Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« Les arènes de Kharidja » (Le Sanctuaire de Nienor T2) de Lenia Major et Artemisia

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les arènes de Kharidja » (Le Sanctuaire de Nienor T2)
Auteurs : Lenia Major et Artemisia
Genre : Fantasy / Littérature jeunesse – ado
Éditeur : Mage Éditions

.

résumé du livre

Nienor quitte le Sanctuaire pour Kharidja, la cité ocre, de l’autre côté de la mer Ocine. Elle espère y sauver un couple d’aigles rares. Mais à peine débarquée de l’Ecrevisse, le navire de son ami Colson, elle découvre qu’un koï dansant a été capturé. Le sultan projette de l’opposer à ses gladiateurs dans les arènes, pour son plaisir et celui de ses sujets. L’intrépide princesse osera-t-elle, contre l’avis de tous, affronter un pirate sanguinaire, les soldats d’Al-Hardaïa et bien d’autres dangers pour sauver l’animal d’une mort atroce ?

.

Ma critique

Pour nienor2lesarenesdekharidjala suite des aventures de la fougueuse et entêtée Nienor, Lenia Major va radicalement changer de décor ! Cette fois-ci, on va quitter le Sanctuaire afin de se rendre à Kharidja, une ville orientale où la jeune héroïne a convenu de la transaction d’un couple d’aigles rares et en danger. Au départ, je reconnais que j’étais chagrinée par le fait de ne pas retrouver les deux loups barbus ou encore Calen. Je m’étais notamment attachée au tandem lupin qui m’avait paru très efficace pour enquêter… Puis, mon avis a commencé à changer lorsque l’auteure a développé le Capitaine Colson J’ai été complètement sous le charme de ce chef franc, courageux, réfléchi, réactif, protecteur, taquin, un peu râleur, mais surtout très rusé. Il forme un très bon duo avec notre sauveuse d’animaux qu’il traite réellement comme son égale. En outre, quand elle va trop loin, il n’hésite pas à la rabrouer ou à lui dire les choses en face. La demoiselle a de la chance d’avoir acquis sa loyauté et son amitié… Grâce à son tempérament, le Capitaine s’est révélé être mon personnage favori de la série. J’espère donc le retrouver par la suite !

C’est peut-être une interprétation personnelle toutefois, j’estime que l’on peut très bien commencer par le second volet sans avoir lu le premier… Ce qu’il y a de bien avec cette saga, c’est chaque tome correspond à une affaire. À chaque fois, on va se focaliser sur une espèce en danger différente. Ainsi, le lecteur est libre de découvrir l’épisode qui le tente le plus… Pour ma part, je reconnais que j’ai vraiment accroché à cette nouvelle aventure ! L’héroïne a su se surpasser, s’adapter au danger et faire preuve d’ingéniosité ! C’est une Femme inspirante et avec des principes. Certes, elle a des défauts comme son côté idéaliste et impulsif néanmoins, cela fait d’elle une personne entière. Au fil de ses interventions, elle m’est apparu comme de plus en plus sympathique. Par ailleurs, je ne pensais pas qu’elle donnerait autant de sa personne pour sauver les koïs (le grand singe étrange sur la couverture). Ce personnage principal casse réellement les codes de la princesse traditionnelle, ce qui m’enchante beaucoup.

Dans le premier tome, la thématique tournait principalement autour des dangers du braconnage et sur la préservation des espèces. Cette fois-ci, on plaide toujours pour la cause animale cependant, on mettra surtout en avant la violence animale, avec l’utilisation de bêtes pour des combats illégaux, la mauvaise hygiène, les sévices corporels, etc. Le tout est accompagné d’une bonne dose d’aventure, d’action, de mystère, d’entraide, de piraterie, de magouilles et de découvertes culturelles dans cette ville loin d’être paisible… J’ai beaucoup aimé ce nouveau récit qui a réussi à surpasser le tome précédent en terme de plaisir littéraire. Du côté des graphismes, j’ai été sous le charme du coup de crayon d’Artémisia qui a su proposer des décors en double page magnifiques et des personnages travaillés. Ainsi, je vous recommande vivement ce second tome qui, comme son prédécesseur, est adapté à tous les lecteurs grâce à son texte en « Open dyslexic ». Merci à Mage éditions pour cette découverte dépaysante, engagée et distrayante !

.

nienor2interieur

De superbes illustrations dépaysantes !

.

nouveautc3a9s-2

.

Citations

Mon pauvre Brin, si tu trouves le moyen de faire cesser les guerres et d’anéantir la cruauté humaine, le monde t’en sera éternellement reconnaissant.

—————

Il n’y a pas de honte à pleurer. Ce sont tous les autres, tous ceux qui se réjouissent de causer la souffrance d’un être vivant, qui devraient avoir honte.

—————

– C’est une fille ? Laisse-moi rire ! Une fille, c’est souriant, doux, gentil. Ça porte des robes et ça s’occupe des enfants.
Colson posa brutalement ses mains sur les épaules de la jeune femme et s’exclama :
– Ça, c’est une machine de guerre, une tête brûlée. Une tête de mule, également. Mais ça n’est pas une fille.

—————

– Tu es sûre de toi ? On peut tour arrêter, proposa-t-il comme s’il avait entendu les pensées de son amie. Il n’y a pas de honte à reculer lorsque la montagne est infranchissable.
– Je le sais. Mais il faut au moins que je tente de les sauver. Je préfère avoir des remords que des regrets, répliqua-t-elle à voix basse.

.

Ma note

4,5/5

2 réflexions au sujet de « « Les arènes de Kharidja » (Le Sanctuaire de Nienor T2) de Lenia Major et Artemisia »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s