Romans

« Bleu de Delft » de Simone van der Vlugt

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Bleu de Delft »
Auteur : Simone van der Vlugt
Genre : Roman historique
Éditeur : Philippe Rey

.

résumé du livre

À la mort mystérieuse de son mari, la jeune Catrijn quitte sa campagne néerlandaise natale pour tenter sa chance à la ville. Le hasard des rencontres la mène à Amsterdam, où elle est engagée comme intendante par la famille van Nulandt. Là, elle fera la rencontre marquante de Rembrandt dans son atelier. Mais, poursuivie par son passé, Catrijn fuit à Delft où elle va être embauchée dans une faïencerie  et où elle va mettre au point le célèbre bleu de Delft. Souvent, la jeune veuve va faire des choix et, malgré l’explosion de la poudrière qui ravage la ville de Delft en 1654 et la peste venue s’abattre sur la ville quelque temps après, elle va devoir tracer avec courage son propre chemin.

.

Ma critique

couv57590984Un joli roman historique qui plaira certainement aux adeptes du genre ! On me l’a vendu comme un récit aussi instructif, doux, poétique, intéressant et touchant que « La jeune fille à la Perle » de Tracy Chevalier ! Or, comme j’ai beaucoup aimé ce livre, j’étais curieuse de voir ce que Simone van der Vlugt allait nous proposer… Finalement, je suis plus ou moins d’accord avec ces propos. Effectivement, on est face à une jeune femme talentueuse qui côtoie le monde de l’Art et qui cherche à se faire une place dans un monde d’Hommes. Plusieurs fois, elle craindra l’avis de son entourage, les ragots et les préjugés qui s’abattront sur elle… Heureusement, elle saura toujours aller de l’avant. Comme dans « La jeune fille à la Perle », on rencontrera des artistes célèbres et on fera face à des faits historiques. Cela dit, j’ai tout de même préféré l’œuvre de Tracy Chevalier pour sa subtilité et son ambiance. De plus, je dois également avouer avoir été davantage conquise par la relation entre Vermeer et Griet, plutôt que celles que va vivre Catrijn…

Malgré ma préférence, j’ai beaucoup aimé suivre les aventures de Catrijn, cette femme travailleuse, déterminée, positive et observatrice. Lorsque l’on creuse son passé, on découvre beaucoup de blessures et de secrets, ce qui la rend vraiment touchante. Même si je n’ai pas forcément adhéré à ses relations amoureuses, je l’ai toujours trouvée investie et fidèle à elle-même. Les descriptions de Simone van der Vlugt sont envoutantes et dépaysantes. Lorsque son héroïne peint, on sent réellement son émoi ainsi que sa passion. Ce fut un régal de découvrir la création du bleu de Delft ! On a la sensation d’être vraiment aux côtés de ces artistes, à les observer religieusement peindre sur la faïence… D’ailleurs, je n’ai pas pu lâcher ce roman tant je me sentais bien dedans. C’était un moment doux et apaisant. Pourtant, ce que va vivre la veuve est loin d’être reposant !

J’aurais tout de même un énorme regret à soulever : la quatrième de couverture est très mal rédigée. En effet, elle dit absolument tout ce qu’il va se passer dans le roman ! On sait donc pour qui Catrijn va avoir des sentiments, quelle menace plane sur elle et quels événements vont bouleverser son existence. Il n’y a que la fin qui est secrète… Mais les trois-quarts du livre son expliqué. (Du coup, je me suis permis de la raccourcir sur mon blog, afin de ne spoiler personne.) À cause de tous ces éléments, je n’ai eu aucune surprise et cela a un peu gâché ma lecture.

J’ai refermé cet ouvrage avec le sourire aux lèvres ainsi que l’envie de voir plusieurs créations peintes avec le célèbre bleu de Delft dont les teintes et les motifs sont vraiment magnifiques. Si vous recherchez une œuvre historique avec une héroïne courageuse qui va côtoyer le monde de l’Art du XVIIème siècle, alors n’hésitez pas à  rencontrer Catrijn… Certes, certaines choses sont cousues de fil blanc néanmoins, la lecture est très agréable, féministe et instructive.

.

bleudedelfta
Quelques faïences pour le plaisir des yeux…

.

clubdeslecteurs.

Citations

« Est-ce un péché de ce réjouir de la mort de quelqu’un? »
Lau passa son bras autour de moi et m’attire contre lui.
« Non dans ton cas c’est juste humain. »

—————

On pourrait dessiner les murs et les portes de certaines villes. Chacune aurait ainsi sa propre faïence à son image.

—————

« J’ai eu plusieurs maîtres. J’ai passé la première année chez l’un, puis deux chez l’autre, et encore un an chez un troisième. Ca n’a pas été facile de s’adapter, mais j’ai pu apprendre différentes techniques et développer plus facilement mon propre style.
– Un bon moyen de ne pas s’enfermer dans une seule façon de peindre… »

—————

Quand on veut garder un secret, mieux vaut ne faire confiance à personne, pas même à sa meilleure amie. Je ne peux pas lui mentir, mais je ne peux pas non plus avouer mon acte, alors je garde le silence.

.

Ma note

♥ 4/5

saiwhisper-4etoiles-bonne-lecture

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Bleu de Delft » de Simone van der Vlugt »

  1. Je n’ai pas fini « La jeune fille à la perle » lorsque j’ai dû le lire pour les cours (oui, je sais, c’est mal 🙄). Je trouvais tout très lent… et je dois dire que je n’ai jamais eu l’envie de le finir ou même de le reprendre :-/
    Du coup, cela ne me donne pas trop envie de lire « Bleu de Delft »…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s