Romans·Young adult

« Par le feu » de Will Hill

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Par le feu »
Auteur : Will Hill
Genre : Littérature contemporaine / Littérature Young Adult – Adultes
Éditeur : Casterman

.

résumé du livre

Avant, elle vivait derrière la clôture. Elle n’avait pas le droit de quitter la Base. Ni de parler à qui que ce soit. Parce que Père John contrôlait tout et qu’il établissait des règles. Lui désobéir pouvait avoir des conséquences terribles. Puis il y a eu les mensonges de Père John. Puis il y a eu le feu…
Inspiré par l’histoire vraie de la secte Waco, « Par le feu » est un grand roman sur la folie des hommes et le courage d’une adolescente.

.

Ma critique

Roman coup de poing inspiré de faits réels, « Par le feu » était un ouvrage que je souhaitais découvrir cette année. Il me fallait simplement trouver le bon moment, car s’aventurer entre ces pages, c’est faire face à un monde terrible, violent, bouleversant, révoltant et inimaginable. Je savais d’avance que certains passages allaient m’horrifier ou que je finirais par être marquée par cette héroïne intelligente, courageuse, observatrice, forte, calme et sarcastique à laquelle je me suis attachée dès le début. L’univers des sectes est quelque chose de terrifiant, notamment lorsque les gourous sont profondément mauvais et manipulateurs comme le Père John. Par le passé, j’ai déjà lu des ouvrages dans un milieu sectaire toutefois, cela n’avait jamais été approfondi ou traité de la sorte. En outre, une partie de l’ouvrage m’a rappelé le jeu « Far Cry 5 », où le joueur incarne un agent fédéral devant faire face à une immense secte du Montana dirigée par la famille de Joseph Seed. La folie de cet antagoniste, sa cruauté, son don d’orateur et son côté dictateur ressemblaient énormément à celle du Père John. C’était tout simplement glaçant !

couv39754670Dès les premières pages, Will Hill a su proposer un récit intense, percutant et effroyable. On se retrouve directement en pleine action : la base de la secte est attaquée par des Agents. Au milieu des flammes, des armes et des morts, Moonbeam, une adolescente perdue par les émotions. Lorsqu’elle se réveille, la voilà prisonnière entre quatre murs blancs où, jour après jour, elle va être remise sur pied. La résilience ne se fera pas uniquement physiquement : elle va progressivement se livrer au Dr Hernandez et à l’Agent Carlyle. Pour cela, l’auteur va judicieusement alterner entre présent et passé. Ainsi, les chapitres intitulés « Après » permettront de montrer la vie à l’hôpital, les séances avec le psychologue et les moments en thérapie de groupe, avec les autres enfants rescapés de l’assaut. Les chapitres nommés « Avant » racontent la vie dans le camp, la hiérarchie, les règles et l’évolution de la secte à chaque nouveau prophète. Ce procédé m’a plu, car il permet de mettre en avant toute la psychologie liée au traumatisme. Même si j’ai préféré les parties dédiées au passé, j’ai grandement apprécié l’Après, car tout le développement de l’héroïne et des autres jeunes était intéressant. Il fut plaisant d’avoir son ressenti après avoir été libérée, sa culpabilité de raconter, ses secrets qui la rongent et son point de vue une fois qu’elle a réalisé que tout n’était que mensonge… J’avoue que j’aurais également voulu connaître le point de vue des enfants étant nés dans la secte et n’ayant rien connu du monde extérieur… Mais cela aurait été difficile, car la narration est uniquement celle de Moonbeam.

Le rythme est très bien géré, car la tension monte crescendo et finit par être addictive. Avec curiosité et malaise, on découvre l’histoire de l’adolescente au milieu de ses Frères et Sœurs. Certaines choses paraissent aberrantes, mais « inoffensives » (ex : consommation de fruits et de légumes dans un même repas interdite), tandis que d’autres donnent la nausée (enfermement, sévices physiques, Prophète ayant plusieurs femmes, viols, rationnement alimentaire, etc.). Toute cette soumission, ces injustices et ces manipulations ne laissent pas le lecteur indifférent. Or, très vite, on réalise que le Père John n’est pas le seul à être effrayant : ses hommes de main répondant à ses ordres et le jeune Luke, un petit tyran violent et retors, sèment également la peur. (D’ailleurs, la psychologie de Luke traitée dans « l’après » a été très pertinente et intéressante !) Le récit de Moonbeam est rempli de doutes, de craintes, d’émotions, d’horreurs, de violence mentale comme physique et d’humanité. On ne peut que ressentir de l’empathie pour ces enfants, véritables victimes de l’endoctrinement de la communauté…

Cette œuvre m’a conquise, d’autant que les sujets des sectes et de l’emprise psychologique sont peu développés en littérature Young Adult. On le retrouve, parfois, lorsque certains auteurs abordent l’embrigadement d’ados par des djihadistes (il y a eu une dizaine, voire une vingtaine de titres sur le sujet suite aux nombreux attentats de 2015 !). Will Hill a réussi à provoquer une pluie d’émotions chez moi, que ce soit par son roman ou par son témoignage où il raconte comment lui est venue l’idée d’écrire cette histoire en se basant sur des faits réels. Un titre intense à découvrir, qu’on soit un grand ado ou un adulte !

.

Citations

Bien utilisé, le silence peut être une arme redoutable. Il rend les gens nerveux, il les pousse à dire des choses qu’ils n’auraient pas dû pour faire retomber la pression.

—————

Horizon m’a expliqué une fois que si on battait un chien dès sa naissance, il devenait peureux, soumis et gémissant. Et puis qu’un beau jour, sans qu’on l’ait vu venir, ce chien finissait par mordre. Parce qu’on ne lui avait jamais donné de raison de ne pas le faire.

—————

Je n’ai pas besoin d’écrire ce qui m’est arrivé, ce que j’ai vu. Toutes ces choses sont gravées en moi, marquées au fer rouge, telles des cicatrices qui refusent de s’effacer.

—————

J’aime à penser qu’il existe une justice en ce monde. Ça peut paraître naïf, d’autant que j’ai vu des tas de preuves horribles du contraire au cours de ma carrière. Mais je dors mieux la nuit si je parviens à me convaincre qu’un jour ou l’autre, chacun écope de ce qu’il mérite.

.

.

Ma note

4,5/5

11 réflexions au sujet de « « Par le feu » de Will Hill »

  1. Le sujet des sectes et la manière dont le processus de manipulation se met en place m’ont toujours intéressée. Ce roman est dans ma wish list, mais avant ta chronique, il s’était perdu parmi beaucoup d’autres livres alors que ça a l’air passionnant ! Cette idée de montrer l’avant/l’après me plaît beaucoup parce que se sortir physiquement du secte ne va pas dire s’en sortir tout court. Merci pour ce bel avis étayé dans lequel transparaît la force de ce roman.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te rejoins sur l’intérêt d’un tel sujet ! La manipulation de masse est très intéressante et effrayante en littérature.
      Tu as tout à fait raison pour l’après qui signifie ne pas s’en sortir tout court… Mais je n’en dis pas plus, car les personnages du roman sont tous différents et réagiront chacun à leur manière.
      En tout cas, je pense que ce titre t’intéresserait !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s