Littérature jeunesse·Romances·Romans·Young adult

« Blé noir » d’Aurélie Wellenstein

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Blé noir »
Auteur : Aurélie Wellenstein
Genre : Roman contemporain / Littérature ado – young adult – adulte
Éditeur : Gulf Stream

.

résumé du livre .
Lilian est membre d’un réseau de hackers engagé dans la défense animale. Sa mission du jour : dénoncer les mauvais traitements infligés aux animaux dans les grands parcs aquatiques. L’adolescent n’est pas peu fier de lui lorsqu’il voit le résultat de son piratage relayé par les réseaux sociaux ! Puis une rencontre… Celle de Blé, jeune fille enflammée et charismatique, prête à tout pour dessiner un monde plus juste et sans souffrance animale. Tombé sous le charme de la jeune fille, Lilian s’accroche à elle comme à la promesse d’un avenir meilleur. Mais Blé cache des plaies profondes, des brûlures à l’âme qu’il doute de savoir panser… Elle va pourtant lui montrer qu’il est capable d’aller plus loin, laissant derrière lui le confort de son quotidien. Ils se sont trouvés pour ne plus se quitter. Mais leurs idéaux sont brusquement rattrapés par les démons qui hantent la vie de Blé… Il faut fuir, et vite !

.

Ma critique

Encore un roman coup de poing signé Aurélie Wellenstein ! Une fois encore, on va se pencher sur la cause animale comme dans « Mers mortes », mais dans un récit réaliste et contemporain, le tout accompagné d’une romance à la fois passionnelle et destructrice ! Malgré les bonnes idées et les messages de cette publication, je suis assez partagée et préfère de loin « Mers mortes » pour son contexte ainsi que pour ses personnages…

couv54022195Je regrette que Blé et Lilian n’aient pas su trouver une place dans mon cœur. Lilian est un jeune homme engagé qui dénonce l’exploitation et la maltraitance animale grâce aux médias et, plus spécifiquement, à l’aide d’internet. C’est un adolescent engagé, gentil, dévoué, mais surtout terriblement influençable. Sa rencontre avec Blé va radicalement le changer, lui donnant l’image d’un amoureux transi ne réfléchissant plus et suivant corps et âme sa camarade, même lorsqu’il la voit aller trop loin. J’aurais souhaité le voir moins en retrait ou qu’on le développe un peu plus. Il m’a manqué quelque chose. C’est dommage, car c’est un personnage qui m’intriguait vraiment. Hélas, son tempérament est bien trop effacé par rapport à celui de celle qu’il aime. Cette dernière s’est révélée trop caractérielle, indépendante, brisée, entêtée, affirmée, extrémiste et révolutionnaire. Si je comprends ses blessures profondes du quotidien qu’elle fuit, j’ai par contre été irritée par ses actions. Blé est typiquement le type de personne qui m’agace car elle est radicale : elle fonce bille en tête, casse et ravage tout sur son passage, se fichant totalement des employés cherchant simplement à vivre ou nourrir leur famille. Les êtres humains la débectent et elle n’a aucun remords si un homme est blessé dans l’une de ses interventions. Bien au contraire car, pour elle, l’Homme ne mérite pas de vivre. Bien évidemment, ce tempérament explosif est un choix volontaire de l’auteure cependant, il a malheureusement provoqué un blocage avec ce personnage.

Les deux héros ont des méthodes et un caractère que tout oppose pourtant, ce sont leur combat et leurs opérations illégales qui vont les réunir. Je ne peux que saluer la cause à la fois noble, importante et d’actualité que va défendre Aurélie Wellenstein dans ce titre. Il est vraiment nécessaire d’en parler pour ouvrir les consciences ! Pour cela, l’auteure va ratisser plusieurs problèmes comme la corrida, l’élevage abusif comme celui des poules en batterie, les parcs animaliers ou aquatiques, les fast-foods, la chasse, les tortures d’animaux de compagnie, euthanasie ou encore les abattoirs, etc. Des réalités dont on a conscience et qui, souvent, révulsent ! Le discours est volontairement cru, violent et percutant. Certaines âmes sensibles pourraient d’ailleurs être choquées par quelques descriptions… En tout cas, ce n’est pas un livre qui laisse indifférent. Pour ma part, j’ai aimé cette dénonciation et cet engagement toutefois, j’ai trouvé le ton un peu trop moralisateur et radical.

