Fantastique/Fantasy·Science Fiction

« Mers mortes » d’Aurélie Wellenstein

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Mers mortes »
Auteur : Aurélie Wellenstein
Genre : Fantastique / Science-Fiction
Éditeur : Scrineo

.

résumé du livre

Les humains ont massacré les mers et les océans. L’eau s’est évaporée ; les animaux sont morts. Quelques années plus tard, les mers et les océans reviennent. Ils déferlent sur le monde sous la forme de marées fantômes et déplacent des vagues de poissons spectraux, tous avides de vengeance. Les fantômes arrachent leurs âmes aux hommes et les dévorent. Bientôt, les humains eux aussi seront éteints… Leur dernier rempart face à la mort : les exorcistes. Caste indispensable à l’humanité, les exorcistes sont bien entendu très convoités. L’un d’eux, Oural, va se faire kidnapper par une bande de pirates qui navigue sur les mers mortes à bord d’un bateau fantôme. Voilà notre héros embarqué de force dans une quête sanglante et obligé, tôt ou tard, de se salir les mains…

.

Ma critique

Quelle claque ! Ce roman envoûtant m’a tenue en haleine toute la nuit ! (Merci l’insomnie qui me permet parfois d’y voir du positif !) L’ayant lu d’une traite, je n’ai pas senti de longueurs, de répétitions ou d’ennui : tout s’est enchaîné rapidement dès les premières pages, ne laissant aucun temps mort à Oural, un jeune exorciste qui va être enlevé par des pirates. J’ai presque tout apprécié : l’ambiance, les protagonistes, la plume de l’auteure ainsi que le message écologique derrière la fiction.

une-mers-mortes-okL’univers post-apocalyptique est l’un des éléments qui m’a le plus conquise. De façon générale, j’affectionne les récits où la survie est l’une des principales occupations des personnages. Ces derniers ont un fonctionnement qui leur est propre et tentent toujours de faire face aux éléments, mais aussi aux Hommes qui sont parfois aussi dangereux que le reste… Ici, les premières pages se déroulent aux côtés d’Oural, de sa garde du corps Sélène et d’un groupe de rescapés. Avec eux, on va découvrir notre monde ravagé par la sécheresse et le sable. L’eau est devenue une denrée rare, voire quasiment absente sur tout le globe. Le quotidien des survivants est malheureusement bouleversé par le cycle des marées hautes où des fantômes marins, avides de vengeance, attaquent les derniers bastions. Pour contrer ces flots démoniaques, il existe les exorcistes : des mages ayant des dons psychiques. Oural est l’un d’eux. Il est donc très précieux, car sans lui, la ville aurait été anéantie depuis bien longtemps… J’ai réellement apprécié l’idée de magie, de mers déchaînées et de Terre dévastée. Aurélie Wellenstein a su imaginer un ensemble captivant, dangereux et incroyable ! Jamais la nature et les animaux marins n’ont été aussi impressionnants… D’ailleurs, moi qui n’apprécie pas plus que ça les dauphins, ai été charmée par Trellia, un dauphin fantôme qui s’est pris d’affection pour Oural depuis son enfance.

Très vite, grâce à l’arrivée du capitaine Bengale et de son équipage, l’atmosphère du récit va basculer sur un mélange de piraterie et de roman d’Aventure. J’ai aimé ce cocktail, savourant ainsi chaque attaque navale, les razzias sur des camps de rescapés, les eaux remplies d’animaux en tous genres, … Et que dire de Bengale, ce personnage qui m’a fascinée ?! Au départ, son attitude m’a rappelé Negan (The Walking Dead) et Barbossa (Pirates des Caraïbes). Son sourire félin, son cynisme, sa puissance, sa franchise, sa façon de jouer avec le héros et son caractère ont rapidement su éveiller ma curiosité. La personnalité qu’il a ensuite développée au contact d’Oural m’a également beaucoup plu, si bien que je guettais avec impatience un dialogue entre les deux rivaux. Bengale est l’une des forces de cette histoire, balayant même la majorité de son équipage, pourtant intéressant ! C’est d’ailleurs l’un des petits regrets que j’ai eu : j’aurais adoré en savoir un peu plus ou voir davantage certains matelots qui ne font malheureusement pas le poids face au tandem principal !

