Bit-Lit·Fantastique/Fantasy·Romances·Romans policiers / Thriller

« Moi, rousse et fauchée » (Shayne Davies T1) de Jackie May

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Moi, rousse et fauchée » (Shayne Davies T1)
Auteur : Jackie May
Genre : Roman policier / Thriller / Urban Fantasy / Bit Lit / Fantastique / Romance
Éditeur : Milady

.

résumé du livre

Nora Jacobs ne détient que la moitié de l’histoire…
Métamorphe renarde, Shayne Davies a bien du mal à se faire respecter dans un monde occulte dominé par des créatures bien plus puissantes et effrayantes qu’elle : loups-garous, vampires, sorciers, démons et faes. Même à la maison, on ne voit en elle que la sale gosse de la meute. Shayne n’a qu’une envie : prouver qu’elle est de taille à jouer dans la cour des grands. Aussi ne cesse-t-elle de tanner Nick Sublime afin d’obtenir un poste à l’Agence Fédérale de l’Occulte. Sublime s’y oppose catégoriquement, mais il ne faut jamais dire jamais. Lorsque de mystérieux criminels occultes volent un stock de matériaux explosifs, l’Agence hérite d’une sombre affaire dont personne ne veut. Non seulement les principaux suspects sont des démons, mais voilà que le FBI leur colle un agent dans les pattes pour chapeauter l’enquête. Et, comme si ça ne suffisait pas, un maître vampire connu pour sa récalcitrance détient ce qui pourrait bien être la clé de l’affaire : un séduisant inspecteur de police humain.

.

Ma critique

Jackie May est un duo d’auteurs que j’ai relativement apprécié grâce à la série « Nora Jacob ». Cette dernière fut distrayante, bien qu’en dents de scie et assez dérangeante vis-à-vis de certains sujets (traumatismes, viols, harem masculin). Malgré les défauts, cette saga possédait surtout des atouts comme l’originalité, le peps de l’héroïne et le charme indéniable de certains messieurs… Espérant retrouver le mélange dans la nouvelle publication du binôme, je n’ai pas hésité longtemps avant de mettre la main sur « Shayne Davies ».

couv18210612Bien que cette saga porte un autre nom et qu’elle se veut indépendante, je vous recommande tout de même de d’abord lire « Nora Jacob », car l’univers est assez survolé ici et vous allez devoir faire face à une pluie de personnages secondaires. Certes, ces derniers ne sont pas tous essentiels à l’histoire et apparaîtront parfois durant qu’un seul chapitre toutefois, j’estime qu’il y en a tout de même beaucoup. Une personne s’attaquant directement à ce premier tome sera certainement perdue avec cet entourage foisonnant ! Par contre, le risque de connaître Nora, c’est que l’on ne pourra pas s’empêcher de comparer les deux héroïnes… Or, même si les deux demoiselles sont très différentes, j’avoue ne pas savoir laquelle j’ai préféré… En plus d’avoir un talent atypique, Nora était moins bavarde, moins barrée, plus naturelle et plus subtile que Shayne… Cependant, cette dernière est bien plus débrouillarde et audacieuse que sa consœur. Elle sait ce qu’elle veut, fonce tête baissée et blague ou parle sans arrêt. J’ai aimé certaines facettes de sa personnalité même si, je l’avoue, j’avais parfois besoin que la renarde se taise un peu… Quel moulin à paroles !

La nature de Shayne est révélée dès la première page : elle est une métamorphe, capable de devenir une renarde. Sa meute est particulièrement intéressante, car elle ne semble pas avoir une hiérarchie aussi marquée que celle des loups-garous. En outre, les transformations sont différentes ! Il n’y a pas uniquement des renards. Par exemple, on peut croiser des coyotes ! C’est assez inédit, car j’ai l’habitude de voir des meutes d’être similaires (ex : uniquement des loups) ou très différentes (ex : plusieurs métamorphes avec des espèces complètement différentes). Comme dans la saga éponyme de Nora, on va retrouver l’AFO, l’agence fédérale dédiée à l’occulte. Shayne rêve d’en faire partie. D’ailleurs, malgré sa transformation, certes peu redoutable, elle a d’autres talents… En effet, la pétillante renarde est rapide, observatrice, rusée, franche et déterminée. Elle connaît la ville comme sa poche et, à force de traîner partout, détient énormément d’informations sur autrui.

