BD

« Un tout petit bout d’elles » de Raphaël Beuchot et Zidrou

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Un tout petit bout d’elles
Auteurs : Raphaël Beuchot et Zidrou
Genre : Bande dessinée pour adultes
Editeur : Le Lombard

résumé du livre

Yue Kiang travaille sur un site d’abattage d’arbres pour une entreprise chinoise. Comme beaucoup de ses compatriotes, Yue Kiang a une « amie » couleur locale, Antoinette. Il s’est aussi attaché à Marie-Léontine, la fillette de sa fiancée. Un soir, dans la couche de sa belle gazelle, Yue découvre la blessure intime d’Antoinette : une cicatrice terrible, comme une injure à sa féminité. Combien sont-elles comme elle, exilées de leur propre corps, victimes d’une tradition aussi monstrueuse que tenace ? Combien ? Elles sont 150 millions de par le monde. Mais qu’importe à Yue et Antoinette ces chiffres qui donnent le vertige. Seul leur importe Marie-Léontine. Que jamais la fillette ne soit, à son tour, victime de cette tradition abjecte !

.

Ma critique

Parler d’un sujet horrible qu’est l’excision sans montrer en détail ni faire dans le pathos, c’est possible ? Et bien oui, puisque Raphaël Beuchot et Zidrou l’ont fait avec brio avec la bande dessinée « Un tout petit bout d’elles ». J’avoue qu’étant donné le sujet, je ne me serais pas forcément penchée sur cette œuvre, car je connais déjà ce fléau grâce à des documentaires à la télévision… Mais c’est Kimysmile qui m’a donné envie de la découvrir grâce à son article de Un Tout Petit Bout d'Elles Raphaël Beuchot et Zidroublog (lien) très intéressant. J’ai donc emprunté cette BD à la médiathèque et ne le regrette pas, car ce fut une lecture riche en émotions. À la fin, j’avais vraiment la gorge sèche et des frissons. Les auteurs ont vraiment réussi à m’émouvoir grâce à leurs dessins ainsi qu’à leur récit…

L’histoire de Yue, Antoinette, Léopold et l’adorable Marie-Léontine est très touchante. Par ailleurs, j’ai aimé le fait que ce soit étudié d’un point de vue asiatique et non européen. J’ai également apprécié la thématique du racisme plutôt bien traitée à travers cette relation tendre, apaisante et attendrissante. En plus de cette histoire bouleversante, le lecteur pourra découvrir plusieurs pages documentaires permettant de comprendre ce qu’est l’excision par rapport aux autres pratiques (clitoridectomie, infibulation, etc.), où cette pratique est la plus employée dans le monde, quelles sont les conséquences de l’acte, les moyens pour agir ainsi que les lieux ou liens permettant de trouver du soutien/de l’aide (en France ou en Belgique). Le fait que les auteurs expliquent que cela n’est pas lié à la religion, mais bien à une tradition est aussi très intéressant, car en discutant avec quelques personnes, j’ai constaté que beaucoup font encore l’amalgame. Enfin, ce qui m’a le plus émue, ce sont les témoignages de deux victimes qui ont subi cette pratique lorsqu’elles avaient deux et sept ans. C’est à la fois poignant et effrayant…

Les dessins sont beaux, travaillés et colorés. J’aime beaucoup la représentation des femmes, qu’elles soient vieilles ou jeunes. Je les trouve très réussies par rapport aux personnages masculins. Les décors sont jolis et les planches assez dynamiques… Mais ce que je préfère, c’est la façon dont l’illustrateur a représenté Antoinette lorsqu’elle raconte sa mutilation : elle est dessinée comme une fillette dans un style différent des autres illustrations. C’est un choix qui m’a plu, car cela renforce le traumatisme. Malgré le fait que je connaisse le sujet, j’avais oublié certains chiffres comme le fait que toutes les quatre minutes, une fillette subit une mutilation génitale quelque part dans le monde, souvent de la part de proches, de la famille ou de personnes de confiance. C’est réellement un fléau mondial… « Un tout petit bout d’elles » est, hélas, une BD d’actualité que je vous invite à découvrir malgré le sujet difficile.

.

Citations

A Paris, il y a un grand musée : le Louvre, ça s’appelle. Ma cousine m’a promis de m’y emmener. Il paraît que là-bas, les gens font la file pour voir des tableaux, comme ici les gens font la file pour acheter à manger.

—————

T’occupes pas de ce qui est interdit ! Occupe-toi plutôt de ce qui rend la vie plus jolie !

—————

– Tu te rends compte ? « 3 millions de fillettes subissent chaque année ces mutilations… »
– 3 millions ?! Mais ça fait…
– …Quelque chose comme 8 000 fillettes mutilées, oui… chaque jour.

.

Ma note

♥  5/5

6 réflexions au sujet de « « Un tout petit bout d’elles » de Raphaël Beuchot et Zidrou »

  1. Je découvre cette BD grâce à ton TTL et si les thèmes abordés me font peur, la manière dont ils sont traités me donne très envie de me pencher sur le texte et les illustrations. Les deux témoignages doivent apporter un vrai plus pour se rendre compte de l’horreur de l’excision…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s