Romans policiers / Thriller

« J’aime votre peur » de Karine Giebel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « J’aime votre peur »
Auteur : Karine Giebel
Genre : Thriller psychologique / Nouvelle
Éditeur : 12-21

.

résumé du livre

L’Empreinte sanglante d’un pied nu, la suivre au long d’une rue… L’auteur s’est amusé à suivre les règles d’un petit jeu d’écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par Nathaniel Hawthorne – l’un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité.

.

Ma critique

couv62399402Bien que non-adepte du format nouvelle, j’avais envie de découvrir l’autrice autrement qu’à travers un long roman… C’était uniquement de la curiosité mêlée à l’envie de continuer à savourer cette plume sinistre, addictive et glaçante. Honnêtement, c’est du bon cru signé Giebel, mais ce n’est pas son meilleur… Cette impression est certainement due au format court… Ma frustration vient surtout du fait que j’avais réellement envie d’en savoir plus, notamment du côté des personnages principaux (le policier, le tueur psychopathe ou l’équipe encadrant le voyage). Le peu que j’ai vu de leur personnalité m’avait séduite. En outre, j’ai apprécié leurs relations aussi étranges que dérangeantes

À mes yeux, tous les ingrédients pour faire un livre plus étoffé sont là ! Il y a l’ambiance, les individus complexes, l’action, le drame, la tension, le contexte un peu décalé et le style immersif. L’idée de placer l’assassin en cavale à la tête d’un bus conduisant des enfants handicapés pour un voyage m’a grandement plu ! En revanche, je n’aurais clairement pas voulu être à la place des accompagnateurs ou des jeunes… Quelle expérience atroce ! Quarante-huit heures. C’est le temps que dure cette nouvelle. Il vous en faudra beaucoup moins pour la dévorer ! Cela se boit comme du petit-lait ! Une boisson savoureuse, mais avec une touche amère due au dénouement trop facile et abrupt à mon goût. J’ai au moins compris une chose : dorénavant, je me contenterai des romans !

.

Citations

Il ne tue jamais une proie quand elle est seule, uniquement lorsqu’il y a un ou plusieurs témoins. Ce qui l’excite, c’est la souffrance dans les yeux de l’autre…

—————

Plus de bruits parasites, de mots inutiles, d’occupations
futiles ou de déguisements dérisoires :
Face au noir, au silence, tout devient évident

—————

Comme s’ils ne sentaient pas ta douleur !
On ressent tout, dès qu’on est sur cette terre.
De plein fouet. On ingère tant de souffrance.
La sienne, celle des autres

.

Ma note

 

3/5

5 réflexions au sujet de « « J’aime votre peur » de Karine Giebel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s