois-ci, on est donc sur un roman contemporain à destination des jeunes (environ 9 ans) et des adolescents.

caillouHenri, le héros de cette histoire, a quelques TOC ainsi que des troubles comportementaux qui rappellent une forme d’autisme. Par exemple, il ne comprend pas toujours le sens de certains propos, a sa manière de voir les choses et peut bloquer sur des éléments (comme les aliments verts qu’il refuse de manger). En revanche, il semble disposer de quelques facilités dans certaines matières comme les mathématiques ou l’informatique. Sa différence fait de lui un adolescent talentueux, mais rejeté par les autres enfants. Hélas, il est également le fruit de nombreuses moqueries, en particulier de la part de Nicolas et de sa bande… Régulièrement, ces derniers s’attaquent lâchement à lui et profitent de sa faiblesse pour le rabaisser, s’emparer de ses affaires ou le rouer de coups… Le pauvre Henri est sans cesse attaqué et n’ose rien faire ou dire à cause de diverses menaces… Les enseignants ou quelques proches remarquent un changement de comportement cependant, ils n’arrivent pas à lui faire avouer ce qu’il se trame… J’ai trouvé que la thématique du harcèlement était bien traitée, car on assiste réellement à une montée en puissance de cette violence. Les jeunes vont toujours plus loin et semblent demeurer intouchables. Loin d’être idiots, ils comprennent lorsqu’il faut reporter leurs attaques ou se méfier de ce garçon qu’ils surnomment « la Calculette à lunettes ». J’avais peur concernant la façon dont le sujet serait développé, car certains ouvrages jeunesse survolent parfois ce point ou proposent un dénouement trop facile (ex : la victime pardonne à ses bourreaux). Heureusement, il n’en est rien. L’auteure a réussi à développer son histoire en restant juste et crédible…

J’ai vraiment accroché à Daisy, la seule amie et confidente d’Henri. Cette jolie demoiselle à la peau chocolat a de très belles valeurs. Elle sait faire preuve de courage, de protection, d’humour, d’intelligence et de douceur. Ses dialogues ne manquent pas de peps et de fraîcheur, si bien que j’ai longtemps regretté qu’elle soit malade en début d’ouvrage et que l’on ne la voie pas davantage. J’ai également aimé sa mère Fatou ainsi que l’étrange Mme Morgane Chabloz, une professeure remplaçante… Toutes deux semblent avoir un sixième sens ou, dans le cas de l’enseignante, de curieuses origines féeriques… Florence Cochet a beau proposer un récit contemporain, on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y a pas un peu de magie derrière tout cela… Le lecteur est libre de croire aux coïncidences ou d’y voir un petit brin d’imaginaire… Pour ma part, je me pencherais plutôt vers le second choix ! Quoi qu’il en soit, j’ai apprécié l’idée d’intégrer un conte autour de ce fameux caillou dans la poche. Il s’agit d’un récit de Clément Bérard, que je ne connaissais pas.

Le rythme est assez bien géré néanmoins, je regrette que ce roman ne soit pas plus long ! Certes, c’est une taille correcte pour un jeune lectorat toutefois, j’aurais voulu quelques chapitres supplémentaires… Je pense également que l’on aurait pu approfondir un peu plus l’impact de l’handicap du petit Henri, notamment du côté de la mère qui a beaucoup de difficultés à avoir une vie de famille « normale ». Malgré ces petits défauts, ce fut une lecture intéressante avec des sujets d’actualité ainsi qu’une belle leçon de courage et une jolie preuve d’amitié. De plus, j’ai apprécié le contexte de cette histoire qui se déroule en Suisse. J’ai pu apprendre des choses sur le système scolaire qui est assez différent de celui des Français. Merci à l’auteure et aux éditions Actes Sud pour cet envoi.

.

actesudjunior

.

Citations

Il doit bien être capable de vivre avec des non-dits et des mensonges, non ? Plein de gens y arrivent, alors pourquoi pas lui ?
.
—————
.

Daisy fronce les sourcils.
– On aurait dit que vous nous attendiez…
Nicolas lui adresse un sourire moqueur.
– Tu prends tes désirs pour des réalités, toi ! Pourquoi est-ce qu’on attendrait une calculette à lunettes et son garde du corps ? Ah ouais, peut-être pour se marrer : vous ressemblez au chocolat Kinder quand vous êtes ensemble.
– Waouh ! s’exclame Daisy. T’as dû passer toute la nuit à la chercher, celle-là, Nicolas. Elle me ferait presque rire. Allez, H, laissons ces ramollos du cerveau savourer leur seule bonne vanne de l’année.

.
—————
.
Les jours comme aujourd’hui, il aimerait ressembler aux autres, dedans comme dehors, ou être invisible.
.
—————
.
– Qu’est-ce que c’est ? demande-t-il.
– Un fragment du rocher de la fée.
– Qu’est-ce que vous voulez que j’en fasse ?
– Tu pourrais le mettre dans ta poche, par exemple. Ma grand-mère me l’a donné il y a bien longtemps de cela. Quand j’ai dû faire des choix, il m’a aidée à prendre les bonnes décisions. Il pourrait faire ça pour toi aussi.
Henri plisse le nez.
– Vous croyez vraiment qu’un caillou a ce pouvoir ?
Elle hausse les épaules.
– Qui sait ? Et s’il ne l’a pas, il n’a pas non plus celui de te guider sur le mauvais chemin. Donc tu ne risques rien à le porter sur toi.
.
.

Ma note

4/5

8 réflexions au sujet de « « Un caillou au fond de la poche » de Florence Cochet »

  1. Très intéressant. Un livre à mettre entre les mains de tous les très jeunes, pour les amener sans grands discours à l’acceptation de la différence et à plus d’humanité.

    Aimé par 1 personne

  2. Connaissant l’autrice pour ses romans fantastiques, je serais curieuse de la découvrir dans un autre registre. Sa manière d’aborder la question du harcèlement semble, dans tous les cas, intelligente et le duo Henry/Daisy touchant !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s