Romans

« Chère mamie au pays du confinement » de Virginie Grimaldi

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Chère mamie au pays du confinement »
Auteur : Virginie Grimaldi
Genre : Témoignage / Épistolaire / Littérature contemporaine
Éditeur : Fayard / Le Livre de Poche

.

résumé du livre

Des chroniques de voyages délirantes, présentées sous forme de cartes postales adressées par la narratrice à sa grand-mère.

.

Ma critique

Petite cure de bien-être, la plume de Virginie Grimaldi a encore une fois su me charmer. Comme avec son premier recueil de lettres à destination de sa grand-mère, ce nouvel ensemble épistolaire est rempli de tendresse, d’auto-dérision, de belles valeurs, de simplicité et d’humour ! Une fois encore, chaque carte (correspondant à une journée de confinement) s’accompagne d’une photographie réalisée par l’autrice. Le plus souvent, il s’agit de clichés de ses enfants, mais on distingue également des cours (comme toutes les mamans, Virginie a dû s’improviser « maîtresse » !), d’animaux ainsi que d’activités diverses.

De nouveau, j’ai trouvé ces tranches de vie aussi géniales qu’adorables ! Bien sûr, ce n’est pas de la grande littérature et ses romans sont bien plus travaillés et sensibles que ce recueil, mais peu m’importe ! Mon envie de lecture allait au genre « feel good » ou à quelque chose de léger et sans prétention. Ainsi, j’ai plongé dans cet ouvrage dans l’optique de ne penser à rien pendant trente minutes… Et cela a parfaitement fonctionné ! Je suis ressortie tout sourire grâce au quotidien de cette jeune maman pétillante, qui ne perd jamais l’envie de divertir ses lecteurs malgré le contexte sanitaire ! Il est à noter que, comme l’opus précédent, les bénéfices de ce livre iront à une association.

.

Citations

Quand je vois ce qui se passe dehors, je me trouve parfois indécente d’écrire avec autant de légèreté. Je me suis posé la question d’arrêter, de revêtir le silence comme une marque de respect. Et puis, je me dis que l’humour n’est pas un manque de respect. C’est un bouclier, un partage, une parenthèse. ça ne recolle pas le cœur brisé, ça ne dissout pas la peur, mais, l’espace d’un instant, ça ouvre une fenêtre dans nos bunkers, tant physiques que psychologiques.

—————

L’enfant n’arrêtait pas d’interrompre la leçon pour me raconter des histoires de Pokémon, je lui ai donc demandé s’il faisait pareil à l’école, ce à quoi il a répliqué que non, bien sûr, mais qu’à l’école la maîtresse ne faisait pas cours en culotte.

—————

Je ne savais pas qu’il était possible d’avoir la coupe mulet plusieurs fois sur la même tête.
Je ne deviendrai donc pas coiffeuse à la sortie du déconfinement.
C’est dommage, j’avais trouvé le nom parfait pour mon salon : NIQUETAM’HAIR.

—————

Il n’y a plus de farine nulle part. Les gens affirment s’en servir pour les gâteaux, mais je crois qu’en vérité, on s’est tous mis à la sniffer.

.

Ma note

4/5

10 réflexions au sujet de « « Chère mamie au pays du confinement » de Virginie Grimaldi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s