Littérature jeunesse

« Dans les yeux de Nawang » de Jean-François Chabas et Clotilde Perrin

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Dans les yeux de Nawang »
Auteurs : Jean-François Chabas et Clotilde Perrin
Genre : Album jeunesse
Éditeur : Albin Michel

.

résumé du livre

Il y a des années et des années, au Pays des neiges, qu’on nomme parfois aussi Tibet, deux frères jumeaux virent le jour… Nawang et Lhari sont en tout point semblables. Pourtant, il y a entre eux une nette différence de caractères : Nawang est hardi et joyeux, Lhari, sombre et craintif. Leur famille nomade les fait voyager entre de monstrueuses montagnes, suivis par leurs yacks. Or, à l’ombre de Chomolungma, aussi appelée Himalaya, Lhari va faire son apprentissage : le jeune garçon à l’œil sombre va tantôt croiser une panthère des neiges, tantôt fuguer de la maison… Tout l’accable et l’effraie. Il faudra l’art de son frère jumeau aux yeux d’or pour lui faire changer de regard sur la vie.

.

Ma critique

couv8627379Voilà un joli conte tibétain doux et optimiste ! On y fait la rencontre de Nawang et Lhari. Tous deux sont jumeaux cependant, ils ont une personnalité que tout oppose. Nawang est du genre joyeux, positif, hardi, gentil et ouvert. Il va volontiers vers les autres et veille sur son frère qui, à l’inverse, a tendance à s’isoler. En effet, Lhari est assez craintif, susceptible, négatif et renfermé. Ce sont deux extrêmes qui, malgré leurs différences, s’aiment sincèrement. Ainsi, quand Lhari est en danger ou qu’il fuit car on s’est moqué de lui, Nawang n’est jamais loin pour le remettre vers le droit chemin. J’ai aimé ce beau lien fraternel fort, respectueux, complémentaire et tendre.

Les illustrations sont réussies : pleines de couleurs, de douceur et d’émotions, elles collent assez bien au texte. La seule chose avec laquelle j’ai eu un peu de mal, c’est avec la représentation des animaux. Ces derniers étaient assez laids… Cela dit, la page avec la première bête est assez impressionnante et donnera sans doute des frissons aux jeunes lecteurs ! Mais l’un des atouts de ce livre, c’est clairement sa découpe ! À deux reprises, il va y avoir une page « trouée » ayant la forme d’un œil. Comme si, avec Lhari, on apprenait à regarder comme Nawang. On est littéralement dans les yeux de Nawang. En plus d’être originale, l’idée est très bonne !

Ravie du voyage, j’ai apprécié ce conte mêlant famille, optimisme, partage, entraide, tolérance, beauté du monde, plaisirs simples de la vie, le bonheur et coutumes du Tibet. C’était dépaysant et plein de belles valeurs. Je suis certaine que cet album jeunesse saura séduire son public.

.

mosel-lire-2020-2021

.

Citations

Pour changer tes yeux, tu dois changer ton cœur.

.
—————
.
Ce n’est pas tant ce qui nous arrive qui compte (…) que ce que nous en faisons.

.

Ma note

3,5/5

6 réflexions au sujet de « « Dans les yeux de Nawang » de Jean-François Chabas et Clotilde Perrin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s