BD

« Géricault » de Frank Giroud et Gilles Mezzomo

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Géricault
Auteurs : Frank Giroud et Gilles Mezzomo
Genre : Bande dessinée pour adultes / Biographie
Editeur : Glénat

résumé du livre

Théodore Géricault s’apprête à réaliser le tableau qui fera entrer dans l’Histoire. Celui-ci a pour sujet le naufrage de la frégate française Méduse au large des côtes mauritaniennes lors duquel, pour préserver le confort du gouverneur et du capitaine du bord, les canots de sauvetage n’avaient été remplis qu’à moitié. L’essentiel de l’équipage quitta le navire à bord d’un radeau de fortune où, très vite, la promiscuité et le manque de vivres poussèrent les hommes aux dernières extrémités… Une tragédie que les bonapartistes érigent en symbole de leur opposition au pouvoir royal, faisant du peintre leur porte-parole.

.

Ma critique

Une fois encore, le club des lecteurs m’a permis de faire un jolie découverte. Cette fois-ci, il s’agit d’une bande dessinée sur Théodore Géricault, l’auteur du tableau « Le Radeau de la Méduse » que je connaissais grâce à quelques visites au Louvre. Le sujet ne m’était donc pas totalement inconnu : je savais que l’œuvre était la représentation d’un vrai drame où des naufragés ont été abandonnés et livrés à eux-mêmes pendant plusieurs jours… au point d’être condamnés à la folie, à la violence ou au cannibalisme… 114162431_oAinsi, au cours de ma lecture, j’ai aimé le côté historique et politique : on voit que l’Art est comme un outil pour la plupart des membres de la société, en particulier de la noblesse. Eleanor Barton, une femme chargée de dissuader l’artiste de peindre la tragédie, n’a pas existé, cependant j’ai apprécié la place qu’elle a jouée dans le récit.

La BD est bien construite et permet de voir comment l’artiste s’y est pris pour créer la célèbre toile… Je ne savais pas non plus qu’il s’était impliqué à ce point pour concevoir son tableau et ignorais qu’il avait autant étudié les cadavres… Cela m’a également permis de voir d’autres œuvres comme « Cuirassier blessé » ou « La Hyène de la Salpêtrière » dont je n’avais pas connaissance. Les pages de biographie en fin de bande dessinée m’ont également été utiles, même si je reconnais n’avoir lu que la moitié de ces informations. Par contre, j’avoue ne pas avoir trop adhéré au coup de crayon de l’illustrateur : les décors m’ont plu, toutefois j’ai eu du mal avec les visages. Quoi qu’il en soit, je trouve que fiction et Histoire se mêlent à merveille. « Les Grands Peintres », une collection des éditions Glénat, m’intrigue… Comme pour « Niki de Saint Phalle » des éditions Casterman, l’idée de présenter la vie ou quelques œuvres importantes d’un artiste est très intéressante. Cela permet à ceux qui n’aiment pas lire des biographies d’en savoir plus sur certains artistes ou mouvements artistiques. Bref, à lire si vous êtes curieux de découvrir Géricault et son univers.

.

Citations

On ne grandit pas impunément dans la tourmente révolutionnaire, ni dans la France de Napoléon. Surtout lorsque derrière chaque bulletin de victoire, on voit des cadavres et des corps mutilés.

—————

L’art véritable est à mille lieues des valeurs défendues par ces boutiquiers et ces pâles censeurs. Dès lors, comment s’étonner de cette marée de fiel à mon égard ! Une pareille société condamne à rester incompris.

.

Ma note

♥  3/5

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Géricault » de Frank Giroud et Gilles Mezzomo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s