Fantastique/Fantasy·Romances

« La forme de l’eau » de Guillermo Del Toro et Daniel Kraus

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La forme de l’eau »
Auteurs : Guillermo Del Toro et Daniel Kraus
Genre : Romance / Fantastique
Éditeur : Bragelonne

.

résumé du livre

Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale. Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnifique – elle fascine Elisa. Utilisant la langue des signes, celle-ci établit une communication.

.

Ma critique

Avant même que le film sorte et gagne plusieurs Oscars, j’avais envie de découvrir ce titre dont la couverture envoûtante m’intriguait… Or, lorsque j’ai vu le roman dans les sorties du mois, je n’ai pas hésité ! Merci encore aux éditions Bragelonne pour cet envoi dont je suis ressortie globalement conquise.couv66940747 J’ai beaucoup aimé la façon dont Elisa, femme de ménage et orpheline muette, a tissé une relation lente et progressive avec la créature. Speedy, une amie blogueuse, m’avait fait comprendre que, dans le film, l’attirance était directe, trop facile et réellement malsaine. Pour ma part, je n’ai pas eu cette impression avec le livre : on les voit prendre contact grâce aux œufs durs, être fascinés l’un par l’autre, communiquer via la langue des signes, se rapprocher peu à peu, s’observer et s’écouter grâce à la musique qui joue un joli rôle dans cette romance naissante. Ce n’est pas si rapide que cela. Certes, on a du mal à concevoir cette union mais, après tout, pourquoi pas ! Si on compare leur amour avec celui de « La Belle et la Bête », c’est quasiment la même chose ! D’ailleurs, si on enlève les éléments historique et que l’on ne garde que l’histoire d’amour, on constate énormément de similitudes comme l’idée de physiques différents, le syndrome de Stockholm, le sauvetage, le triangle amoureux avec un rustre que l’héroïne n’aime pas et une part de la fin que je ne vous révèlerais pas (mais qui m’a agréablement surprise et qui, avec du recul, est assez logique)… On sent que les auteurs se sont inspirés de ce conte populaire. D’ailleurs, le message est le même : parmi tous les personnages, le monstre n’est pas la bête…

La narration alternée permet au lecteur de découvrir les pensées de l’héroïne ainsi que celles des personnages secondaires. On se retrouve alors du côté de Richard Strickland, l’antagoniste principal, sa femme Lainie, la créature (mais il faudra attendre environ trois-cent pages avant de connaître ses réflexions), Zelda (la collègue d’Elisa), etc. Parmi eux, c’est vraiment Richard qui m’a marquée. Son caractère est exécrable, il est réellement fou, violent, orgueilleux, méprisable, destructeur et mauvais. Sa folie n’a d’égal que sa brutalité. Un antagoniste perfide comme j’aime détester ! Par contre, je dois avouer que j’aurais souhaité que les protagonistes soient moins manichéens. En effet, on a vraiment la gentille héroïne, le monstre qui va s’humaniser grâce à l’amour, le méchant sans scrupules, les amis qui donnent tout pour leur camarade et les autres. Un peu plus de nuances et moins de stéréotypes… Heureusement que j’ai accroché à l’ambiance, parce que cela aurait pu être rédhibitoire durant ma lecture… Tout comme les quelques longueurs que j’ai ressenties de-ci de-là

Derrière la romance, on aborde diverses thématiques comme la religion, la course à l’armement, la science, la place de la Femme dans la société, le racisme, la discrimination, etc. Il y a donc de quoi faire ! Le fait que ce ne soit pas qu’une simple histoire d’amour m’a plu… Par ailleurs, j’ai grandement apprécié l’ouvrage en lui-même : il y a une hard-cover, des chapitres illustrés ainsi que de superbes croquis accompagnant le récit. Je serai curieuse de voir le film afin de comparer les deux supports ! J’ai surtout envie de voir l’interprétation de Octavia Spencer, la superbe interprète de Minny dans « La Couleur des sentiments » ! Par contre, je regrette le fait que le résumé ET la bande-annonce du film dévoilent les trois-quarts de l’intrigue ! Certes, on est curieux de voir comment cette relation va s’établir, on souhaite découvrir les intrigues secondaires et on veut connaître la fin, mais ce spoil gâche un peu la découverte ! Pour ma part, j’ai pris la liberté de réduire le résumé sur mon blog, afin de ne pas trop en dire… Pour résumer, « La forme de l’eau » est donc un joli roman esthétique et onirique non sans défauts qui a globalement réussi à me convaincre.

.

interieur-laforme-deleau-illustration

.

logo_bragelonne_newai

.

Citations

Ce qu’elle ignore, c’est à quoi elle servira une fois là-bas, et quelles seront les conséquences. Mais on ne peut jamais savoir ces choses à l’avance, pas vrai ? Le monde change, ou il reste le même. On se bat pour ce qu’on croit juste, et on se réjouit de l’avoir fait.

—————

Quand ils tombent sur une femme muette, les hommes profitent d’elle. Pas un seul d’entre eux n’a tenté de communiquer vraiment lors d’un rendez-vous. Ils se sont contentés de l’empoigner et de la prendre comme si, n’ayant pas plus de voix qu’un animal, elle en était un.

—————

Incapable de percevoir Ta forme, je Te trouve tout autour de moi. Ta présence emplit mes yeux de Ton Amour, Elle rend humble mon cœur, Car Tu es parTout.

.

Ma note

♥ 3,5/5

15 réflexions au sujet de « « La forme de l’eau » de Guillermo Del Toro et Daniel Kraus »

    1. Ah bah comme quoi ! J’ai finalement lu et regardé le film. J’aime les deux. cela se complète bien… Mais je suis contente d’avoir d’abord lu le livre avant d’avoir vu le film… Notamment pour toute la personnalité du méchant vraiment mise en avant dans le livre.

      J'aime

  1. « Speedy, une amie blogueuse, m’avait fait comprendre que, dans le film, l’attirance était directe, trop facile et réellement malsaine.  » Elle a mis le doigt sur ce qui m’a carrément gênée dans le film…
    Mais le roman a l’a

    J'aime

    1. Mauvais manipulation 😦
      « Speedy, une amie blogueuse, m’avait fait comprendre que, dans le film, l’attirance était directe, trop facile et réellement malsaine.  » Elle a mis le doigt sur ce qui m’a carrément gênée dans le film…
      Mais ta chronique me donne envie de laisser sa chance au roman qui a l’air quand même mieux construit. Dans le film, Richard est aussi complètement dingue, mais c’est pour moi ce personnage qui sauve le film.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s