Fantastique/Fantasy·Romances

« L’Héritier des Sables » (Djinns T1) de Keliane Ravencroft #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « L’Héritier des Sables » (Djinns T1)
Auteur : Keliane Ravencroft 
Genre : Fantasy / Romance
Éditeur : MxM Bookmark

#ISBN9791038107656

.

résumé du livre

Pour conserver sa place au palais, le prince Ceylan décide de succéder à sa mère et de prendre place sur le trône. Même si cela implique d’épouser le vainqueur d’un tournoi organisé par le Conseil. Ildrys est un jeune homme mystérieux, dont l’éternel sourire se veut aussi énigmatique que ses intentions. Entre les deux, la méfiance est de mise et les tensions ne tardent pas à apparaître. Mais les dangers sont légion et la vie de Ceylan menacée. Résolus à unir leurs forces pour élucider les mystères qui se trament au sein d’Alberial, Ildrys va initier Ceylan à un monde qu’il ne connaît pas : celui de la magie et des djinns. 

.

Ma critique

On ne va pas se mentir : dès que j’ai vu la superbe couverture ainsi que le mot « djinn », j’ai été tentée. Or, le résumé m’intriguait, notamment avec la mention du mot « Queer ». J’avoue avoir très peu lu de récits mettant en scène un personnage à l’identité et à la sexualité jugées comme « peu conventionnelles ». À tort, car s’ils sont tous aussi fluides, distrayants, agréables et enchanteurs que celui-ci, il faudra que j’en découvre d’autres !

couv73967081Ceylan a été une véritable surprise. C’est vraiment iel qui fait l’une des forces de ce premier tome ! Pourtant, au début, j’avais beaucoup de mal à l’apprécier. Ce n’était pas dû au fait qu’il se considère comme une Femme et un Homme, ni qu’il soit une « princesse » androgyne. Ce blocage était surtout dû à sa tendance larmoyante. En effet, j’avais la sensation qu’iel était sans arrêt en train de se plaindre, d’angoisser, d’avoir peur et de jouer les victimes… même face à ses alliés ! Tout a changé à partir du moment où on a découvert l’un de ses secrets, notamment celui de sa formation. Dès cet instant, j’ai eu l’impression que Ceylan regagnait en confiance, en force et en courage. Iel n’a plus été le seigneur qui courbe l’échine face à son Roi ou qui se soumet au bon vouloir de la Cour. Quel bonheur de la/le voir montrer son tempérament, sa force, ses idéaux, ses projets ainsi que ses sentiments. À l’inverse, Ildrys a été plus facile à cerner, car j’avais deviné son identité dès ses premières actions. Sa façon d’employer la carte du mystère ainsi que de l’humour m’a également charmée. C’est tout à fait le type de crush auquel on s’attache et que l’on suit avec plaisir.

L’univers oriental est réellement passionnant. Pour le retranscrire, l’autrice n’a pas hésité à ajouter du vocabulaire tirant ses influences des quatre coins du monde. Ainsi, on trouvera des références égyptiennes, arabes et iraniennes. Keliane Ravencroft a fait beaucoup de recherches sur la période historique où elle va permettre à son histoire de se dérouler. Elle nous fera d’ailleurs partager plusieurs éléments en fin de roman. Le tout est habilement mixé avec de l’imaginaire : une touche de magie, du surnaturel ainsi que des entités élémentaires (terre, air, eau, feu). Cela a été un régal de tout découvrir au compte goutte ! D’ailleurs, j’ai autant savouré l’ambiance au Palais que les secrets autour des djinns et de leurs alliés humains. Bien qu’il reste encore des choses troubles, ce monde et son fonctionnement furent bien développés.

