Fantastique/Fantasy·Horreur

« Le Ferry » de Mats Strandberg

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le Ferry »
Auteur : Mats Strandberg
Genre : Horreur / Fantastique
Éditeur : Bragelonne

.

résumé du livre

Ce soir, mille deux cents passagers se réjouissent de faire la traversée maritime entre la Suède et la Finlande, à bord du ferry luxueux qui les emporte sur la mer Baltique. L’espace de vingt-quatre heures, ils abandonnent derrière eux leur vie quotidienne et se laissent aller à être quelqu’un d’autre. Mais le mal rôde à bord. Et au cœur de la nuit, au milieu de la Baltique, il n’y a pas d’échappatoire possible. Surtout quand tout contact avec la terre ferme est mystérieusement coupé… Si face à l’adversité certains se comportent en héros, cette nuit fatidique fait parfois surgir le pire chez d’autres – et à mesure que les disparitions inexplicables s’enchaînent, il devient vital que le ferry n’arrive jamais à destination…

.

Ma critique

J’ai été harponnée par la couverture et le résumé de ce roman ! En effet, j’étais très intriguée par cette histoire de paquebot où le mal rôde et l’idée de disparitions inexplicables… Je suis donc montée à bord du Baltic Charisma, ce ferry où le sang va grandement couler. Je vous l’annonce de suite : cela va être très difficile de ne pas parler de ce qu’il va se passer pendant le trajet, car c’est là toute la surprise du roman… Le mystère plane pendant assez longtemps et, même après les premières disparitions, on doute plus ou moins sur la nature des faits jusqu’à ce qu’on nous l’explique. Bon, si vous connaissez mon genre de lecture favori, vous pourrez aisément devenir de quoi il s’agit, mais je n’en dis pas plus ! Globalement, j’ai passé un bon moment. Je n’ai pas frémi, cependant j’ai eu quelques montées d’adrénaline à certains instants. couv45261183On a là un huis clos sordide qui est plutôt bon, même s’il n’innove pas le genre Horreur. En effet, que ce soit l’intrigue principale ou la fin ouverte, on reste assez dans un récit d’épouvante classique. Qu’importe, car j’ai bien aimé les personnages, j’ai adhéré à l’ambiance et j’imagine assez bien une adaptation cinématographique à cette œuvre…

Pendant une bonne centaine de pages, on va découvrir plusieurs protagonistes, des clients du ferry ou des employés. Il y a par exemple Madde et Zandra (deux amies un peu éméchées), la famille d’Albin et de Lo (deux adolescents cousins), Marianne (une femme qui cherche à casser son train-train quotidien et à retrouver le goût à la vie), Dan (un chanteur de variété), Filip (le barman), Pia (un agent de sécurité), Calle et Vincent (un couple homosexuel) et bien d’autres qui sont plus ou moins importants dans l’intrigue. On a là une belle palette de personnages que l’on va apprendre à connaître au fil des pages. L’auteur utilise la narration alternée et fait en sorte de proposer des chapitres très courts afin de rapidement passer d’une personne à une autre, d’ajouter de la tension et de permettre au lecteur d’avoir une vision globale. Parfois, on décrit également le Baltic Charisma afin de voir l’évolution de l’histoire et l’avancée de l’horreur sur les ponts. J’ai apprécié l’ensemble des personnages, cependant ma préférence va à Albin, Lo, Pia, Calle et Dan. Ce dernier m’a fortement fait songer à Gary, l’un des personnages d’une trilogie horrifique de David Wellington… Comme lui, il s’avère intelligent, retors, violent, avide de sang et puissant. Il se révèle peu à peu au fil des victimes… Avec lui et le mystérieux fléau, on se retrouve très vite dans une course haletante pour survivre

L’un des plus gros défauts de cet ouvrage est le début très très lent. Étant donné le nombre de personnages, il est normal que Mats Strandberg les présente tous et fasse un peu évoluer la personnalité de chacun. En effet, on va suivre les passagers s’amuser, se disputer, se séduire et boire à en perdre la raison. Je comprends donc que cette lenteur est nécessaire, même si cela ne m’a pas empêché de m’ennuyer un peu au départ. La nature du fléau m’a grandement plu, car c’est tout à fait le type d’ouvrage que j’aime dévorer… Cela dit, le rythme n’a pas toujours été bien géré et j’ai trouvé quelques répétitions, cependant ce n’est pas non plus bien méchant. Enfin, il est à noter que le langage est parfois assez cru et des passages peuvent heurter la sensibilité des personnes les plus sensibles. On reste sur de l’Horreur gore avec de l’hémoglobine à profusion… Cela m’a plu, toutefois cela peut déranger certains lecteurs. En tout cas, ce one-shot mériterait une suite ou une adaptation, car il a le mérite d’être prenant, sanglant, effrayant et intéressant. Un chouette survival horror qui, même s’il a des défauts, m’a fait passer un bon moment…

.

Citations

Peu importe la couleur de peau à l’extérieur, à l’intérieur nous sommes tous pareils. Sa mère disait toujours ça quand il était petit et posait des questions sur les différences entre les gens. Mais il n’avait jamais compris sa réponse.
.
—————
.
Quelques mouettes rieuses passent à tire-d’aile devant la fenêtre. Leurs becs s’ouvrent et se referment, mais leurs cris ne pénètrent pas à l’intérieur du Charisma Buffet. On n’entend que le bruit des couverts comme la porcelaine et les voix trop fortes. Si Lo était là, si Lo était restée la même, Albin lui aurait raconté comment les gens croyaient jadis que les mouettes incarnent les âmes des marins morts. Et il lui raconterait que les fonds de la mer Baltique sont remplis d’épaves. Et de marins noyés, jamais retrouvés.
.
—————
.
Comment tuer un monstre sans en devenir un soi-même ? La question surgit de son inconscient. L’a-t-il lue ou entendue quelque part ? Comment pourra-t-il survivre après ce qu’il a vu, et ce qu’il a fait ?
.

Ma note

♥  4/5

Publicités

15 réflexions au sujet de « « Le Ferry » de Mats Strandberg »

  1. La couverture semble donner le ton 🙂 J’aime bien les livres avec un point de vue alterné même si ça demande un peu de concentration… Le côté mystérieux me tente beaucoup, le côté gore un peu moins, mais pourquoi pas d’autant que la lenteur du début ne m’effraie pas.

    Aimé par 2 people

      1. Seriously ? J’suis trop déçue qu’on ait plus l’exclusivité là ! En fait, nous on voulait carrément tourner un film sur ça et tout mdr… Bah du coup je pense que je l’achèterai ! 😀 (même si c’est un concurrent tout de même… )

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s