Derrière ce combat, on distingue d’autres thématiques comme le racisme, la famille, la maltraitance et la fugue. Il y a énormément de sujets qui parlent au lecteur ou qui poussent à la réflexion, ce qui rend la lecture très intéressante ! En fond, on distingue également la romance entre les deux adolescents. Très vite, Lilian va développer une forte admiration pour la blonde engagée, si bien qu’il va la suivre aveuglément… Mais de prime abord, Blé ne semble pas ressentir la même chose et, à mes yeux, se sert du jeune homme et le manipule en sachant pertinemment qu’il ne lui refusera rien. Cette relation est clairement toxique et destructrice. D’ailleurs, elle changera à jamais le quotidien de notre cher narrateur hacker. Pendant longtemps, je me suis demandé où cette histoire d’amour mènerait les deux jeunes. Je craignais aussi certaines issues de ce combat enflammé et j’avais hâte d’avancer dans ma lecture. De ce fait, ce roman s’est révélé avoir un côté page-turner ! La plume d’Aurélie Wellenstein est toujours aussi fluide, addictive, chargée émotionnellement et violente. Ainsi, même si je suis assez mitigée par certains points, je suis tout de même ravie d’avoir découvert « Blé noir », qui a pour avantage de pointer des réalités sinistres dont il faut parler.

.

bandeau_page_mosellire_2020

(Livre lu dans le cadre du concours MoseL’Lire.
N’hésitez pas à cliquer sur la bannière !)

.

Citations

– Pas très sportif, hein ? lui lança Blé.
– Bien sûr que si !
– Quel sport ?
– FIFA !

—————

L’arène avait absorbé le carnage. La pierre s’était nourrie d’agonie. D’un gradin à l’autre, les cris fantômes résonnaient encore.

—————

Même quand il était proche de revenir vers sa famille, Blé le magnétisait pour le ramener vers elle. Elle était comme un grand soleil noir qui brûle, qui brûle, qui brûle…

—————

L’animal n’avait vécu qu’une poignée d’heures, une existence brève et absurde qui s’était achevée dans la terreur, asphyxié avec ses frères dans un sac-poubelle. Face à une telle énormité, Lilian se sentait douloureusement impuissant. Que pouvait-il faire ? Comment renverser une pareille industrie, qui n’accordait de crédit qu’à la rentabilité et à l’argent ?

.

Ma note

3,5/5

8 réflexions au sujet de « « Blé noir » d’Aurélie Wellenstein »

  1. Ça m’a intrigué comme c’est un wellenstein, surtout vu les thèmes très intéressants et forts mais Blé à l’air d’être le condensé de ce que je n’aime pas chez autrui : caractérielle, fonce bille en tête 🤕. Pareil pour l’amoureux transi qui est effacé et qui du coup la suit aveuglément, si au moins il avait un côté frein. Un ton moralisateur pour quoi par exemple ? Qui acusse tous ceux qui mangent du poulet de participer à la maltraitance animale ?

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as tout a fait résumé et bien cerné ce que je reproche à ce livre et qui a été un frein dans ma lecture. Quel dommage ! Honnêtement, ça serait vraiment bien passé si Blé n’était pas si intense et caractérielle.

      Déjà, j’ai eu l’impression qu’il fallait être vegan… Pour Blé, c’est évident, mais quand elle demande à Lilian, ce dernier s’excuse de ne pas pouvoir suivre ce régime à cause de ses parents…
      Un saisonnier ou une personne qui travaille dans un abattoir, un élevage, un parc animalier ou quelque chose en rapport avec les animaux pour la consommation ou le loisir est mauvais. Par exemple, un moment, Blé n’estime pas un technicien de surface ou un vigile dans l’arène de la corrida. C’est juste un mec qui travaille. Dans le sens où c’est peu contesté (ou à peine par Lilian), je trouve ça moralisateur… Il y a également d’autres scènes, mais c’est un exemple.

      Aimé par 1 personne

      1. Oh, elle me détesterai, je suis ni végétarienne, ni vegan. 😅
        Et c’est dommage qu’elle prenne pas de distance, le technicien de surface travaille pour ramener du pain à la maison, sûrement qu’il n’y a que là qu’il a trouvé du travail. Suffit pas de traverser la rue pour en trouver

        Aimé par 1 personne

  2. Effectivement, les personnages ne me paraissent pas très attachants. Un jeune homme qui se contente de suivre, et une Blé aveuglée par la cause animale, au point de ne même plus tenir compte des humains… non merci. Je peux pourtant apprécier un livre sans pour autant apprécier les personnages, mais là, vu la manière dont tu décris Blé, je préfère passer mon tour.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s