L’intrigue apportera parfois son lot de révélations inattendues, notamment en ce qui concerne le secret du capitaine ou le but de ce dernier… Mais ce qui m’a le plus agréablement surprise est le dénouement. Ayant lu deux titres de l’auteure, je me doutais que l’on ne serait pas sur du happy-end et que certaines têtes tomberaient… ce qui me plaît ! Non pas que je sois sadique néanmoins, je trouve que cela ajoute de la crédibilité et de la noirceur à l’œuvre. Aurélie Wellenstein m’a habituée à des conclusions « coup de poing » et a su me satisfaire une fois encore ! Honnêtement, je n’étais pas loin du coup de cœur. Pour l’atteindre, j’aurais souhaité un peu plus de pages (trop dur de quitter ces personnages), une concrétisation de certaines relations ainsi que le développement plus important des personnages secondaires. En tout cas, c’est l’une des œuvres que je préfère de cette auteure talentueuse ! Si vous cherchez un roman post-apo’ avec de la magie, de la piraterie ainsi que des messages écologiques pointant du doigt l’irresponsabilité et la cruauté des hommes, celui-ci saura vous emporter. Alors, qu’attendez-vous pour hisser les voiles ?

.

babelionewlogo      logo scrineo

.

Citations

Bengale sourit lentement, dévoilant jusqu’à ses canines blanches et pointues. C’était un sourire plein de confiance et de plaisir, celui de l’homme qui en tient un autre au creux de la paume et qui peut l’écraser d’un instant à l’autre.
.
—————
.Oural était si proche qu’il voyait la splendeur de la mer et ses millions d’âmes qui flottaient dans la luminescence bleutée. Même dépourvue de voix, il percevait très bien sa fureur, sa douleur, sa haine et sa démence. Sauvagement assassinés, les mers et les océans charriaient au creux de leurs vagues monstrueuses le souvenir de leur supplice, et à chaque dégorgement d’écume dans le monde des humains, ils paraissaient hurler « vengeance ! ». 
.

—————
.
Quant à Bengale, il lui avait appris que le plus important n’était pas le temps qui reste, ces dernières années de survie vaine et imbécile, mais la façon dont on existe. Désormais, son existence avait un but.
.

Ma note

4,5/5

Publicités

44 réflexions au sujet de « « Mers mortes » d’Aurélie Wellenstein »

  1. Ah, je ne savais pas que tu l’avais eu via Babelio 😀 ! Il m’attend depuis une semaine, mais je n’ai pas encore eu le temps de l’ouvrir ; il me fait terriblement envie (même si, d’un autre côté, il m’effraie, car j’ai du mal à supporter les scènes de souffrance animale…).

    Je t’avoue que j’ai lu ta chronique en diagonale pour me laisser la surprise, mais je suis contente de voir qu’il a frôlé le coup de coeur. J’espère carrément en avoir un, personnellement, mais je ne veux pas mettre la barre trop haut. J’avais adoré Le Roi des Fauves, cependant il m’avait manqué un petit qqch pour parler de coup de coeur. Pour Le Dieu Oiseau, j’ai beaucoup aimé, mais je l’avais trouvé plus classique (disons qu’avec le concept même de l’arène, on savait plus ou moins quelle direction l’intrigue allait prendre).

    Aimé par 1 personne

    1. Si ! ^^ On m’a proposé une MC privilégiée. Ayant aimé deux autres titres de l’auteure, j’ai accepté immédiatement. Il y a pas mal de scènes de ce genre, notamment dans les rêves du héros… Je comprends donc tes craintes, d’autant que l’auteure ne nous épargne pas… :s
      En tout cas, je croie les doigts pour que tu apprécies autant que moi.
      Je n’ai pas encore découvert le dieu oiseau (j’attends de voir s’il va avoir un prix aux Imaginales et/ou s’il sort en poche comme ses premiers écrits). Mais tu m’avais donné envie en dépit du côté classique. 🙂

      Bonne future lecture/découverte.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, on me l’avait proposé aussi en fait, mais comme je devais directement le recevoir des éditions Scrineo… ^^

        Il va falloir que je m’accroche, pas le choix ! Car, d’un autre côté, le livre me fait très envie. Je pense que je vais juste lire les passages de torture en diagonale, sinon je n’arriverai pas au bout (c’est dommage, mais… je préfère ^^).

