Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse·Young adult

« La chute du soleil de fer » (N.E.O. T1) de Michel Bussi #plib2021

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La chute du soleil de fer » (N.E.O. T1)
Auteur : Michel Bussi
Genre : Fantastique / Post-apocalyptique / Littérature ado – young adult
Éditeur : PKJ
#ISBN9782266306218

.

résumé du livre

Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ? L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ? Zyzo, l’espion au grand coeur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ? ILS SONT PRÊTS À TOUT POUR SAUVER L’HUMANITÉ.

.

Ma critique

Michel Bussi est un auteur de polars prolifique et apprécié d’un grand nombre depuis plusieurs années. Pour ma part, j’ai été séduite par certains de ses titres comme le très bon « Nymphéas noirs », tandis que d’autres m’ont fortement déplu comme « Maman a tort ». À la médiathèque, l’auteur a énormément de succès, si bien que j’achète toujours chaque nouvelle publication ! Alors, lorsque j’ai appris que Michel Bussi sortait un titre destiné à un jeune lectorat qui changeait radicalement avec son genre habituel, j’ai été curieuse. Hélas, je n’ai pas du tout accroché au point d’avoir arrêté ma lecture après 210 pages

Les raisons de mon abandon sont simples : après plus de 200 pages, il n’y a toujours aucune action ni de suspense. Il ne se passe absolument rien ! Certes, entre deux blablas, un début de révolution se profile, que ce soit en interne contre la reine Alixe ou en externe avec les deux clans… Cependant, de ce que j’ai feuilleté ou lu en diagonale, il faudra encore attendre longtemps avant que les choses bougent ! La mise en place est donc bien trop lente à mon goût… Et je crains que mes lecteurs ados soient de cet avis. (J’espère me tromper…) Par ailleurs, il y a énormément de personnages. Certes, cinq d’entre eux sont un peu plus mis en avant que les autres toutefois, une dizaine d’autres enfants aura un rôle. De ce fait, il sera important d’arriver à cerner chaque protagoniste… Ce qui n’a pas été mon cas. Or, pour en revenir au noyau principal, je reconnais que je ne me suis absolument pas attachée à eux. Ils m’ont paru lisses et sans surprise. Parfois, ils s’exprimaient comme des enfants, ne faisant pas vraiment leur âge. Puis, quelques pages plus loin, ils avaient un comportement proche d’un grand ado, presque adulte. C’était déconcertant. Enfin, Zyzo, le personnage principal, m’a totalement laissée de marbre. Je l’ai trouvé très fade, trop observateur, du genre pensif et assez mou. À l’inverse, la reine Alixe était bien plus dynamique, franche et pétillante que lui. Pour toutes ces raisons, j’ai préféré laisser tomber et passer à un autre livre.

Ce choix d’abandon est vraiment regrettable, car il y avait du potentiel avec ce premier opus, notamment dans son univers. Dans ce dernier, les adultes ont tous disparu à cause d’un nuage toxique. Ainsi, à la manière de la saga « U4 », les adolescents sont livrés à eux-mêmes et devront s’organiser pour survivre non seulement face aux animaux, mais également face aux autres jeunes de leur âge. L’histoire se déroule à Paris, où deux clans s’affrontent. Le premier vit dans « Le Tipi » qui est en fait la Tour Eiffel. Là-bas, la vie est assez sauvage et les rescapés sont plutôt adeptes de la chasse. À l’inverse, les jeunes vivant au Louvres, alias « Le Château », sont très orientés sur la culture, l’art et le combat. Ils ont adopté un régime végétarien et voient d’un mauvais œil ces malpropres qui semblent de plus en plus envier leurs vivres… D’autres lieux célèbres de notre capitale se voient renommés comme Le Sanctuaire (Notre-Dame) ou encore les stations de métro devenues « Les M ». Sur le papier, l’idée est prometteuse néanmoins, j’ai bloqué sur une incohérence : la fin du monde a eu lieu il y a des années. Au moment où le récit commence, tous les héros ont tous le même âge (douze ans), car ils sont nés le même jour. Comment ont-ils pu parvenir à créer des cultures, s’éduquer seuls, gérer des ressources en tous genres et mettre en place tout un système politique alors qu’ils n’avaient que 6 ou 7 ans ? Apparemment, cela s’est fait grâce à une simple vidéo explicative… Pour moi, c’est plus que de la débrouillardise ! Je n’imagine pas de jeunes enfants apprendre aussi vite une technique qu’ils ne connaissent pas. Je ne peux également pas concevoir le fait que des objets ou ressources nécessitant une industrialisation ou un technologie particulière existent encore. Bref, je suis déçue. J‘en attendais plus de la part de Michel Bussi… Cela dit, j’espère tout de même que mes lecteurs ados sauront passer outre la longue introduction.

.

logo-plib

.

Citations

Tu sais quoi, Zaza ? continua Saby sur le même ton moqueur. On n’a pas retrouvé le tableau mais on a tout compris ! Les Sabines ont essayé d’arrêter la guerre en se plaçant entre les deux tribus voisines. S’ils voulaient s’entre-tuer, ils devaient les tuer aussi… Et tu sais quoi, Zaza ? Elles ont réussi !

—————

C’est ce que Marie-Luce a toujours voulu éviter. C’est pour ça qu’elle nous a protégé, qu’elle nous a interdit de tuer des animaux ou de fabriquer des armes. Pour que nous soyons des enfants sans haines, sans jalousie ni colère.

—————

Tu ne trouves pas, Laly, que les garçons aiment la bagarre ? Certaines filles aussi, c’est vrai. À force de se battre entre eux, ils ne trouvent plus ça tellement drôle, tu comprends. Et se battre avec les poules, ce n’est pas pareil. Ce qu’ils aimeraient vraiment, c’est se battre avec de nouveaux enfants…

—————

On ne pourra pas éviter la guerre, Zyzo… Deux tribus sur un même territoire, c’est une de trop. Nous grandissons. Tôt ou tard, nous devrons nous affronter… Ne serait-ce que pour mesurer nos forces.

.

Ma note

1/5

10 réflexions au sujet de « « La chute du soleil de fer » (N.E.O. T1) de Michel Bussi #plib2021 »

  1. Je ne suis déjà pas très intéressée par ses polars (sans trop savoir pourquoi parce que j’adore ce genre) et je ne pense pas aller vers ce nouveau livre. En tout cas, j’ai vu qu’en librairie, ils mettaient le paquet sur ce livre, et je n’ai pas lu beaucoup d’avis pour le moment dessus.

    Aimé par 1 personne

    1. Des fois, mieux vaut se fier à son feeling.^^ Il y a déjà tant à lire !
      Ah oui, ils mettent le paquet ! Apparemment l’auteur a prévu d’en faire une grosse série (genre 7 ou 9 livres)… J’espère qu’il n’a pas vu trop gros et que les lecteurs apprécieront plus que moi…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s