Le rythme du scénario ne plaira pas à tout le monde. Pour ma part, même si j’appréciais ma lecture, j’ai estimé que les choses ont pris beaucoup de temps avant de se mettre en place. Je me suis ainsi demandé où l’autrice voulait en venir et quand est-ce qu’elle allait enfin parler des djinns… Rassurez-vous : tout vient à point à qui sait attendre ! Bien que mon impatience ait été mise à rude épreuve (sans doute en raison d’une précédente lecture ayant également pris son temps pour planter le décor), j’ai finalement adoré les découvertes ainsi que les liens que les personnages vont tisser. Cette romance entre Ceylan et Ildrys fut très intéressante. Quel couple mignon, bienveillant, tendre, complémentaire, taquin, beau, attachant et respectueux. Leur amour va se tisser lentement, mais sûrement, ce qui rend l’ensemble aussi doux que crédible. On ne peut qu’aspirer à leur bonheur !

Bien qu’il soit introductif, ce premier tome comporte un bon équilibre entre développement psychologique, complots, politique, intrigues à la Cour, passés complexes, sujets sensibles, thèmes engagés et actuels (ex : les personnes non-binaires), aventure, magie, légendes, mystère et romance. J’ai apprécié la découverte ! Je lirai volontiers la suite, car je suis curieuse de voir ce qu’il adviendra du couple ainsi que des entités auxquels certains personnages se sont liés.

.

plib2022

.

Citations

.

 

Les caractéristiques physiques ne devraient jamais être utilisées pour décider si une personne vaut mieux qu’une autre.

—————

Soudain, la chaleur d’une main sur sa joue le contraignit à tourner la tête. Il se retint de justesse de reculer lorsqu’il vit le roi se pencher vers lui et se glisser tout près de son oreille, pour murmurer d’une voix d’une grande douceur :
– Je ne suis pas votre ennemi, Majesté.

—————

Je craignais que ma mère m’élève en fille, parce que mes parents avaient échoué à faire de moi « un vrai petit garçon ». Mais, en définitive, l’éducation que j’ai reçue était parfaite : entre les deux. Cela me correspondait tout à fait. Je vais sûrement te paraître étrange, mais je ne me suis jamais senti tout à fait homme, tout comme je sais aussi que je ne me serais pas davantage senti tout à fait femme si j’étais né de l’autre sexe. Ce n’est pas quelque chose que je peux justifier, c’est un ressenti. Pour cette raison, je ne suis pas dérangé par l’usage d’un féminin au détriment du masculin. Au contraire, je n’ai pas cette impression que l’usage d’un genre sonne plus faux que l’autre lorsque cela me concerne. Puisque les gens jugent le sexe qui m’a été donné à la naissance, je suis habitué au masculin, mais les entendre m’appeler « reine » ou « épouse » me plaît également, parce que, d’une certaine façon, même si ces derniers n’en ont pas conscience, à mes yeux, c’est un peu la reconnaissance de cette autre part de moi.

.

Ma note

4/5

14 réflexions au sujet de « « L’Héritier des Sables » (Djinns T1) de Keliane Ravencroft #PLIB2022 »

      1. La ME plutôt. Grosse déception à un salon où ils m’ont ignoré quand j’étais à leur stand, où ils étaient planqué derrière une montagne de livres et dans leur bulle à discuter entre eux. Pas ce que j’appelle venir à la rencontre des ses lecteurs. Ca m’a complètement refroidi du coup je suis bien moins intéressée par elle maintenant… Pas vraiment la faute des auteurs mais j’ai un petit blocage depuis

        Aimé par 1 personne

  1. J’adoreeeee les univers orientaux, et le fait qu’enfin un livre aborde la sexualité m’intrigue particulièrement ; je trouve cela super d’allier sujets d’actualité avec univers imaginaire !

    Si tu aimes les univers orientaux fantasy, je te conseille sans hésiter une braise sous la cendre ; cette saga est géniale, il me manque le dernier tome, j’ai tellement hâte de la finir !!!

    A très bientôt,
    Cloé et sa bibliothèque,

    Accueil

    PS : effectivement, la couverture est SUBLIME !!!

    Aimé par 1 personne

  2. L’univers oriental a l’air passionnant et immersif malgré une mise en place un peu longue… Après, quand je suis prévenue, ça ne me dérange pas, il suffit que je choisisse le moment où je suis dans le bon état d’esprit. Quant à la romance, elle semble avoir tout pour me plaire.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s