        Oh, je pense que Le Dieu Oiseau finira par sortir en poche, également (La mort du temps a été annoncé récemment chez Pocket, je crois).

        Aimé par 1 personne

      2. Ah oui !^^ Tu étais sûre de l’avoir. Tu as bien fait. J’ai vu sur insta que tu l’avais commencé. Bonne lecture !
        Oui, la mort du temps vient de sortir. J’attendrai donc un peu pour le dieu oiseau.^^ Sauf si je le trouve en bibliothèque, là ça résoudra le dilemne/l’attente.

        Aimé par 1 personne

  2. Wow, tu as été emportée telle une feuille par une bourrasque, on sent dans tes mots à quel point tu es contente de cette lecture (je ne regarde /lis pas the walking dead donc j’ai pas trop vu la référence mais à Barbossa je pense avoir saisi (bien que mon souvenir de pirates des caraïbes est tenu). Quelques pages manquantes pour le coup de cœur, gourmand 🤣

    Aimé par 1 personne

  3. On me l’avait proposé sur Babelio pour un tirage privilégié mais lorsque j’ai été pour postuler, il n’était déjà plus dispo 😥 j’ai pas compris ! 😥
    Quoi qu’il en soit, il est dans ma wishlist et je vais me le procurer à Trolls&Légendes en avril. Ton article m’a conforté dans mon idée. J’avais déjà énormément apprécié « Le Roi des Fauves », j’ai le « Dieu Oiseau » dans mon étagère (en espérant le lire cette année). Mais là on plonge dans un registre assez différent même si le style d’écriture d’Aurélie doit être toujours aussi addictif.
    Et cette couverture ❤
    Merci pour cette chronique !

    Aimé par 1 personne

    1. Mince. C’était peut-être déjà parti/plus dispo ? Ca dépend de la rapidité des réponses si j’ai bien compris… Et après, il y a la chance aussi. Ca m’est déjà arrivé de postuler à une ME spéciale suite à un mail, mais d’avoir un refus. J’espère que tu auras plus de chance la prochaine fois. 🙂

      Ah oui, ce sera un achat prenant et agréable. Si tu as aimé le roi des fauves, tu devrais sans doute accrocher à celui-ci aussi.

      Merci à toi pour ton passage ! ❤ Bon futur salon en avril et bons futurs achats.

      Aimé par 1 personne

  4. Je l’ai aussi reçu grâce à Babelio et punaise, qu’est-ce que j’ai aimé ce livre ! Je ne m’en remets toujours pas. Ne serait-ce que la relation Bengale-Oural, je suis sous le charme (mais frustrée aussi !), alors tu me rajoutes des pirates, de l’écologie, des spectres… je suis sous le charme !
    Je n’ai pas lu/vu Walking Dead, donc je ne peux pas comparer à Negan (même si je suppose que le t-shirt de Bengale est un clin d’oeil à ce personnage, non ?), mais en tout cas, j’ai vraiment adoré Bengale d’un bout à l’autre.

    Aimé par 1 personne

    1. Il me tarde de lire ton avis complet sur le blog !
      Oui, je comprends ce que tu dis pour la relation Bengale-Oural qui est super mais aussi frustrante ! J’aurais aussi adoré voir tout ça se concrétiser…
      Le cocktail est effectivement top. ❤
      Oui, c'est effectivement un clin d'oeil.

      Aimé par 1 personne

  5. J’adore ce genre d’univers mais je ne connais pas du tout ! en plus si c’est un one-shot, il me donne encore plus envie car je sature des sagas sans fins 😉 je trouve que le sujet de la dystopie est un écho de ce qu’il se passe en moment sur les océans 😦 allez, je le note !

    Aimé par 1 personne

    1. Comme toi, je sature des sagas interminables. J’ai donc apprécié le fait que l’on soit sur un tome unique.
      Oui… Le jour où j’ai posté l’article, marée noire… Autant dire que ça m’a fait quelque chose.
      J’espère que tu auras l’occasion de le lire s’il te tente autant. ^^ Bonne future lecture !

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s