L’intrigue va tourner autour d’une affaire mêlant le monde des humains à celui de l’occulte. Dans son enquête, la jolie narratrice va faire équipe avec une étrange femme aussi froide que mystérieuse ainsi qu’avec Brenner, un policier humain. Entre suspense, action, indices et rapprochement des personnages, les choses sont assez fluides. Et pourtant, malgré tous ces atouts, je reconnais être restée très mitigée par certaines choses… Ce qui me déchire le plus, c’est la façon de raconter. Cette fois-ci, Jackie May ont utilisé une narration loufoque où la demoiselle s’adresse directement au lecteur. Or, j’ai beaucoup de mal avec ce procédé. Je n’aime pas que l’on m’intègre dans le scénario ou que l’on me prenne à parti. D’autres lecteurs n’ont aucun problème avec cela, mais ce n’est pas mon cas. Ce sera donc une question de goût. L’autre point à me titiller est clairement l’autodérision qui m’a divisée. J’aime qu’un récit joue la carte de l’humour et ne se prenne pas au sérieux. On trouvera, par exemple, quelques clins d’œil à d’autres séries d’urban fantasy bien connues (Mercy, pour ne plus la citer) ainsi que des critiques à propos de certains clichés que l’on a tendance à régulièrement trouver. C’est généralement frais et bien vu néanmoins, c’était trop pour moi. Cela cassait l’ambiance ainsi que le suspense. Enfin, j’ai estimé que Shayne était beaucoup trop loquace, déjantée et décalée. Cela a rapidement été lourd à mes yeux. Dommage…

Est-ce que va m’empêcher de lire la suite ? J’hésite ! Je n’en fais pas une priorité mais, si les avis sur le T2 sont bons, je m’y plongerai sûrement. Certes, tout n’est pas parfait toutefois, cela reste le genre de lecture distrayante qui permet de se reposer entre deux pavés durs, sombres et déstabilisants.

.

Citations

J’enfonce l’accélérateur, ce qui, pour mon Épave, a le même effet qu’une décharge électrique dans les couilles d’un taureau – la bête bondit dans un mugissement et part comme un boulet de canon

—————

Bon… là, c’est le chapitre où on fait l’amour, mais je ne vais pas tout écrire parce que, d’une, je serais obligée de mettre un mec torse nu en couverture et, de deux, il y en aurait facilement pour une centaine de pages.

—————

Et ensemble, nous sommes… (je lui brandis mon badge sous le nez) Diablesse et Sublime, mesdames et messieurs !

.

Ma note

 

3,5/5

6 réflexions au sujet de « « Moi, rousse et fauchée » (Shayne Davies T1) de Jackie May »

  1. Je n’ai lu aucune de deux séries, mais malgré son côté bavard, d’emblée l’héroïne attire ma sympathie d’autant que sa personnalité semble correspondre à merveille à sa nature !
    En revanche, je ne suis pas trop fan non quand l’on s’adresse directement aux lecteurs ou alors avec subtilité et parcimonie. Quant à l’autodérision, j’adore, mais là aussi, il faut savoir la doser…
    J’espère que si tu poursuis la série, la suite gommera un peu ce qui t’a moins convaincue.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, le caractère de l’héroïne colle bien à ce côté lupin de sa métamorphose.^^
      Tu me rassures ! Beaucoup de lecteurs adorent que l’on brise le 4eme mur en s’adressant au lecteur… Je n’ai vu qu’une personne n’appréciant pas cela. Tout à fait pour l’autodérision !
      on verra ! Je n’en fais pas une priorité.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s